14
Mar
La parentalité aux États-Unis : un modèle désuet
La parentalité aux États-Unis : un modèle désuet

Le soutient à la parentalité varie d’un pays à l’autre. Malgré son statut de grande puissance, les États-Unis ne font pas bonne figure en comparaison aux Européens.

C’est ce qui est constaté par Pamela Druckerman, journaliste et auteure du livre Bringing Up Bébé : One American Mother Discovers the Wisdom of French Parenting, dans une chronique du New York Times. D’après l’auteure, si élever des enfants est exigeant peu importe le continent, le modèle français apporte un meilleur soutien aux parents afin qu’ils ne se sentent pas trop débordés.

Selon une étude produite par The American Journal of Sociology, les Américains ayant des enfants seraient 12 % moins heureux que les Américains sans enfant. Un constat qui diffère de la situation française, où les parents sont légèrement plus heureux que le reste de la population.

- partenaire -

Actuellement, aux États-Unis, les parents manquent de ressources lorsqu’ils ont des enfants. Selon le New York Times, parmi les éléments qui causent des problèmes et de l’insatisfaction chez ceux-ci, il y aurait le manque de vacances payées, de congés de maladie, ainsi que le haut coût de la vie pour aider leurs enfants. Il est important de noter qu’il y a une faible intervention de l’État dans ce dossier.

Un portrait bien différent que celui dressé en France, alors que les parents ont davantage de soutien. À titre de comparaison, plusieurs pays européens, en plus du Canada, offrent des congés de maternité. De plus, les gouvernements apportent un soutien aux familles. En France, l’État offre des services de garderies de grande qualité pour les jeunes enfants et des subventions pour des activités parascolaires pour les plus vieux.

La situation américaine vécue par des étrangers

Le modèle de parentalité américain peut surprendre les étrangers qui viennent s’installer aux États-Unis. Ce fut notamment le cas pour l’auteure britannique Ruth Whippman, qui a reçu une facture de 46 000 $ après avoir subi une césarienne en Californie. Une situation quelle décrit dans son livre America the Anxious.

Une anxiété qui est aussi partagée par une journaliste finlandaise, selon l’article du New York Times. Anu Partanen dit avoir commencé à faire des crises de panique après son déménagement à New York. Selon elle, même si les Scandinaves payent un peu plus de taxes que les Américains, ils reçoivent beaucoup plus de services.

D’après Ruth Whippman, l’un des problèmes du modèle actuel est que les Américains normalisent leur situation. Lorsqu’ils n’arrivent pas à prendre le contrôle ou qu’ils sont en difficulté, ils mettent le blâme sur eux-mêmes, peut-on lire dans son livre.

Les politiques familiales de l’administration Trump

Lors de la campagne électorale, le nouveau président américain, Donald Trump, avait mis de l’avant des propositions pour améliorer le sort des familles. Parmi ses promesses, il propose d’instaurer un congé de maternité de 6 semaines, ainsi qu’un crédit d’impôt pour les parents.

Depuis son entrée en poste, les politiques familiales n’ont pas une place importante dans la couverture médiatique ou dans les annonces du président. Par contre, le président Trump a mis en action l’une des mesures qu’il avait annoncées… soit retirer le soutien financier du gouvernement de Planned Parenhood. Une annonce qui réjouit les conservateurs. Ils s’attaquent depuis plusieurs années à cette association pro-choix, qui soutiennent les femmes qui décident d’avoir recours à l’avortement. Il est important de noter que Planned Parenhood milite pour l’accès aux soins de santé pour les familles.

Lors de son premier discours devant le Congrès, Donald Trump a mis l’accent sur l’importance des familles. Il a parlé des promesses effectuées lors de la campagne, malgré une certaine opposition à l’intérieur du Parti républicain.

Également sur Planète F
Enfants autochtones déracinés, DPJ coincée Trop d’enfants autochtones sont placés trop rapidement, trop loin et trop longtemps. Et la situation inquiète des membres des communautés autochtones....
De type « Lean In » ou de type « Recline&n... La conciliation travail-famille et la possibilité de "tout pouvoir faire" sont toujours d'actualité... Êtes-vous plutôt du genre "Leaning in" ou "Recl...
Des photos pour apaiser le deuil périnatal Depuis un an, la Fondation Portraits d'Étincelles propose un service de photographie pour les parents endeuillés de leur bébé décédé en cours de gross...
Déscolarisation – apprendre partout, sauf à l’école Un article fort intéressant dans La Presse de la fin de semaine au sujet de la déscolarisation, ou le « unschooling ». Début octobre, un colloque sur ...
CPE: La chasse aux places fantômes La commission parlementaire sur le projet de loi 27 a débuté cette semaine. La Loi sur l'optimisation des services de garde éducatifs à l'enfance subv...
Ma mère a besoin de moi Les relations mère-fille sont parsemées de hauts et de bas. Les adolescentes ont parfois tendance à tenter de se définir à travers cette relation, tou...

Commentaires

Laisser un commentaire