24
Sep
Pères blogueurs
Pères blogueurs

Nombreuses sont les mères de la génération Y qui utilisent différents blogues, forums et réseaux sociaux pour discuter de la maternité, mais l’utilisation que font les pères de ces plateformes est moins connue. 

La paternité n’est plus ce qu’elle était. Les hommes nés entre 1980 et 1995 deviennent papas et ces papas de la génération Y font les choses autrement. Devenus adultes en même temps que l’avènement technologique, ces pères sont connectés sur les réseaux sociaux, ce qui explique le nombre grandissant de pères blogueurs. Ils désirent un espace, public ou privé, pour partager leur vision du noyau familial et le rôle qu’ils veulent y jouer. Plusieurs sites ou applications ont vu leur nombre d’abonnés grimper au cours des dernières années. Selon The New York Times, Daddit compte déjà 34 000 abonnés, soit le double des abonnés du site Mommit, qui offre l’équivalent pour les mamans. On y apprend aussi qu’en 2014, ils étaient 2,5 millions d’abonnés sur Twitter à mentionner être père dans leur biographie.

Différentes initiatives encouragent les pères à s’exprimer plus librement sur leur vision de la paternité. Un auteur américain, Doyin Richards, a créé le #FatherhoodFriday (#VendrediPaternité) sur Twitter pour inviter les abonnés à partager photos et anecdotes à la communauté.

«C’est un geste tout simple, mais l’idée est de montrer que le rôle du père dans la famille est maintenant reconnu,» explique l’auteur qui tient lui-même un blogue sur la paternité.


Les papas de la génération Y sont nombreux. Aux États-Unis seulement, les pères âgés entre 18 et 34 ans représentent 4,5% de la population américaine. Et ces pères sont loin du stéréotype paternel traditionnel qu’on a déjà vu : ils aident aux tâches ménagères, priorisent les moments passés en famille et font les courses. Selon une étude menée par l’agence de marketing Y&R, 80% des pères du millénaire (Millenials) sont engagés dans les courses pour la famille, alors qu’ils ne sont que 45% à le faire dans les autres générations. Une recherche du Pew Research Center rapporte même qu’on dénombre environ 2 millions de pères à la maison et que ce nombre grandit à toute vitesse.

Nouvelle clientèle ciblée

Cette soudaine présence des pères sur les réseaux sociaux offre une chance exceptionnelle aux agences de publicité de rejoindre une nouvelle clientèle. Les pères de la génération Y sont d’ailleurs plus faciles à joindre en ligne que les hommes n’ayant pas d’enfant de la même génération. Ces hommes qui se définissent comme des pères s’attendent à être traités de la sorte par les agences de marketing et celles-ci ont tout intérêt à revoir leurs stratégies de communication. Il est d’ailleurs prouvé que les pères de la génération Y sont nombreux à porter une attention particulière à la marque d’un produit choisi alors que ce n’est important que pour 39% des hommes du même âge, sans enfant.

Le Sommet Dad 2.0, qui se tiendra l’hiver prochain à Washington DC, aux États-Unis, invite les pères blogueurs à discuter de différents sujets et à débattre du rôle du père d’aujourd’hui. Les pères qui se rendent à cet événement annuel sont principalement dans la trentaine et la quarantaine et souhaitent se détacher de l’image populaire de la mère-super-compétente-avec-les-enfants. Ils sont fiers d’être un père de la génération Y qui fait les choses autrement.

Votre abonnement permet à ce magazine d’exister

Également sur Planète F
Le télé-travail pour la conciliation travail-famille? La conciliation travail-famille, c'est le sujet d'une nouvelle étude produite aux États-Unis par une entreprise qui offre des services de garde aux en...
Festival de Lanaudière : classique pour tous Du 1er juillet au 6 août prochain, aura lieu la quarantième édition du festival de musique classique de Lanaudière. Cette année, la direction artistiq...
Les consultations sur la réussite éducative font réagir Les consultations sur la réussite éducative se sont terminées le 2 décembre dernier au Centre des congrès de Québec. Pour l’occasion, le Premier Minis...
L’inacceptable vulnérabilité Quatre Québécois sur cinq trouvent inacceptable le nombre d'enfants vulnérables qui débutent la maternelle. C’est la grande conclusion que tire l’Obse...
Les règles d’Instagram expliquées à un enfant de 8 ans Partage de photos, de vidéos, de commentaires, les enfants s’inscrivent sur diverses plateformes, tel Instagram. Pour se protéger sur ces multiples ré...
Avoir des enfants sur le tard C'est lors de l'annonce de la grossesse de Patricia Paquin en août dernier que le débat s'est enflammé sur les réseaux sociaux. Avoir des enfants « su...

À propos de Marilou M. Robitaille

Finissante au Baccalauréat en journalisme de l’UQAM, Marilou Muloin-Robitaille est passionnée des technologies et des enjeux de société. Elle aime alimenter les débats et découvrir de nouvelles cultures. D’abord stagiaire pour Planète F, Marilou continue d’évoluer en tant que journaliste au sein de cette équipe.

Commentaires

  1. Catherine

    Bonjour, blogue en image d’un tout nouveau, tout fier papa montréalais :  » Les 9 derniers mois de ta vie de petit con »
    Ce billet particulièrement touchant sur l’infertilité.
    http://9dm.tumblr.com/post/128024061176/episode-special-flashback-d%C3%A9dicac%C3%A9-%C3%A0-tous-les

Comments are closed.