06
Déc
Lettre ouverte: Un débat s’impose sur les droits en santé mentale
Lettre ouverte: Un débat s’impose sur les droits en santé mentale

Cette lettre est signée par Hélène Fradet, directrice générale de la Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM) et du réseau Avant de craquer

Un drame évitable ?
Encore une fois, une fois de trop… Un individu atteint de troubles mentaux se retrouve sur le banc des accusés après avoir fait trois innocentes victimes dont deux qui ont perdu la vie. La mère de Frédérick Gingras crie sa rage devant un système qui a abandonné son fils atteint de maladie mentale et, de l’autre côté, on peine à imaginer les sentiments de désarroi et de révolte qui doivent habiter les familles des victimes.

Depuis 25 ans, la FFAPAMM (Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale) et son réseau Avant de craquer réclament du gouvernement des amendements à la Loi P-38, cette fameuse loi qui, en principe, doit protéger les personnes dont l’état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui. Année après année, les familles se butent à une fin de non recevoir puisqu’au Québec, les droits et libertés de la personne sont garantis par les chartes québécoise et canadienne. Priver quelqu’un de sa liberté, en le gardant ou en le traitant contre son gré, relève de l’évaluation de sa « dangerosité » et non pas de la perte de son jugement en lien avec sa maladie mentale. Sans volonté politique, ce dossier se retrouve devant l’Everest.

À lire aussi: Lettre ouverte: Les centres jeunesse, la maladie mentale et l'encadrement intensif

Des cas d’exception

D’entrée de jeu, rappelons que la très grande majorité des personnes qui composent avec un problème de santé mentale cherche à obtenir des soins, désire se rétablir et contribue positivement à la société. Par contre, comme collectivité, peut-on accepter que des gens tombent entre les mailles du filet en raison de lois mal adaptées ? Peut-on accepter que des règles législatives ne tiennent pas compte de la souffrance des personnes qui ont perdu leur jugement en raison de leur maladie mentale ? Peut-on accepter que des personnes refusent toute forme d’aide et qu’il faille attendre à la limite de leur dangerosité pour que le système de soins puisse les prendre en charge ?

En quête de l’équilibre

En 2016, il est hors de question de réclamer un retour du balancier dirigé vers l’institutionnalisation des personnes atteintes de maladie mentale. Cependant, il y a urgence d’agir pour réfléchir collectivement à la notion des droits des personnes qui perdent leur jugement en raison d’un état psychotique qui risque de les entraîner dans le bas fond, voire même à commettre l’irréparable.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux répondra sans doute qu’il travaille à l’élaboration d’un cadre de référence en matière d’application de la Loi P 38, une harmonisation des pratiques qui ne vise en aucun moment des amendements aux fondements de la loi. Pendant ce temps, les drames s’alignent les uns derrière les autres, tout le monde se lance la balle et ainsi va la vie !

À quand l’action ?

Pour éviter les drames, si l’État est capable d’imposer des lois pour que les automobilistes posent leurs pneus d’hiver le 15 décembre, qu’attend-t-il pour modifier une loi qui permettrait que l’on puisse éviter à des personnes atteintes de maladie mentale de sombrer dans l’enfer de la judiciarisation et surtout, d’éviter des drames humains qui, rappelons-le, pourraient être évitables.

À quand le débat public sur cette question Docteur Barrette ?

Notre dossier : Nouveaux regards sur la maladie mentale

Également sur Planète F
LES monoparentalités Une mère. Seule. Pauvre. Un, deux ou trois enfants. Père complètement absent… C’est souvent une image clichée pour se représenter la monoparentalité. ...
Suivis de grossesse aux sages-femmes Avec la réforme du système de santé au Québec, le gouvernement souhaite que les suivis de grossesses soient faits par des infirmières et les sages-fem...
Actualités: Pères, pauvreté et science Nos actualités de la semaine: Devenir père sur le tard : une nouvelle réalité dans laquelle sautent de plus en plus de quadragénaires. Certains les...
Devoirs interdits en France : mythe ou réalité? En France, les devoirs d’école sont sans doute la meilleure preuve qu’une loi ne suffit pas toujours à changer les pratiques. Officiellement, cela fa...
L’éducation sexuelle à l’ère d’internet Cette chronique a été préparée pour Les Éclaireurs, émission de consommation et de santé à la Première Chaîne de Radio-Canada. L’éducation sexuelle, ...
Les violences obstétricales sous la loupe Accoucher. Il s’agit sans doute de l’acte le plus naturel au monde. Pourtant, de plus en plus d’associations et de regroupements militent pour le droi...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.

Commentaires