17
Oct
Les parents jusqu’au bout célèbrent
Les parents jusqu’au bout célèbrent

Samedi soir, au centre communautaire de Saint-Lazare, l’organisation Parents jusqu’au bout célébraient la victoire. En juin dernier, le gouvernement annonçait une aide de 943 $ par mois pour les parents d’enfants lourdement handicapés.

Photo: Marie-Ève, Anouk, Marilyne et Geneviève. Les quatre mères derrière Parents jusqu'au bout.

Les quatre mères de famille, émues devant une salle conquise, ont mentionné vouloir constituer Parents jusqu’au bout en organisme à but non lucratif. Leur prochaine mission : Aider les regroupements et les organisations qui représentent des familles dont une personne est handicapée à faire entendre leur voix auprès des décideurs. « Nous agirons en tant que consultantes pour les aider dans leurs démarches », affirmait Marilyne Picard.

Elles partageront ainsi ce qu’elles ont pu apprendre dans les derniers mois, tant au niveau de la politique que des relations avec les médias.

- partenaire -
À lire aussi: Les parents militants sur les réseaux sociaux

Les quatre femmes ont pris soin de remercier des gens qui ont donné des appuis de taille au mouvement dans les deux ans de lutte à la reconnaissance. L’Orange bleue, une firme de relations publiques de Québec a accompagné les mères afin d’être mieux entendues de la classe politique. L’avocat Jean-Pierre Ménard a aussi été remercié pour son appui et ses conseils juridiques. Elles ont aussi remercié leurs familles respectives d’avoir pris soin de leurs enfants pendant cette spirale où la pression a été très forte. 

parents jusqu'au bout

Lise et Simon avec leur fils de douze ans, William.

À lire aussi: Handicap: L'usure des parents

Le Parti Québécois présent

La soirée regroupait de nombreux parents d’enfants handicapés, leur famille, des partisans de la cause. Une délégation du Parti Québécois était présente dont Jean-François Lisée, chef du parti et Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé.

Dans une courte allocution, Jean-François Lisée a d’ailleurs écorché le gouvernement Libéral, affirmant qu’il manquait de compassion dans de nombreux dossiers, dont celui de Parents jusqu’au bout. « Votre lutte a fait du bien au gouvernement. En déficit de compassion, vous l’avez obligé à en avoir. »

Les quatre mères ont conclu en disant que désormais, beaucoup de familles au Québec pourront prendre soin de leurs enfants lourdement handicapés dans la dignité. C’est dans une ovation debout que cette dernière phrase s’est dispersée.

À lire aussi: Notre dossier: Vivre la différence 

Également sur Planète F
Discussion sur la non-parentalité Dans la semaine précédant la sortie du dossier 100% sans enfants, l'équipe de rédaction a demandé aux lecteurs de s'exprimer sur différents sujets tou...
#Cherpapa Une vidéo de l'organisation non gouvernementale Care en Norvège explique en 5 minutes la cascade d'événements qui peut mener à un viol, à la violence ...
Médication: souvent nécessaire, rarement suffisante De nombreux préjugés entourent la prise de médicaments chez les enfants atteints de troubles mentaux. Même si des zones floues demeurent quant aux eff...
Journées de la persévérance scolaire : initiative inspirante! Les jeunes élèves beaucerons en quête d'un travail peuvent désormais candidater chez des employeurs qui accordent de l'importance à la conciliation tr...
L’alimentation selon les jeunes Parler d’alimentation, c’est bien plus qu’énumérer des caractéristiques nutritionnelles ou proposer des recettes santé à faire à la mijoteuse. C’est a...
Quand la loi donne des droits La loi québécoise sur les services de santé et les services sociaux est claire, les usagers des soins de santé ont des droits. Encore faut-il les conn...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.

Commentaires