27
Jan
Parents et désinformation numérique
Parents et désinformation numérique

Les parents désirent une meilleure éducation aux médias et à l’information pour leurs enfants. C’est ce que dévoile une enquête réalisée par le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) en France.

En janvier, les chercheurs ont observé les réflexions amenées dans le cadre du forum numérique « Vos enfants, les médias et Internet ». Principalement, les discussions tournaient autour de la désinformation qui touche les enfants, de plus en plus présents sur les plateformes numériques. Le CLEMI tenait à faire le point sur « les pratiques, les doutes et les interrogations des parents sur le rapport que leurs enfants entretiennent avec les médias et Internet. » Aussi, on a souligné les changements apportés aux dynamiques familiales avec la montée en puissance des pratiques numériques des parents.

À lire aussi: Montrer ses enfants sur les réseaux sociaux

Questions et sensibilisation

La parentalité se modifie avec l’avènement des réseaux sociaux et l’information trouvée en ligne. Ce même changement survient chez les enfants. Cette situation inquiète les familles.

- partenaire -

C’est auprès de 2038 parents que l’enquête a été réalisée. Majoritairement, on y retrouvait des femmes (82 %) par rapport à 18 % d’hommes. Parmi ces parents, 78 % souhaitent des cours d’éducation aux médias et à l’information en classe pour leurs enfants. De ceux-là, 83 % veulent qu’une sensibilisation aux dangers d’Internet soit offerte par les organismes publics.

Tout d’abord l’enquête a permis de connaître les médias les plus utilisés par les enfants pour s’informer. En première place, on retrouve Internet avec 77 % d’utilisation. Puis, la télévision et les réseaux sociaux arrivent dans la liste. Ces données ont permis de comprendre que la presse et la radio sont les médias les moins fréquentés par les enfants.

Par la suite, l’enquête a permis de comprendre davantage les questionnements des parents. La responsable du labo du CLEMI, Virginie Sassoon, explique ces interrogations. « Il y a une grande diversité et hétérogénéité des pratiques parmi les parents que nous avons interrogés, raconte-t-elle dans le rapport de l’enquête. Mais notre enquête nous a permis d’identifier les questionnements communs à tous les parents : comment maîtriser le temps dédié aux écrans en famille? Comment conseiller ses enfants sur l’usage des réseaux sociaux, apprendre à ses enfants à s’informer? Quelles actions, en lien avec l’école et les associations, initier en tant que parent d’élèves sur ces questions? Comment protéger ses enfants des images violentes et pornographiques et en parler avec eux? Ces problématiques vont structurer notre guide. »

À lire aussi: Les jeunes prennent des risques en ligne

Attentes des parents

Le guide dont elle parle, il s’agit du guide d’éducation aux médias et à l’information pour les familles. Ce document paraîtra dans le cadre de la Semaine de la presse et des médias dans les écoles. On y retrouve les principales recommandations faites par les parents auprès de différentes institutions.

Entre autres, les parents sont plusieurs (26 %) à demander aux écoles un temps d’échanges avec les enseignants pour répondre à leurs questions. Plus de la moitié des parents (56 %) souhaitent qu’il y ait des ateliers médias au sein des établissements scolaires. Aussi, 42 % des parents voudraient rencontrer des professionnels des médias pour aborder les questions de désinformation. Ils sont moins nombreux (23 %) qui aimeraient rencontrer des journalistes pour cela. Finalement, 83 % des parents souhaiteraient qu’il y ait une importante sensibilisation aux dangers d’Internet et aux enjeux du piratage.

Ces statistiques parlent d’eux-mêmes. Les parents sont nombreux à s’inquiéter pour leurs enfants quant à leur consommation d’Internet et des réseaux sociaux.

En janvier, le magazine Curium publiait un dossier sur les théories du complot qui font beaucoup d’adaptes chez les adolescents.

VOTRE ABONNEMENT PERMET À CE MAGAZINE D'EXISTER

Également sur Planète F
La protection Web et les jeunes : comment ça marche ? Nos interactions web laissent des traces. Beaucoup de traces. Chaque publication sur les réseaux sociaux, chaque recherche en ligne produisent des don...
Porter tous les enfants du monde Ne pas vouloir d’enfant ne signifie pas être égoïste, loin de là. Et donner du temps à une cause qui touche les enfants du monde, ce n’est pas seuleme...
Journées de la persévérance scolaire : initiative inspirante! Les jeunes élèves beaucerons en quête d'un travail peuvent désormais candidater chez des employeurs qui accordent de l'importance à la conciliation tr...
Réfléchir pendant le congé de maternité Trois mères montréalaises ont démarré Le Mat Bar, une série d’évènements de réseautage et de conférences pour garder les cellules intellectuelles acti...
La conciliation travail-famille est-elle l’affaire de tous? La Semaine québécoise des familles tire à sa fin. Avec pour thème Réconcilions travail et famille, cette semaine veut valoriser un équilibre entre le ...
Au-delà de l’école alternative Charles Caouette, professeur honoraire au Département de psychologie de l’Université de Montréal, est très critique envers le système d’éducation au Q...

À propos de Marilou M. Robitaille

Finissante au Baccalauréat en journalisme de l’UQAM, Marilou Muloin-Robitaille est passionnée des technologies et des enjeux de société. Elle aime alimenter les débats et découvrir de nouvelles cultures. D’abord stagiaire pour Planète F, Marilou continue d’évoluer en tant que journaliste au sein de cette équipe.

Commentaires

  1. Benoit

    C’est drôle de vouloir éduquer les enfants aux médias en premier. Cela ne servirait à rien si les parents ou adultes ne s’éduquent pas eux-mêmes avant tout. Juste à observer ce qui défile sur les fils des réseaux sociaux pour se rendre compte que le problème en est un d’adulte d’abord et avant tout. On ne peut espérer avoir des enfants plus évoluer que l’environnement qui leur est offert. Guider les enfants dans une saine dépendance vers une parfaite autonomie (c’est de moi). Saine dépendance, c’est notre job comme adulte. Bonne journée. Benoit Therrien, enseignant et éternel étudiant en politique, philosophie et pédagogie de l’éducation.

Laisser un commentaire