15
Avr
Qui est le plus intelligent: aîné ou benjamin ?
Qui est le plus intelligent: aîné ou benjamin ?

Le QI serait lié au rang dans la famille. Une étude démontre que les aînés sont les plus intelligents. Réalisée sur de jeunes norvégiens de 18-19 ans, l’étude compare le quotient intellectuel de l’aîné à celui du benjamin au même âge.

Les enfants qui ont perdu un aîné et se sont retrouvés à rang d’aînés développeraient aussi une intelligence relativement poussée.

« Les enfants nés en second qui ont perdu un frère plus âgé deviennent comme des premiers-nés en termes de QI ».

Frank Sulloway, psychologue à l’Université de Californie, Berkeley

Une autre raison évoquée par des psychologues pour expliquer le QI plus élevé des aînés est le tutorat. Les grands frères et sœurs ont bien souvent la responsabilité d’aider les plus jeunes. Ce rôle développerait leur propre apprentissage et renforcerait leurs acquis. Toutefois, le temps d’études que consacrent les aînés à leurs jeunes frères permettront à ceux-ci d’exceller dans des domaines comme les arts ou les sports.

À l’âge adulte aussi, il semble que les aînés réussissent mieux. Selon le psychologue et professeur Ben Datter, les premiers-nés sont plus enclins à la performance. Ils cherchent autant la reconnaissance de leurs parents par la réussite que la soumission de leurs jeunes frères, dans leur rôle de figure d’autorité. De là vient peut-être l’expression tant détestée des benjamins : « Ne peux-tu pas faire comme ton grand frère ? »

Le professeur Brent Roberts et la chercheuse Rodica Damian, ont mené la plus grande étude sur l’ordre des naissances et la personnalité. Leur conclusion est la suivante :

« La différence est statistiquement significative, mais dénuée de sens […] le seul point de QI n’aurait aucune pertinence pratique pour la vie des gens. »

Brent Roberts et Rodica Damian, Université de l’Illinois

L’analyse a également révélé des différences dans les traits de personnalité entre les premiers-nés et les derniers-nés. Les premiers sont décrits comme plus extravertis, agréables et consciencieux. Les benjamins quant-à-eux sont décrits comme plus anxieux. Toutefois, les deux chercheurs tiennent à préciser que les différences observées sont infiniment petites, équivalant à une corrélation de 0.02.

Pour le professeur Roberts, il ne sera pas possible d’asseoir deux personnes dans une pièce et de voir les différences entre eux. Quantifier les traits de personnalité relève quasiment de l’impossible, encore moins à l’œil nu.

Également sur Planète F
Soutien aux familles : les aidants naturels, oubliés du système Ils ont plus de 55 ans et sont pour la plupart à la retraite, mais s’occuper de leurs proches est presque un travail à temps plein. Pour la dernière j...

Commentaires