03
Déc
Les parents parfaits n’existent pas
Les parents parfaits n’existent pas

L’éducation bienveillante, la parentalité positive, la recherche du parent modèle : de nouvelles méthodes pour repenser les relations parent-enfant dans une perspective gagnant-gagnant. Mais est-ce trop? Est-ce une manière de provoquer la culpabilité des parents qui ne se trouvent pas parfaits?

Depuis quelques années, l’éducation positive et bienveillante est sur plusieurs lèvres. Il est pourtant difficile pour les spécialistes de la définir simplement. On en parle dans de nombreuses revues de parentalité, on l’aborde dans un nombre impressionnant de blogues et on en discute dans le monde de l’éducation. Le Conseil de l’Europe considère cette technique d’éducation comme l’approche qui respecte le plus les Droits de l’Enfant. Tant mieux. Mais comment se sentent ces parents « positifs » qui n’arrivent pas nécessairement à rester toujours aussi « positifs » au moment d’éduquer leurs enfants?

Emmanuelle Opezzo, l’auteure du livre « Vivre la pensée Montessori à la maison », écrit que « l’éducation bienveillante n’est pas une méthode à appliquer par des parents qui seraient des robots ou qui devraient avoir des livres sous la main pour chaque type de situation rencontré avec leurs enfants : c’est un regard, une philosophie ». C’est aider sans faire à la place, protéger sans surprotéger, sécuriser et adapter l’environnement pour laisser place à l’autonomie. C’est comprendre, accompagner, soutenir et être attentif aux besoins de son enfant.

 « C’est un véritable enfer que d’avoir des enfants ET de croire qu’il existe des parents parfaits. »

– Marshall Rosenberg 

La parentalité positive privilégie la communication non violente et respecte la nature de l’enfant, une méthode de communication élaborée par le psychologue Marshall Rosenberg. Il est alors difficile de remettre en question cette méthode qui prône le meilleur pour son enfant et qui demande aux parents de faire confiance à leurs jeunes pour faciliter la communication et l’harmonie au sein de la famille.

Il s’agit d’une invitation à la parentalité joyeuse, « qui verrait toujours le verre à moitié plein du chocolat chaud répandu sur le sol de la cuisine ou des murs crayonnés au stylo indélébile ». L’éducation bienveillante utilise la créativité pour improviser des solutions aux tracas du quotidien : improviser un bain-repas, détourner en jeu le moment ranger ou encore organiser un mini-tribunal pour régler un conflit par exemple.

100% positif ou 100% nul?

Toujours chercher à être plus que parfait n’est pas sain. Les parents peuvent se demander s’ils ne sont pas plutôt des parents négatifs, mauvais ou malveillants s’ils n’appliquent pas la parentalité positive en tout temps. « À chaque fois que nous sommes moins parfaits, nous nous faisons des reproches et nos enfants n’en retirent aucun bénéfice », mentionne l’auteure de « J’arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint) », Florence Leroy.

 « Les parents parfaits n’ont pas d’enfant »

– Isabelle Filliozat.

Un des piliers de l’éducation est la bienveillance envers soi-même. « Un enfant n’a pas besoin de parents parfaits, il a besoin de parents suffisamment bons. Un enfant veut rencontrer non un rôle en face de lui, mais une personne, une vraie personne, avec ses émotions et ses propres besoins, ses pensées et ses valeurs, ses compétences et ses limites », explique l’auteure Isabelle Filliozat, reconnue comme une des leaders du mouvement.

À force de chercher à être parfait, le parent peut devenir irrité de ne pas y arriver et rejeter la faute sur l’enfant difficile qui l’empêche d’atteindre cet idéal de perfection. « Toutes les mères sont de mauvaises mères… et de bonnes mères. En fait, elles seraient de meilleures mères si elles ne cherchaient pas tant à être bonnes et parfaites », conclut la spécialiste.

Pour lire davantage sur le sujet: La quête de la maternité parfaite

Votre abonnement permet à ce magazine d’exister!

Également sur Planète F
Voyager en famille Ça fait rêver... Voyager en famille, parcourir les quatre coins du monde avec les enfants. Liberté. De plus en plus de familles font ce choix pour que...
Les relevailles : Une nécessité pour les parents Autrefois, dans les campagnes québécoises, les mères étaient aidées par les femmes de leur famille après la naissance de leur enfant. Aujourd'hui, le...
Parentalité, non merci… Toutes les femmes rêvent d’avoir des enfants. Faux. Elles sont toutes naturellement faites pour la maternité. Encore faux. Bien que traditionnellement...
Colloque inversé : les parents entendus Un colloque inversé organisé par le Réseau pour un Québec famille a permis à des parents de raconter leur réalité. Dans le cadre de la Semaine québéco...
Passer les Fêtes à la maison… sans la famille élargie Le tourbillon des fêtes : souper par-ci, dîner par-là, échanges de cadeaux, réveillon.... Ce n’est pas toujours de tout repos. Et si on fêtait Noël en...
Avoir des enfants sur le tard C'est lors de l'annonce de la grossesse de Patricia Paquin en août dernier que le débat s'est enflammé sur les réseaux sociaux. Avoir des enfants « su...

À propos de Marilou M. Robitaille

Finissante au Baccalauréat en journalisme de l’UQAM, Marilou Muloin-Robitaille est passionnée des technologies et des enjeux de société. Elle aime alimenter les débats et découvrir de nouvelles cultures. D’abord stagiaire pour Planète F, Marilou continue d’évoluer en tant que journaliste au sein de cette équipe.

Commentaires