28
Oct
12 conditions pour des devoirs à la maison efficaces
12 conditions pour des devoirs à la maison efficaces

Depuis cinq ans déjà, les élèves de l’école primaire La Passerelle, à Asbestos, n’ont plus de devoirs à la maison. Ce projet a connu du succès, puisque la Commission scolaire des Premières-Seigneurie, dans la région de Québec, vient d’abolir les devoirs dans une dizaine d’écoles primaires et secondaires pour l’année scolaire qui vient de débuter.

L’école La Passerelle est située dans un milieu défavorisé. Les enseignants de l’école remarquaient une grande différence dans le soutien aux devoirs à la maison chez plusieurs de leurs élèves. Du primaire au secondaire, c’est environ 2000 heures que l’élève passera à faire des devoirs à la maison. On recommande que les devoirs prennent chaque soir entre 2 et 10 minutes en 1re année du primaire et entre 5 et 30 minutes en 6e année.

Selon le Conseil supérieur en éducation, 94 % des enseignants québécois donnent presque toujours des devoirs à faire à la maison. Pas moins de 80 % des parents pensent que ces devoirs sont nécessaires à la réussite scolaire de leur enfant. Plus de la moitié des parents, soit 67 % de ceux-ci, sont contre l’abolition des devoirs, bien que ceux-ci nécessitent une organisation familiale.

- partenaire -
À lire aussi : Bannir les devoirs à la maison ?

Pour abolir les devoirs à la maison

Les devoirs, ce sont les travaux écrits, comme les rédactions de textes et la résolution de problèmes mathématiques. Ne plus faire de devoirs à la maison ne veut pas dire que les élèves sont en vacances. La lecture est fortement encouragée à la maison et les leçons quotidiennes restent au programme.

Dans le programme de l’école La Passerelle, l’organisation de la classe a été repensée. Les leçons, comme les mots de vocabulaire et les tables de multiplication, sont travaillées en sous-groupes, au retour du dîner par exemple. L’enseignant dispose également de plus de temps avec les élèves pour répondre à leurs questions, puisqu’il n’y a plus de corrections de devoirs à faire. Le but du projet-pilote est d’accroître la motivation des élèves en classe et de rendre profitable chaque minute passée à l’école.

Aucune étude scientifique ne prouve de façon claire que les devoirs ont un impact important et positif sur la réussite scolaire de l’élève au primaire, selon le directeur de l’école primaire La Passerelle, Alexandre Néron. D’ailleurs, M. Néron avance que les résultats des élèves de son école sont en hausse depuis le lancement du projet-pilote il y a cinq ans.

Au début, plusieurs parents étaient craintifs de la réussite de leur enfant dans un tel programme, mais la plupart des parents se disent maintenant rassurés. Un sondage a été réalisé auprès des élèves rendus au secondaire, et malgré que l’adaptation au secondaire ait été difficile pour certains, tous se sentent au même niveau que les autres élèves de leur classe. Les adolescents passés par l’école primaire de La Passerelle n’ont pas plus de difficultés avec les devoirs que les autres étudiants de leur classe.

Contre abolir les devoirs à la maison

Thierry Karsenti est d’un tout autre avis. Le professeur de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal dénonce ce projet. Il est certain que l’abolition des devoirs serait une grave erreur. Selon lui, « les travaux à la maison permettent de consolider les acquis de l’école, de développer des méthodes de travail autonomes et de maintenir un lien positif avec les parents. » L’élève qui apprend à faire des travaux à la maison dès l’école primaire acquiert une bonne méthode de travail et est mieux entraîné pour son entrée au secondaire.

Étant le directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, M. Karsenti a eu plusieurs occasions de faire des recherches sur le sujet. Il a d’ailleurs recensé plus de 300 études menées dans les pays industrialisés pour l’écriture d’un livre. La très grande majorité de ces études sont en faveur des devoirs à la maison. « La recherche démontre que les devoirs sont le plus important facteur explicatif de la réussite scolaire des élèves, » conclut-il.

Supprimer totalement les devoirs n’est pas la solution selon ce professeur. Selon M. Karsenti, il faudrait plutôt se demander comment rendre les devoirs plus profitables pour les enfants. Pour se faire, le chercheur a dressé la liste des douze conditions gagnantes pour des devoirs efficaces.

Conditions pour des devoirs à la maison efficaces

Votre abonnement permet à ce magazine d’exister!

Également sur Planète F
Les parents parfaits n’existent pas L’éducation bienveillante, la parentalité positive, la recherche du parent modèle : de nouvelles méthodes pour repenser les relations parent-enfant da...
Un observatoire des tout-petits La Fondation André et Lucie Chagnon annonce le lancement de l’Observatoire des tout-petits. Un endroit pour colliger l’information de recherche et les...
Pères blogueurs Nombreuses sont les mères de la génération Y qui utilisent différents blogues, forums et réseaux sociaux pour discuter de la maternité, mais l’utilisa...
Les parents ne sont pas tous en vacances Comment s’assurer que les enfants passent un bel été pendant que les parents travaillent tous les deux à temps plein ? Comment se passent les vacances...
Déscolarisation – apprendre partout, sauf à l’école Un article fort intéressant dans La Presse de la fin de semaine au sujet de la déscolarisation, ou le « unschooling ». Début octobre, un colloque sur ...
Vaccination: un débat stérile? Une nouvelle étude scientifique a analysé plusieurs études sur la vaccination. Aucun lien n'a pu être fait entre la vaccination et l'autisme. Les résu...

À propos de Marilou M. Robitaille

Finissante au Baccalauréat en journalisme de l’UQAM, Marilou Muloin-Robitaille est passionnée des technologies et des enjeux de société. Elle aime alimenter les débats et découvrir de nouvelles cultures. D’abord stagiaire pour Planète F, Marilou continue d’évoluer en tant que journaliste au sein de cette équipe.

Commentaires

Laisser un commentaire