06
Oct
Être polyamoureux et parent à la fois
Être polyamoureux et parent à la fois

Un père polyamoureux est apte à un être parent. La décision a été prise par la Cour suprême de la Colombie-Britannique et deux juges de la Cour provinciale à la suite de trois années de procès, en février 2016.

Trois procès différents ont permis à un père polyamoureux de Nanaimo d’obtenir la garde de ses enfants. C’est la première fois que le droit canadien de la famille se prononce sur la légitimité des familles en relations amoureuses multiples.

Peu importe le chiffre 

L’avocat qui représentait la mère a avancé que les relations polyamoureuses du paternel étaient « intrinsèquement néfastes pour les femmes et les enfants », a rapporté Niko Bell, journaliste pour le Daily Xtra. De plus, le père a été blâmé d’infliger des douleurs émotionnelles à sa marmaille. Les trois juges ne l’ont pas entendu de cette oreille.

Le juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a statué que les relations du père n’affectent pas ses capacités parentales. « Ses autres relations sont réellement précieuses pour prendre soin de ses enfants », relate Niko Bell.

À lire aussi : La famille sous la loupe des scientifiques

À la limite de la légalité 

Le Canadian Polyamory Association est intervenu durant le processus juridique. Une lecture trop large de la section 293 du Code criminel canadien mettait en danger la légitimité du pluriamour, au point de rendre la cohabitation des familles polyamoureuses un acte criminel.

« Le Conseil pour la Colombie-Britannique et les procureurs généraux du Canada ont fait valoir que les polyamoureux ne seraient accusés par la loi », explique le journaliste Niko Bell. Il n’y a aucune preuve que les relations polyamoureuses sont moins nocives que les polygames. Pour être reconnu coupable de polygamie, il faut être marié, ce qui n’est pas le cas des individus en relations multiples.

« Les problèmes qui concernent le droit de la famille ne sont pas à cause du polyamour, de la monogamie, ou des cérémonies de mariage, mais plutôt de la violence et de la possibilité d’exploitation », croit Kasari Govender, directrice générale de l’organisation West Coast LEAF. Devant un homme qui entretient une relation avec trois femmes différentes, elle considère qu’il est fondamental de vérifier que les relations sont saines.

Des textes de loi à la réalité 

« De bons parents sont de bons parents. Peu importe s’il y en a un, deux, trois ou quatre. Par chance, les miens étaient incroyables », raconte Benedict Smith. Enfant, elle habitait avec sa mère, qui pouvait avoir jusqu’à 4 partenaires, et son père.

Loin d’avoir été troublée par ce modèle parental atypique, elle affirme que le bonheur régnait à la maison. « Pendant l’infime moment cosmique qu’on passe sur ce grain de poussière qu’est notre planète, est-ce qu’on pourrait simplement accepter que l’amour reste l’amour, même l’amour interracial, entre même sexe, ou poly? »

Également sur Planète F
Un blitz innovant pour repenser l’école Repenser l'école, une idée folle ? Pas pour les organisateurs de l'événement éponyme qui a rassemblé près de 200 personnes à Montréal du 31 mars au 2 ...
Enfants, parents et grands-parents… sous le même toit! Au Canada, pas moins de 363 000 ménages ont choisi la cohabitation multigénérationnelle, c’est-à-dire la cohabitation entre trois générations et plus ...
L’éducation cultive-t-elle le bonheur? La question va droit au but : est-ce que l’éducation cultive le bonheur? Sans dire que l’expérience est totalement malheureuse, la réponse est « non »...
Les parents ne sont pas tous en vacances Comment s’assurer que les enfants passent un bel été pendant que les parents travaillent tous les deux à temps plein ? Comment se passent les vacances...
Des condoms dans les écoles Un tollé aux États-Unis après qu'une école de l'Oregon annonçait qu'elle allait distribuer des condoms à ses élèves à partir de la sixième année. Le m...
L’école dès 3 ans pour les enfants Vous avez bien lu. L’école dès l’âge de 3 ans, est-ce une bonne idée? C’est une question à laquelle les chercheurs de l’université australienne Victor...

Commentaires