24
Mar
L’écart de sommeil entre Noirs et Blancs inquiète
L’écart de sommeil entre Noirs et Blancs inquiète

Le stress causé par la discrimination raciale peut agir sur le manque de sommeil de ceux qui subissent cette discrimination.

Une étude américaine révèle que les Afro-Américains, les natifs d’Hawaï, des iles du Pacifique, les Amérindiens et les natifs d’Alaska dorment trop peu. Dans ces communautés, seulement 53.6 à 59.6 % de personnes dorment au moins sept heures par nuit, contrairement aux autres communautés qui plafonnent à 65.2%.

Plus on est éduqué, mieux on dort

Aux États-Unis, il a été prouvé que ceux qui dormaient le mieux sont les Américains blancs éduqués qui, par conséquent, ont un emploi. Dans un article de la revue Social Science & Medicine, des chercheurs de Emory University affirment que la discrimination fondée sur le statut socio-économique est associée à un manque de sommeil chez les Afro-Américains, mais pas chez les Blancs.

« Les résultats indiquent que les rapports sur la discrimination fondée sur le statut socio-économique peuvent être un facteur de risque important pour la qualité subjective du sommeil chez les Afro-Américains. Il faut prendre en compte l’impact sur la santé, lié au stress socio-économique dans le contexte de la race. »

Social Science & Medicine, Volume 153, March 2016, Pages 141–147

Auteurs: Miriam E. Van Dyke, Viola Vaccarino, Arshed A. Quyyumi et Tené T. Lewis; Department of Epidemiology, Rollins School of Public Health, Emory University

Pour  le journaliste Jason Silverstein, il n’est pas question de mauvaise habitude ou de mauvaise volonté de la part des personnes des communautés  dites visibles. La source du problème vient du racisme qui représente un effet de stress quotidien pour ces personnes. Les hommes afro-américains et les latinos non-blancs sont particulièrement visés lors de contrôles policiers, même routiniers, et ce serait une raison importante qui empêcherait de dormir.

« Le profilage racial devrait être considéré comme un déterminant social de la santé, car il expose les gens à la discrimination et la peur de la discrimination. La race peut être un concept social, mais le racisme se matérialise en mauvaise santé. »

Jason Silverstein, How racism is bad for our bodies, The Atlantic, Mars 2013

Pour un meilleur sommeil

Selon le CDC (Centers for disease control and prevention), un adulte a besoin d’un minimum sept heures de sommeil. Le respect de cette durée de sommeil nécessaire peut être favorisé par une éducation sur le sujet et des changements de comportement en matière de santé du sommeil. Par exemple, il faudrait se coucher à la même heure chaque nuit et se lever à la même heure chaque matin; faire en sorte que l’environnement de la chambre à coucher soit calme, sombre, relaxant, et qu’il n’y fasse ni trop chaud ni trop froid.

On peut aussi éteindre ou retirer les téléviseurs, ordinateurs, appareils mobiles, et tout dispositifs électroniques distrayant qui émet de la lumière dans la chambre à coucher; il faut aussi éviter les gros repas, la nicotine, l’alcool, et de la caféine avant le coucher. Les symptômes de l’insomnie peuvent généralement être résolus avec les habitudes de sommeil améliorées ou des thérapies psychologiques ou comportementales.

Votre appui nous permet de vous informer!

Également sur Planète F
Sommeil et intelligence Une nuit de mauvais sommeil diminue considérablement les performances aux tests d’intelligence des enfants.   C’est ce qu’a démontré une étude ...
Effet Trump : augmentation de l’intimidation dans les cours d’école L'élection de Donald Trump a eu d'importantes répercussions dans les cours d'école. L'acte frappe l'imaginaire: une jeune fille de 10 ans qui demande...

Commentaires