Les parents d’aujourd’hui en crise?

Emma Jenner, une nounou britannique, s’inquiète des modes de « parenting » modernes.

Dans un billet du Huffington Post, elle énumère cinq raisons qui démontrent que la situation est critique.

1. La peur de ses propres enfants : Les parents d’aujourd’hui craignent la réaction de leur enfant lors d’une situation qui leur déplait. D’ailleurs, un autre article, publié dans le Time, parlait de ces parents qui ont peur de leurs enfants.

2. La diminution des standards dans les comportements : Il ne faut pas, selon elle, être fataliste quant aux comportements des enfants. Ils sont capables de beaucoup mieux. Ils sont capables d’être respectueux, d’accomplir des tâches dans la maison, de respecter les règles de la maison. Ce ne sont pas « seulement des enfants ».

3. La perte du village : Elle déplore que les parents d’aujourd’hui s’indignent si une personne intervient pour discipliner leurs enfants. Avant, il y avait tout un village pour éduquer les enfants. Les parents, selon elle, n’acceptent pas que leurs enfants soient pris en défaut par un professeur, un moniteur, un éducateur. Mais le pire, toujours selon cette nounou, c’est que les parents se jugent l’un et l’autre.

4. L’utilisation de raccourcis : Un iPad peut être une bonne façon de faire patienter un enfant lors d’un long voyage en avion, par exemple. Mais, la nounou déplore l’utilisation de raccourcis plutôt que d’éduquer les enfants, à la patience au restaurant par exemple.

5. La priorité aux besoins des enfants : Emma Jenner est d’accord que les parents doivent adapter la routine aux besoins de l’enfant… Mais elle croit que le principe va trop loin. Selon elle, les parents mettent leur santé physique et mentale en jeu pour répondre aux besoins des enfants (qui ne sont parfois pas des besoins essentiels).

Les parents d’aujourd’hui élèvent-ils des enfants qui deviendront des adultes égocentriques, impatients et impolis?

Et vous, croyez-vous que les parents d’aujourd’hui soient dans une crise?

> Pour aller plus loin : notre dossier « Familles sous haute performance » !

Également sur Planète F
Le nannygate de Justin Trudeau Dans la dernière semaine, médias traditionnels et réseaux sociaux ont déferlés d'opinions concernant les dépenses d'État de Justin Trudeau. Il a embau...
Aquaphobie : surmonter sa peur pour ses enfants La saison des piscines arrive, et avec elle, son lot d’angoisses. Surtout pour les parents qui ont peur dans l’eau. Heureusement, l’apprentissage de l...
Immigrants de deuxième génération « Un Québécois noir, maintenant ça existe », plaisante Jérôme Pruneau, ethnologue et directeur de l’organisme Diversité artistique Montréal (DAM). L...
Austérité : la mobilisation s’organise dans les CPE Les parents qui envoient leurs enfants dans des centres de la petite enfance (CPE) reçoivent depuis quelques jours une lettre les incitant à se mobili...
Les parents et les réseaux sociaux Partage d'anecdotes, recherche de conseils, le Pew Research Center s’est concentré sur l’utilisation que font les parents des réseaux sociaux. L’étud...
Ode à la petite enfance Après avoir visité 14 villes du Québec pour entendre citoyens, associations, organismes et experts, la Commission sur l'éducation à la petite enfance ...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.

Commentaires

  1. Marilyn

    Les parents sont absents, voilà le gros du problème. Par le fait même, ils sont moins engagés dans leur rôle parental et le lien à leurs enfants pas assez entretenu.

  2. Andrée-Anne Provençal

    Oui
    J’ai souvent dit que les enfants gâté, c’était un problème de parents…
    Ce qui, selon-moi constitue le gros de la crise, c’est la perte du village. Ça se traduit en parents qui doutent, se jugent par insécurité et créent des catégories de parents pour se réconforter… Catégoriser les parents, c’est les isoler. L’expérience d’un parent ne peut de limiter à une étiquette, elle est trop complexe. On est beaucoup plus que co-dodo ou pas, allaitement ou pas, parentale de proximité ou pas, purées maison ou pas, etc.) in à besoin de gens autour de soi et de vivre dans la complexité et la différence. … Je sens que les 4 autres points que la dame nomment sont tous liés à la perte du village…

  3. Mélanie Laberge

    Oui, tout à fait.

Comments are closed.