17
Mai
Lancement de la Semaine québécoise des familles
Lancement de la Semaine québécoise des familles

La voix des parents est entendue lors de la Semaine québécoise des familles. Avant les colloques inversés qui se tiennent mardi et mercredi, le lancement de la semaine s’est ouvert lundi avec un panel de personnalités publiques. Les dix invités ont partagé leurs réalités de parents, leurs difficultés et leurs quotidiens.

« Faire venir des personnalités publiques pour parler de la famille, c’est une façon de voir que ça touche tout le monde », affirme Marie Rhéaume, directrice générale du Réseau pour un Québec famille. Qu’ils soient acteurs, journalistes ou encore humoristes, les dix personnalités invités ont pu s’exprimer sur leur vie de parents.

Guylaine Guay, humoriste et auteur, mère de deux enfants autistes, a mis l’accent sur sa réalité, un peu différente des autres. « Pour les parents à besoins particuliers, la structure sociale est beaucoup plus handicapante que le handicap des enfants ».

- partenaire -

Des parents impliqués

Ce qui est ressorti de la discussion, c’est l’implication des parents dans l’éducation de leurs enfants. Joe Bocan et Martin Larocque ont souligné l’importance d’intégrer les enfants dans le quotidien et d’assumer son style de vie.

« C’est une préoccupation du Réseau pour un Québec famille. On entend beaucoup la parole des intervenants, des chercheurs, on entend moins celle des principaux intéressés. Il y a souvent des propos négatifs qui sont tenus sur les parents. Ce qu’on a vu ce matin, c’est que tout le monde essaie de faire de son mieux. Les gens sont engagés, on essaie de le souligner. Même si ce sont des personnalités publiques, ils sont confrontés aux mêmes problèmes que tout le monde », affirme Marie Rhéaume.

Des inquiétudes communes

Le stress ou encore la conciliation travail-famille semblent être des inquiétudes grandissantes au sein des foyers. « Concilier le travail et le reste de la vie autour est difficile, on est dans une société d’accomplissement », témoigne Catherine Bérubé.

Pour ce qui est de la politique familiale, Vincent Marissal, journaliste à la Presse dénonce le fait que malgré de beaux programmes sociaux, on parle toujours d’argent et pas assez d’enfants. « C’est à nous d’arrêter de nous culpabiliser et de nous mettre la pression », ajoute le journaliste, père de trois enfants.

On distingue quand même dans ce panel, la voix des femmes qui ont fait des choix. Le choix d’aménager leur carrière en fonction de leurs enfants, comme l’affirme Guylaine Guay. L’humoriste souligne que sa vie professionnelle s’est construite autour de ses enfants.

La Semaine québécoise de la famille continuera avec les panels inversés. L’occasion de faire intervenir des parents « anonymes » sur leurs réalités.

Également sur Planète F
Plus seules que jamais, ces mères à temps plein Il y a quelques années, les jeunes mères n’avaient qu’à sortir discuter avec les voisins lorsqu’elles se sentaient seules à la maison. Briser l’isolem...
Lettre ouverte – Lettre des familles aux élus municipaux À toi qui vient d’être élu dans mon village/quartier/district/arrondissement/mairie, Je suis la famille québécoise. J’espère que tu t’es bien remis d...
Empathie chez les enfants : comment élever ses enfants à la gentillesse Les enfants d’âge préscolaire ont déjà les aptitudes nécessaires pour développer leur compassion. Mais comment élever ses enfants à l'empathie et à la...
Lettre ouverte : Concilier travail, famille … et bouchons de circulation Cette lettre est signée par Raymond Villeneuve et Marie Rhéaume Respectivement président et directrice générale du Réseau pour un Québec Famille Les...
Festival de Lanaudière : classique pour tous Du 1er juillet au 6 août prochain, aura lieu la quarantième édition du festival de musique classique de Lanaudière. Cette année, la direction artistiq...
Le retour de la Chasse-Balcon La Chasse-Balcon a repris dans les rues de Montréal. L'occasion pour les familles d'écouter de la musique traditionnelle gratuitement en fin de semain...

À propos de Elodie Potente

Elodie termine sa maîtrise en journalisme et médias numériques à Metz, en France. Elle a traversé l'océan Atlantique pour faire son stage à Planète F. Elle a envie de parler de sujets qui comptent, tout en utilisant ses compétences web. Et elle trouvait que Planète F était parfait pour ça!

Commentaires

Laisser un commentaire