26
Fév
L'école Saint-Henri, avant et après le projet pilote l'Îlot Vert. Crédits photo : Marie-Michèle Perron
Pour une école où il fait bon vivre
Pour une école où il fait bon vivre

Modules pour planches à roulettes, buts de soccer, bancs de bois entourés de fleurs, barres de gymnastique. Les élèves de 5e et de 6e année de l’école primaire Charles-Lemoyne en rêvent.

25 établissements scolaires de la métropole s’embelliront d’ici le 5 mai.  Les étudiants ont la chance d’imaginer et de concevoir les aménagements qui prendront place dans la cour ou à l’entrée de leur école. Chaque établissement dispose d’un budget de 6000$.

L’école Charles-Lemoyne fait partie des 25 polyvalentes et écoles primaires participantes. Ses élèves débordent d’idées pour améliorer leur cour d’école. « C’est beau de les voir créatifs, de les voir imaginer, repenser leur environnement », confie leur enseignante Mireil Beaudoin.

Comme des pros

Les élèves de Charles-Lemoyne jouent aux designers en équipe de 3 ou 4 enfants. Ils analysent l’espace, organisent des consultations publiques par le biais de sondages. Ils dessinent des plans et tentent de les vendre à leurs camarades. Ils choisissent même les matériaux. Julie Tremblay, une bachelière en design engagée par Fusion Jeunesse, l’organisme qui promeut la persévérance scolaire à la source du projet, veille à ce que les élèves respectent les règles de l’art. Elle les rencontre une fois par semaine. « Les jeunes font comme les vrais designers, ils suivent les vrais étapes de création », met fièrement au jour l’universitaire.

« Le but, c’est que les élèves développent des passions, des ambitions, des rêves de carrière en voyant leurs mentors designers et architectes à l’œuvre », explique Emmanuelle Globensky, directrice chez Fusion Jeunesse. Les apprentis de Charles-Lemoyne ont même eu la chance de voir des journalistes, des relationnistes et des politiciens au travail. Ils ont présenté, avec le maire de Montréal Denis Coderre, leur projet organisé dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de la Ville.

Des écoles mal en point

L’enseignante Mireil Beaudoin n’y va pas de main morte : « Charles-Lemoyne a l’air d’un bunker. L’école n’est pas invitante, n’est pas chaleureuse. Elle est plutôt dégueulasse », avoue-t-elle, s’excusant du même coup pour l’expression utilisée. Mais voilà, à l’arrière de cette ancienne polyvalente, les modules de jeu sont quasiment absents. La cour est délimitée par une voie ferrée.

Quand ils sont à l’extérieur, les enfants de maternelle jouent dans un demi-sous-sol à aire ouverte.  Entourés de murs de béton, ils ne voient pas la nature autour d’eux, seulement le ciel. « Il faut améliorer leur quotidien, notamment en peignant de couleurs vives les murs gris qui les entourent. L’école a besoin d’amour », déclare Mme Beaudoin. « Un bel environnement, c’est nécessaire à la motivation », rappelle Emmanuelle Globensky de Fusion Jeunesse.

Objectif atteint

Selon Julie Tremblay, des talents s’éveillent chez les enfants participants. « Je pense notamment à une élève plutôt timide, qui était dans son coin. Dès qu’on a échangé nos visions, elle s’est levée et est devenue la leader politique de la classe. » Mireil Beaudoin renchérit. « C’est très formateur, les enfants découvrent leurs forces, leurs faiblesses, ce qu’ils aiment, ce qu’ils détestent », dit-elle.

Autre but du projet : léguer quelque chose aux plus petits. « Parmi les 25 écoles participantes au primaire ou au secondaire, ce sont toujours les aînés, les plus vieux, qui ont la responsabilité de repenser leur école », précise Emmanuelle Globensky. Ils doivent imaginer leur projet dans la durée. Considérer les besoins des élèves qui, après leur départ, fréquenteront les lieux d’enseignement. Ils doivent aussi s’assurer que leur construction respecte l’environnement.

Pour le printemps

Les étudiants des 25 écoles qui prennent part à Design 375º tracent les croquis des aménagements. Fin février, ils voteront pour leur préféré. Ils auront jusqu’au 5 mai, jour d’inauguration, pour le bâtir. Les élèves mettront la main à la pâte, avec des bénévoles.

Photo à la Une: Avant et après, le projet Îlot Vert, conçu et construit par des élèves du programme de formation préparatoire au travail  de l’école secondaire Saint-Henri. Ce projet-pilote de Fusion Jeunesse a vu le jour en 2015-2016. — crédit photo : Marie-Michèle Perron, courtoisie de Fusion Jeunesse

À lire aussi : 8 idées pour contrer le décrochage scolaire

Également sur Planète F
Plusieurs places vides dans les garderies On apprend cette semaine que de nombreuses garderies subventionnées du Québec éprouvent des difficulté à combler leurs places depuis la rentrée 2015. ...
Montréal vue par ses enfants Dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal, la Maison de l’innovation sociale et ses partenaires ont demandé à 300 jeunes montréala...
La mode du parenting Parenting : c'est un mot qui fait son apparition pour la première fois à la fin des années 1950, réellement utilisé à partir des années 1970. Avant, o...
Les inégalités dans le choix d’une école La possibilité pour les parents de choisir l’école que fréquentera leur enfant creuse le clivage entre les classes sociales. C’est ce que démontre une...
Un observatoire des tout-petits La Fondation André et Lucie Chagnon annonce le lancement de l’Observatoire des tout-petits. Un endroit pour colliger l’information de recherche et les...
Vaccination: un débat stérile? Une nouvelle étude scientifique a analysé plusieurs études sur la vaccination. Aucun lien n'a pu être fait entre la vaccination et l'autisme. Les résu...

Commentaires