18
Fév
8 idées pour contrer le décrochage scolaire
8 idées pour contrer le décrochage scolaire

Le décrochage scolaire est aujourd’hui en baisse au Québec. Plusieurs idées sont testées par les enseignants, les associations et par le gouvernement pour encourager la persévérance scolaire.

En 2009, le ministère de l’éducation met sur pied L’école, j’y tiens! Tous ensemble pour la réussite scolaire. Cette stratégie comporte 13 voies de réussite. L’objectif visé est d’atteindre un taux de diplomation ou de qualification de 80% en 2020.

En novembre 2014, un sondage du même ministère valide une baisse de 6,6% du décrochage [entre 1999 et 2013]. Outre les voies conventionnelles, voici 8 idées développées en parallèle pour contrer le problème.

1- L’apprentissage du français dès la maternelle

Dans son bulletin scolaire publié en mai 2015, le ministère de l’Éducation démontre que les deux tiers (64,2 %) des décrocheurs du secondaire 5 ne maîtrisent pas la langue d’enseignement, majoritairement le français. Il est prouvé que la capacité d’un enfant à lire et à écrire correctement affectera plus tard son cursus scolaire.

2- Les sciences, pas si compliquées finalement…

Depuis février 2015, les élèves de l’École Adélard-Desrosiers, à Montréal-Nord, en font l’expérience tous les samedis matin au Cégep Marie-Victorin. Les enfants de ce cours primaire rencontrent « leurs grands-frères et sœurs éducatifs », volontaires pour passer trois cours de rattrapage avec eux. Le projet s’appelle Pour un Montréal-Nord scientifique.

« Ici, ils sont plus réceptifs, plus disciplinés. C’est un environnement qui les fait aspirer à plus grand. »

— Alisha Wissanji, enseignante en sciences de la nature au Collège Marie-Victorin

L’autre volet du projet consiste à responsabiliser les jeunes du Cégep en les envoyant dans les écoles primaires pour partage de leurs connaissances. Ils assistent les enseignants qui manquent de matériel et de formation scientifique. L’apprentissage des sciences commençant relativement tard (troisième année), les élèves peuvent éprouver des difficultés à comprendre des expériences qu’ils ne font pas réellement. Grâce aux plus âgés, les plus jeunes apprennent et les enseignants retiennent les trucs et astuces pour reproduire les expériences.

3- Le jeu d’échecs, un casse-tête que les enfants adorent

On sait tous que le jeu d’échecs requiert de la concentration et de la patience. Ce sont ces deux qualités que développent les enfants. Intégré dans le programme de plusieurs  écoles primaires, ce jeu « d’adulte » plait aussi aux plus jeunes. Il développe leur esprit de stratégie et leur sens critique. Pour Brigitte Lessard, éducatrice de formation, les échecs sont un peu comme le sport.

« Les échecs, ça va solliciter des petites cellules qui font leur grosse limace, qui ne sont pas réveillées. Tu n’as pas le choix de te casser la tête, de réfléchir. »

—  Brigitte Lessard, éducatrice

Dans ce reportage de Ici Québec, une jeune élève de l’école du Grand Fleuve affirme que c’est le moment de la journée où ils peuvent se calmer.

4- Réussir par le sport

Dans un article de Planète F sur le projet Wixx paru le 11 février,  nous faisions déjà le lien entre sport et bien-être scolaire. Combien de parents ont mis leurs enfants au sport pour canaliser leur énergie et pour que ceux-ci augmentent leur capacité à se concentrer? Cours de karaté, natation, basket-ball, … les enfants en raffolent.

Lire la suite …

Également sur Planète F
L’éducation vue par… une enseignante issue de l’école à la maison Mariane Lauzon-Morin a un parcours scolaire atypique. Elle a tour à tour appris en classe et expérimenté l’école à la maison, passant d’une formule à ...
Services scolaires: mobilisation médiatique Écoles, aide financière, « décodeurs »… Les demandes de parents en quête de services scolaires se multiplient, et le courrier pour le Premier ministre...
Lettre ouverte – Réaction à la classe poubelle Cette lettre est écrite par Geneviève Beauséjour, Membre de la Coalition de parents d'enfants à besoins particuliers. À la lecture de l'article intit...
Effet Trump : augmentation de l’intimidation dans les cours d’école L'élection de Donald Trump a eu d'importantes répercussions dans les cours d'école. L'acte frappe l'imaginaire: une jeune fille de 10 ans qui demande...
Politique familiale : un sommet pour forcer le débat 

L’heure est à la redéfinition de la politique familiale au Québec, 20 ans après sa mise en place par la ministre de la Famille de l’époque, Pauline ...
Lettre ouverte: L’autisme et l’éducation En préparation de notre dossier pour la rentrée, nous publions le texte d'un père d'enfants différents, inquiet pour l'éducation de ses fils. La bell...

Commentaires