21
Juin
Aquaphobie : surmonter sa peur pour ses enfants
Aquaphobie : surmonter sa peur pour ses enfants

La saison des piscines arrive, et avec elle, son lot d’angoisses. Surtout pour les parents qui ont peur dans l’eau. Heureusement, l’apprentissage de la natation reste possible à tout âge.

Des parents qui ne savent pas nager et qui ont peur, ça existe, même si le sujet est tabou en 2017. Même que cette peur a tendance à se transmettre d’une génération à l’autre.

Loin de nous le jugement

« Le comportement sécuritaire qui consiste à limiter l’accès au plan d’eau à son enfant lorsqu’on ne sait pas nager est nécessaire », affirme Élise Gaudette, fondatrice d’EAUdace, une école de natation pour adultes. La professeure, formée à la Croix-Rouge, tient à ne pas mettre la culpabilité sur le dos des parents qui ne nagent pas. « Si ton enfant tombe dans l’eau et que tu ne peux pas le sauver, il vaut mieux limiter son accès. On a tendance à dire, son parent l’empêche de… mais il le protège. »

- partenaire -

Cette peur est d’autant plus difficile à exprimer qu’elle est vécue comme une honte. « L’information autour de l’aquaphobie n’existe presque pas. C’est un tabou social. Les gens qui ne savent pas nager se font dire ‘voyons, c’est facile’. Ceux qui maîtrisent ces aptitudes n’ont pas la mesure de ce qu’ils ont dû faire pour l’apprendre. »

Pour permettre aux adultes d’affronter leur angoisse, Élise Gaudette a lancé en 2009 un programme pour eux. « Assurer la sécurité des enfants ou des petits-enfants autour ou dans un plan d’eau va souvent être un motivateur », explique-t-elle.

Apprendre à l’âge adulte

Mais apprendre à nager à l’âge adulte n’est pas chose aisée. « Quand on est petit, ça va de soi qu’un moniteur de natation ou un parent nous accompagne. Quand on est grand, c’est beaucoup plus difficile. »

Résultat, de nombreux adultes baissent les bras après les premières séances. « Dans n’importe quel cours municipal, le taux d’abandon, au début, est très important », explique Élise Gaudette. Pour elle, il faut changer d’approche en misant sur l’accompagnement. « Pour prendre le risque d’aller où l’on n’a pas pied, on a besoin de quelqu’un qui nous accompagne. »

Il s’agit aussi de désacraliser et de mettre des mots sur cette peur. « C’est important de faire la différence entre la peur de l’eau et la peur dans l’eau », explique-t-elle. « Les gens sont capables d’être autour de l’eau, ils sont capables d’être dans l’eau. Quand on adresse cette peur, on se rend compte que c’est la peur de suffoquer et de perdre le contrôle qui est souvent présente. »

Transmission de génération en génération

Comme toutes les peurs, celle de nager peut se transmettre de génération en génération. En 2015, une étude menée sur des rats par Jack Debiec et Regina Marie Sullivan de l’Université de New York se révéla intéressante. Chez les rats, l’odeur de la peur émise par le parent augmenterait la production de corticostérone, une hormone de stress, chez son enfant.

Pour Élise Gaudette la transmission joue un rôle important. « Si tu n’as pas été porté dans l’eau par des bras confiants, c’est sûr qu’il y a une expérience de vie que tu n’as pas. »

La crainte de l’eau dans le milieu familial. Voilà ce qui est souvent nommé par ses clients comme la source de leur angoisse. Elle donne l’exemple des années 1950 et 1960. À cette époque, certains agriculteurs au Québec n’avaient pas accès à des plans d’eau. Ils donnaient pour consigne à leurs enfants de ne pas aller se baigner dans la rivière. « Les enfants entendaient ‘c’est dangereux’, mais les parents voulaient dire ‘c’est dangereux, car je ne pouvais pas aller te chercher’. Un comportement qui se voulait sécuritaire se transforme en une incompréhension du milieu et du risque ».

On note une baisse du nombre de décès liés à l’eau entre 1991 et 2010. Par contre, il est difficile de mesurer combien de personnes ne connaissent pas les rudiments de la natation aujourd’hui, au Québec. Une chose est sûre, il n’est jamais trop tard pour apprendre et vaincre ses démons.

Également sur Planète F
Festival de Lanaudière : classique pour tous Du 1er juillet au 6 août prochain, aura lieu la quarantième édition du festival de musique classique de Lanaudière. Cette année, la direction artistiq...
Colloque inversé : les parents entendus Un colloque inversé organisé par le Réseau pour un Québec famille a permis à des parents de raconter leur réalité. Dans le cadre de la Semaine québéco...
Lettre ouverte: L’autisme et l’éducation En préparation de notre dossier pour la rentrée, nous publions le texte d'un père d'enfants différents, inquiet pour l'éducation de ses fils. La bell...
Le parent au centre de l’expérience C'est une première que le Réseau pour un Québec Famille se mouille dans un mémoire, une prise de position pour les parents. Déposé aujourd'hui à la Co...
Les parents ne sont pas tous en vacances Comment s’assurer que les enfants passent un bel été pendant que les parents travaillent tous les deux à temps plein ? Comment se passent les vacances...
Les parents parfaits n’existent pas L’éducation bienveillante, la parentalité positive, la recherche du parent modèle : de nouvelles méthodes pour repenser les relations parent-enfant da...

Commentaires

Laisser un commentaire