05
Mai
Petite enfance : 31 partenaires adhèrent à une déclaration commune
Petite enfance : 31 partenaires adhèrent à une déclaration commune


Plus d’une trentaine d’organisations de la société civile ont convenu d’une déclaration commune en matière d’éducation à la petite enfance.

L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) a notamment réuni des centrales syndicales, le Conseil supérieur de l’éducation (CSE), la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) et l’Association des garderies privées du Québec (AGPQ).

Le continuum éducatif, la qualité des services et leur accessibilité sont les trois éléments centraux de cette déclaration.

- partenaire -

Des années charnières

Par « continuum », les partenaires veulent dire que l’éducation des 0 à 5 ans est primordiale dans le développement des enfants. « Les services éducatifs à la petite enfance sont un maillon important […] et ils doivent être reconnus comme tels. » La déclaration prône une reconnaissance de cette éducation. Elle favorise une stimulation par le jeu et non une approche de scolarisation précoce. La maternelle à 4 ans préconisée par le ministre Proulx ne fait donc pas partie des recommandations.

La qualité des services est une autre priorité. Les intervenants du milieu devraient avoir accès à de la formation continue, du soutien pédagogique et des ressources spécialisées. « Une évaluation obligatoire de la qualité de tous les services éducatifs à la petite enfance doit être effectuée sur une base régulière », selon cette déclaration.

D’ailleurs, les CPE offrent un service de qualité supérieure comparativement aux services de garderies privées, selon les recherches. Sous le gouvernement de Philippe Couillard, les places en garderies privées se sont multipliées rapidement.

Accessibilité : un enjeu majeur

La question de l’accessibilité est aussi un enjeu important. Les enfants « en situation de vulnérabilité et ceux ayant des besoins particuliers » devraient avoir accès aux services. Un point de la déclaration est destiné à l’accessibilité des services aux Premières Nations.

Pour répondre à tous ces critères, l’État doit mettre les ressources nécessaires, revendique l’AQCPE et les signataires. La déclaration a été dévoilée lors du Sommet sur l’éducation à la petite enfance, le 5 mai.

oliRaphaël Grenier-Benoît, le jeune acteur qui a joué le rôle d’Oli dans l’émission Les Parent a lu la déclaration devant les participants. Le comédien est âgé de vingt ans, tout comme la politique familiale au Québec.

Les 31 partenaires se sont par la suite exprimés sur leur vision des services éducatifs en petite enfance. Plusieurs ont voulu réitérer le rôle central des parents. Selon Béatrice Alain du chantier de l’économie sociale, la place qu’accorde les CPE aux parents est le meilleur garant de la qualité de leurs services.

Également sur Planète F
Famille sans enfant Une famille sans enfant, est-elle une « vraie » famille? Un article publié dans 20minutes en France parle de ces femmes qui ne veulent pas d'enfant. ...
Surprotection : plus de mal que de bien L’ère est à la surprotection de nos enfants. Et c’est loin d’être une bonne nouvelle. Nos préoccupations en matière de sécurité restructurent le jeu, ...
Protéger aux moments-clés Jeudi matin, le 1er septembre, les chaînes humaines, lancées par le mouvement « Je protège mon école publique » seront de retour. Déjà plus de 615 éc...
Montréal vue par ses enfants Dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal, la Maison de l’innovation sociale et ses partenaires ont demandé à 300 jeunes montréala...
L’allaitement en public et les entreprises Le blogue Free Enterprise, qui s'intéresse aux questions légales pour les entreprises américaines, publie trois conseils aux entreprises concernant l'...
Un observatoire des tout-petits La Fondation André et Lucie Chagnon annonce le lancement de l’Observatoire des tout-petits. Un endroit pour colliger l’information de recherche et les...

Commentaires