21
Sep
Le chamboulement post-partum
Le chamboulement post-partum

Une photo pleine d’humanité, de détresse, de tendresse a été partagée et est devenue virale sur les réseaux sociaux… Elle est témoin des émotions mélangées, contradictoires que vivent toutes les mères dans les jours suivants l’accouchement.

post-partum

« C’est une photo de moi 3 jours après l’accouchement. J’étais si sensible, si ouverte, je me sentais comme un criss de déchet. J’aimais mon bébé, je m’ennuyais de son papa (il est retourné au travail ce jour-là). J’étais en colère contre ma mère, mon cœur pleurait mon frère parce que ma mère nous avait quittés et maintenant j’avais un petit garçon qui lui ressemblait. Mes mamelons étaient fissurés et en sang, ma première montée de lait arrivait, mon bébé avait vraiment faim, je me sentais triste que les gens tuent des bébés, comme par exprès. Je n’avais pas dormi depuis que le travail avait commencé, je ne savais pas comment ranger mes seins. Mon vagin était douloureux d’être assise en permanence pendant l’allaitement. J’étais en train de perdre la tête. Katie est venue me voir et m’a nourrie le matin que cette photo a été prise. Elle est même peut-être venue au diner. Puis une de mes 7 sœurs est venue ce soir pour amener le souper de famille. Sarah a pris cette photo de moi. Elle marchait avec de la nourriture et a dit, “Salut ! Comment vas-tu !?” Je lui ai dit, “Je suis un gâchis. » Nous avons parlé, elle écoutait, elle a dit, ‘Je suis passée par là.’ Ça aide de savoir qu’elle a perdu la tête elle aussi ! Puis elle a dit : ‘Je sais que cela peut paraître fou, mais as-tu un appareil photo ? Tu es si sensible et si belle. » Je suis tellement contente qu’elle ait pris cette photo. Elle avait tout simplement l’intention de m’apporter de la nourriture. Elle a fini par rester beaucoup plus longtemps. J’en avais besoin. Elle le savait. J’ai appelé Rachel, j’avais besoin d’elle. J’avais besoin d’elle pour qu’elle m’aide à allaiter mon bébé. J’avais besoin d’aide avec la prise. J’ai appelé Shell. J’avais besoin de lui dire que mon bébé était OK. Ceci est la réalité du post-partum, les mamans ! Celles d’entre vous qui l’ont vécu… allez-vous partager comment vous vous sentiez en post-partum immédiat ?

J’ai eu un post-partum magique. Ça n’a pas été facile, mais j’ai été tellement soutenue et nourrie. On m’a aussi rappelé que d’autres mères étaient passées par cette partie de la maternité avant moi et que je vais passer à travers moi aussi. » *traduction libre

– Danielle Haines, Phoenix, Arizona

Depuis le 12 septembre dernier, sa photo a été partagée plus de 22 300 fois. Avec une amie, elle a créé un site web pour partager ces moments de chamboulements physiques, émotionnels et hormonaux dans les jours suivant l’accouchement. Postpartumconfession.com regroupe maintenant des centaines d’histoires de femmes qui racontent leurs débuts de leur rôle de mère. Il y a aussi une page Facebook.

Certains médias ont parlé de sensibilisation à la dépression post-partum dans cette touchante photo. Pourtant, à 3 jours post-partum, la dépression n’est pas diagnostiquée. C’est plutôt un flot d’émotions, d’hormones et de fatigue qui frappe toutes les mères, à petite ou grande échelle.

Votre abonnement permet à ce magazine d’exister!

Également sur Planète F
Douleurs après l’accouchement, un calvaire parfois sans fin De plus en plus de femmes prennent la parole pour partager les blessures qu’elles ont subies après avoir donné la vie. C’est le cas de Jennifer. Ses m...
Photos de mères et de leur enfant différent The Honest Body Project est l'idée d'une photographe, Natalie McCain, qui souhaite mettre la beauté des femmes de l'avant. Dans le cadre de son projet...
Défier le diagnostic de l’autisme Kristine Barnett, une mère américaine, a plutôt décidé de défier le diagnostic d'autisme de son fils. La suite de l'histoire est stupéfiante... En com...
Lettre ouverte : à qui appartient l’accouchement? À nous! *Signée par Sophie Mederi, chargée de projet pour le Regroupement Naissance-Renaissance. Il y a tout près de quarante ans, les femmes et leurs allié....
Planète Famille : découvertes de la semaine du 12 mars Quoi de neuf sur la planète famille? Droit de vote chez les enfants, parole aux adolescents, violences obstétricales, figure du père afro-américain, é...
Lettre ouverte : Toutes les mamans sont des petites filles Ma mère est morte à 84 ans, anonymement, à l’hôpital, dans un lit où, on a été tenu de nous le dire, quelqu’un aurait pu être soigné et guéri. Elle, c...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.

Commentaires

  1. Sara

    Si je peux me permettre, je ne crois pas qu’on puisse vraiment traduire « I’m a mess » par « Je suis un gâchis »… Je dirais plutôt « Je suis tellement désemparée » ou « Je me sens comme une épave », ou quelque chose de semblable. Je n’ai pas analysé le tout, mais j’ai lu les deux versions et je trouve qu’à part cette phrase, le reste est très bien traduit! Merci d’en parler, c’est important!

Comments are closed.