10
Fév
L’appel à l’aide de Mieux-Naître à Laval
L’appel à l’aide de Mieux-Naître à Laval

Le centre de ressources périnatales lavallois Mieux-Naître fermera ses portes le 31 mars, s’il ne reçoit pas de soutien financier du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). La directrice de l’organisme sans but lucratif Lysane Grégoire a bon espoir que son appel au secours soit entendu.

Mme Grégoire a déposé une pétition de 1 234 signatures à l’Assemblée nationale mardi « pour la survie de Mieux-Naître à Laval ». Elle a pu échanger quelques mots avec le ministre de la Santé Gaétan Barrette. « Il nous a affirmé que notre demande de fournir au Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSSL) des fonds qui nous serait redistribués serait étudiée par sa conseillère politique en périnatalité, explique la directrice. Nous avons l’impression que le fruit a mûri et que nous aurons une réponse positive du ministère. »

Manque de fonds

Fondé en 2011, le centre de ressource périnatal a vu le jour l’année suivante grâce à un plan d’affaires qui prévoyait des apports financiers publics. Les nombreuses démarches administratives pour obtenir les sommes disponibles sous le gouvernement Marois ont retardé leur dépôt du montant chez le jeune organisme. Si bien que le parti Libéral est entré au pouvoir en 2014, sans que Mieux-Naître à Laval n’ait pu voir la couleur de cet argent. Le contexte d’austérité ne laissait alors plus place à leur requête. Le surplus de 2,2 milliards annoncé au terme de l’année 2015-2016 sera en partie réinvesti en santé et en éducation. Cela a redonné foi aux administrateurs du centre.

- partenaire -

« Le problème, c’est que notre organisme n’est viable qu’avec du soutien public », explique Mme Grégoire. Le centre de ressources périnatales peine à maintenir ses services jusqu’à la fin mars. Il survit grâce à une campagne de financement, à une subvention insuffisante du CISSSL et à des revenus générés par les activités offert à leur clientèle selon une grille de tarifs adaptée aux revenus. Des rencontres prénatales, des cours de RCR, de portage, de baladi prénatal ou de zumba avec bébé sont entre autres proposés. Pour tenir bon, l’organisme a dû cesser d’offrir certains services en plus de renvoyer du personnel. Il émise aussi sur le bénévolat.

Essentiel

Le centre a pour but de soutenir les familles lors de l’arrivée d’un bébé. On cherche surtout à briser l’isolement des mères pendant et après leur grossesse. « Absentes du travail, les femmes enceintes trouvent du réconfort et nouent des amitiés dans notre salle à manger, dans notre bibliothèque ou durant nos cours ou nos cafés-causeries, souligne Mme Grégoire. Notre impact sur les familles lavalloises est réel, bénéfique et nécessaire », déclare-t-elle.

Au Québec, 10 centres de périnatalité obtiennent du financement public. « Les Lavallois ont droit a des services en santé équitables », croit Mme Grégoire. Et ils sont de plus en plus nombreux à réclamer l’aide de Mieux-Naître, qui a même des listes d’attentes.

Laval est troisième plus grande ville du Québec. Elle compte plus de 4000 naissances par année. Elle a besoin d’un centre de périnatalité, selon la directrice. Elle aurait aussi besoin d’une maison de naissances et d’un service de sage-femmes. Des projets que Mieux-Naître à Laval prévoit concrétiser si l’argent ne vient plus à manquer.

Également sur Planète F
Choisir l’alternative à l’école secondaire On retrouve près d’une trentaine d’écoles primaires alternatives membres du Réseau des écoles alternatives du Québec partout dans la province. Au nive...
Marcher à l’école en toute sécurité Chaque jour, plus de 10 000 autobus transportent plus de 500 000 élèves sur des parcours équivalant à 700 000 kilomètres au Québec. Mais qu’arrive-t-i...
Et si tout se jouait avant 3 ans ? On sait que les conditions de grossesse peuvent avoir une influence sur la santé de l’enfant à naitre, sur son poids, son développement… Mais les scie...
L’inacceptable vulnérabilité Quatre Québécois sur cinq trouvent inacceptable le nombre d'enfants vulnérables qui débutent la maternelle. C’est la grande conclusion que tire l’Obse...
Vers une reconnaissance de l’adoption coutumière pour les Autochtones... Dans les milieux autochtones, les enfants peuvent changer de famille de façon informelle lorsque la situation familiale l'exige. Cette adoption coutum...
Nourrir la ville : les habitudes alimentaires à Montréal Ce qui se trouve dans l’assiette a évolué au fil des générations, tout comme la manière dont les aliments ont été produits. L’exposition « Nourrir le ...

Commentaires

  1. Nathalie Thibodeau

    tres bel article ! Merci de votre soutien… en esperant vraiment tres tres fort que le gouvernement prenne LA bonne decision ! Ce centre aide vraiment bcp de familles et Laval merite d’avoir son CRP !!

Comments are closed.