21
Avr
Les relevailles : Une nécessité pour les parents
Les relevailles : Une nécessité pour les parents

Autrefois, dans les campagnes québécoises, les mères étaient aidées par les femmes de leur famille après la naissance de leur enfant. Aujourd’hui, les centres de ressources périnatales proposent des services appelés relevailles. Ces accompagnements personnalisés permettent aux familles accueillant un nouveau-né de bénéficier d’aide au sens large du terme. 

Après la naissance d’un enfant, il peut être difficile pour certains parents de trouver un équilibre familial. Que ce soit pour gérer son temps ou effectuer des tâches ménagères, les relevailles permettent un accompagnement personnalisé, souvent pour la mère. La vulnérabilité postnatale est une problématique à laquelle les centres de ressources périnatales sont sensibles. Ils mettent ainsi à disposition des services gratuits où des aidantes entrent dans le quotidien des familles.

Juste après la naissance ou durant plusieurs mois, de nombreuses mères indiquent ne pas arriver à gérer leur temps. Les relevailles proposent plusieurs services et 52 % des femmes qui font appel à des aidantes souhaitent avoir un accompagnement pour les tâches ménagères. Afin de prévenir d’éventuelles dépression postpartum, les aidantes offrent également une écoute, et une aide psychologique. La mère retrouve confiance en elle et bénéficie de repos.

Un rapport mené par des chercheurs de l’Université de Laval met en lumière tous les bienfaits de ces services. Louise Hamelin Brabant a participé à cette étude et explique leur fonctionnement.

Montrer le bon fonctionnement des relevailles

« On a fait des entretiens avec des aidantes qui travaillent dans des services de relevailles pour mieux comprendre leur travail. On a aussi envoyé des questionnaires et on a croisé les données », souligne Louise Hamelin Brabant.

Ce qu’il faut comprendre, ce sont tous les enjeux méconnus derrière le travail des relevailles. Par exemple, de nombreuses femmes ne prennent jamais de temps pour elles, à cause du sentiment de culpabilité que cela leur procure. Les aidantes présentes dans les familles prennent la relève. La femme et le couple peuvent ainsi avoir du temps de libre. Souvent, c’est la même personne qui intervient dans la famille sur plusieurs mois (entre 5 et 8 fois par mois). Cela permet d’instaurer de la confiance et une vraie relation.

Les relevailles accompagnent également les parents en leur donnant de l’information après la naissance. En général, les parents souhaitent avoir plus d’information « sur le sommeil, l’allaitement et l’alimentation du bébé ou les ressources disponibles dans la communauté pour les nouveaux parents ». Tout ce travail d’information pour les parents est également présent dans les actions des relevailles.

Le rapport publié par l’Université de Laval et intitulé « d’un regard sur la vulnérabilité périnatale à une évaluation des services de “relevailles” offerts par les centres de ressources périnatales (CRP) du Québec » prouve ainsi que les relevailles sont une innovation sociale importante. Comme le souligne Louise Hamelin Brabant, l’étude tend à montrer les véritables enjeux derrière le travail des relevailles. Elle expose également que ces services sont bien utilisés et répondent correctement aux besoins des familles.

Cependant, 52 % des personnes ayant recours aux services des relevailles ont un niveau d’étude collégial ou universitaire. Le but est d’ouvrir cette offre à des familles où les parents n’ont pas ou peu été scolarisés : « On ne peut pas trouver de solution d’ouverture parce qu’on était sur notre première recherche. Mais il est vrai qu’il faut prêter un œil attentif à cette clientèle-là », constate Louise Hamelin Brabant.

Également sur Planète F
Les parents parfaits n’existent pas L’éducation bienveillante, la parentalité positive, la recherche du parent modèle : de nouvelles méthodes pour repenser les relations parent-enfant da...
Les mères, le marketing et les blogues On voit de plus en plus d’agences de marketing se tourner vers les blogues et les réseaux sociaux pour rejoindre les mères, particulièrement celles de...
Le double désavantage des femmes en politique Les préjugés sont tenaces pour les femmes en politique. On les considère comme égoïstes si elles n’ont pas d’enfants et pas assez dévouées à leurs fon...
Grosse comme dans grossesse… L’occasion peut être vue comme opportunité de réévaluer son image. Pour certaines femmes, la grossesse leur permet de se sentir belles. Pour d’autres,...
Lettre ouverte : à qui appartient l’accouchement? À nous! *Signée par Sophie Mederi, chargée de projet pour le Regroupement Naissance-Renaissance. Il y a tout près de quarante ans, les femmes et leurs allié....
Plus seules que jamais, ces mères à temps plein Il y a quelques années, les jeunes mères n’avaient qu’à sortir discuter avec les voisins lorsqu’elles se sentaient seules à la maison. Briser l’isolem...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.

Commentaires

  1. nathanaelle bouhier charles

    oui 🙂 j’en parle dans mon livre Blessingway que vous pouvez découvrir ici https://www.nbouhiercharles.com/publications/rituels-de-femmes/
    L’envoyer au Canada me coûte moins cher que de l’envoyer en France 😉

  2. Caro

    Ma soeur, à lire!

Comments are closed.