18
Mai
Colloque inversé: Où sont les services pour les adolescents ?
Colloque inversé: Où sont les services pour les adolescents ?

5 femmes. 5 hommes. Leur point en commun : avoir au moins un enfant âgé entre 12 et 17 ans. Sélectionnés par la firme Léger, ils ont été réunis par le Réseau pour un Québec famille. Ils ont été invités à parler de leur vécu en tant que parents d’adolescent.

À l’instar de donner une conférence, des acteurs du milieu de la famille au Québec ont écouté les témoignages de ces 10 parents.

Aider les parents, c’est d’abord aider leurs adolescents

Ce qui est ressorti de leurs témoignages, c’est que les ressources dont les parents ont besoin sont des services pour leurs enfants. Plusieurs de leurs suggestions concernaient en fait directement leur adolescent.

- partenaire -

Notamment, la nécessité du soutien psychologique des adolescents. « Pour avoir accès à un psychologue dans un CLSC, il faut que le jeune soit sur le bord du suicide ». Selon cette mère, il faudrait un suivi psychologique pour tous les jeunes. Et ce, afin de les aider à transiger dans cette période qui les mène à l’âge adulte. Un avis partagé par plusieurs autres parents.

À lire aussi: Notre dossier sur la maladie mentale chez les enfants

Le manque criant d’accès aux services de santé en général a aussi été à l’ordre du jour. Plusieurs jeunes n’ont pas de médecins de famille. Certains ont aussi des difficultés d’accès à un dentiste ou un optométriste pour des raisons financières.

L’accès aux loisirs a aussi été très présent dans les discussions. Une mère croit que l’accès aux activités sportives et artistiques devrait être élargi et accessible à tous les budgets. « En commençant par ceux qui n’en ont pas, un budget »

L’éducation sexuelle est un autre élément qui a été soulevé. « Ma fille de 15 ans me demande si son chum peut venir coucher à la maison… c’est difficile », affirme un père qui a la garde complète de son adolescente. Il pense s’adresser au CLSC pour demander conseil à ce sujet.

À lire aussi: Notre dossier sur l'éducation sexuelle

Des situations touchant directement les parents ont aussi été apportées. Entre autres, leur désir d’accroître la possibilité de travailler 4 jours par semaine. « Ce n’est pas tous les employeurs qui le permettent, par exemple moi en tant qu’enseignante c’est désormais devenu impossible de demander un tel horaire. »

À lire aussi: Prendre le congé parental à l'adolescence

Moins de services pour les parents d’adolescents ?

Selon la directrice du Réseau pour un Québec famille, Marie Rhéaume, le petit groupe d’experts réunis pour cet atelier est révélateur. « C’est le reflet des services dans la société pour l’adolescence », selon elle.

Certains parents ont mentionné que les services de 0 à 5 ans sont importants. À partir de l’entrée à l’école primaire, il y a une cassure, les parents se sentent largués. « Nous devons nous arranger par nos propres moyens », selon une mère.

La majorité des parents du panel ne connaissaient pas d’associations ou d’organismes qui étaient leur étaient destinés. Plusieurs parents ne doutaient pas de l’existence de services, mais affirmaient que l’information ne parvenait pas à eux. Des services comme Tel-jeunes, Allo Prof et les CLSC ont par ailleurs été mentionnés.

Contrairement à l’image négative que la société véhicule, « ce n’est pas l’enfer vivre avec un adolescent ». Selon l’ensemble de ces parents, cohabiter avec leurs adolescents est très heureux, plaisant et enrichissant. Comme dans toutes les phases de la vie de l’enfant, des périodes difficiles peuvent survenir. Selon eux, ces moments n’entachent pas l’expérience parentale durant l’adolescence.

Également sur Planète F
La grande journée des petits entrepreneurs : du plaisir en perspective L’entrepreneuriat n’est plus seulement une affaire d’adultes. En magasin ou sur Internet, vous pourriez désormais tomber sur Double Identité ou sur C’...
La première Grande semaine des tout-petits En cette Journée mondiale de l'enfance débute la Grande semaine des tout-petits. Cette première édition de cette semaine est pilotée par la Fondation ...
Enfants autistes, mères en détresse La santé des mères des enfants autistes est inquiétante. C’est le constat brutal de Catherine des Rivières-Pigeon, professeure au département de socio...
La parole donnée aux enfants Dans une société en constante mutation, la notion de famille a bien évolué ces dernières années. Elle s’est élargie, au-delà du modèle traditionnel du...
Avoir des enfants sur le tard C'est lors de l'annonce de la grossesse de Patricia Paquin en août dernier que le débat s'est enflammé sur les réseaux sociaux. Avoir des enfants « su...
Plus seules que jamais, ces mères à temps plein Il y a quelques années, les jeunes mères n’avaient qu’à sortir discuter avec les voisins lorsqu’elles se sentaient seules à la maison. Briser l’isolem...

Commentaires

Laisser un commentaire