28
Août
À chacun son logement
À chacun son logement

Chaque famille a ses priorités et ses obligations en terme d’habitation. Certaines familles préfèrent être locataires, alors que d’autres envisagent d’acheter une maison. Certains couples ont choisi d’élever leurs enfants en campagne, d’autres ont opté pour la ville.

L’Institut Vanier de la famille a recueilli plusieurs données statistiques concernant le lien qui lie chaque famille à leur domicile. Ce lien varie d’une culture d’un milieu socioéconomique à l’autre à travers le Canada. On y apprend tout d’abord qu’au Canada, on comptait plus de 13 millions de foyers en 2011.

Plus que de propriétaires que de locataires

Parmi ces ménages, 69 % sont propriétaires de leur résidence et 31 % sont locataires. C’est donc la grande majorité des ménages qui sont des propriétaires résidentiels. En effet, 82 % des couples, 56 % des familles monoparentales et 49 % des ménages non familiaux sont propriétaires. La tranche d’âge la plus représentée chez les propriétaires du pays est celle des Canadiens âgés de 50 à 59 ans. Le tiers des Canadiens prévoient emménager dans une maison plus modeste plus tard, alors qu’ils seront retraités et que les enfants n’habiteront plus à la maison.

À lire aussi: Des logements familiaux rares et chers

De leur côté, un peu plus du tiers des adultes âgés de 20 à 29 ans sont propriétaires d’une maison. Près du tiers (29 %) des Canadiens interrogés envisagent de faire l’achat d’une résidence au cours des deux prochaines années. Le document fourni par l’Institut Vanier décrit également l’importante proportion du revenu total consacrée par chaque ménage pour se loger.

Les logements plus chers qu’avant

En effet, 19 % des propriétaires résidentiels et 40 % des locataires ont consacré plus de 30 % de leur revenu annuel à leur logement. Il faut dire qu’en moyenne en 2016, une maison au Canada coûte 509 000 $, un prix moyen qui est en hausse de 13,2 % en comparaison avec l’année précédente. Toutefois, il faut comprendre que si on exclut les régions du Grand Toronto et du Grand Vancouver, le prix moyen d’une maison au Canada recule à 376 000 $ puisque ces deux régions sont les plus chères sur le marché de l’immobilier. L’achat d’une maison demande en moyenne 400 semaines de travail au salaire hebdomadaire moyen. En 1984, 184 semaines de travail étaient nécessaires pour payer une maison.

foyer canadien

Source: Institut Vanier de la famille

Toutes ces données permettent de saisir la diversité de choix qui s’offre à chaque famille pour choisir un lieu de résidence qui lui permettra d’éduquer ses enfants comme elle le souhaite et dans un environnement qui lui convient.

Votre abonnement permet à ce magazine d'exister.

 

Également sur Planète F
La voiture, un espace familial Trajets quotidiens, départ en vacances, dans l'habitacle particulier de la voiture, les familles sont réunies pour un temps plus ou moins long. Dans c...
Le Diclectin cause le cancer? Une étude dit que le Diclectin cause le cancer chez les enfants? C'est faux. L'article publié dans le Journal of Obstetrics and Gynaecology of Canada ...
La grande journée des petits entrepreneurs : du plaisir en perspective L’entrepreneuriat n’est plus seulement une affaire d’adultes. En magasin ou sur Internet, vous pourriez désormais tomber sur Double Identité ou sur C’...
Lettre ouverte: Like-moi pas Cet texte est écrit par Noémie Larouche, rédactrice en chef du magazine Curium, le magazine science et société pour les 14-17 ans. Croquer dans le po...
Comment se déplacent les familles ? Le Partenariat de recherche Familles en mouvance de l’INRS organisait une journée de réflexion sur la mobilité des familles. Comment se déplacent les ...
Plus seules que jamais, ces mères à temps plein Il y a quelques années, les jeunes mères n’avaient qu’à sortir discuter avec les voisins lorsqu’elles se sentaient seules à la maison. Briser l’isolem...

À propos de Marilou M. Robitaille

Finissante au Baccalauréat en journalisme de l’UQAM, Marilou Muloin-Robitaille est passionnée des technologies et des enjeux de société. Elle aime alimenter les débats et découvrir de nouvelles cultures. D’abord stagiaire pour Planète F, Marilou continue d’évoluer en tant que journaliste au sein de cette équipe.

Commentaires