29
Juin
La voiture, un espace familial
La voiture, un espace familial

Trajets quotidiens, départ en vacances, dans l’habitacle particulier de la voiture, les familles sont réunies pour un temps plus ou moins long. Dans cet espace clos, parents et enfants sont souvent séparés à l’avant et à l’arrière. Entre « micro-drames » familiaux, chansons en chœur et jeux, nos itinéraires en automobile sont bien plus marquants que l’on ne croit.

Assise à l’arrière du break de mon père, mes écouteurs vissés dans les oreilles, je fais semblant de dormir. Mes parents en profitent pour débattre de sujets qu’ils n’ont pas eu le temps d’évoquer dans la semaine. Dès qu’un mot attire mon attention, je baisse la musique, pour les écouter. Peu importe le trajet, peu importe la distance, j’ai toujours prêté attention à ce que mes parents se disaient lors de nos voyages en voiture. Prétendre écouter de la musique ou dormir m’a permis de m’immiscer dans leurs discussions sans qu’ils le sachent.

Le pédopsychiatre Daniel Marcelli s’est intéressé à ce qui se passe dans nos voitures. Dans un article pour Cerveau & Psycho, publié en avril 2017, il met en lumière les « micro-drames » familiaux qui accompagnent nos trajets. Souvent, la disposition de l’auto fait oublier qu’il y a des passagers à l’arrière. Certains parents en profitent pour avoir des conversations plus intimes ou sérieuses sans s’apercevoir que les enfants les écoutent : « Ma plus vieille est née avec une fente palatine. Ça lui a entraîné plusieurs otites et des troubles d’audition. Mon mari et moi profitons souvent des déplacements en auto pour régler mille et une choses. Des choses d’adultes », explique Cynthia. « Les audiologistes nous avaient dit que notre fille pouvait être sourde et qu’en voiture, à cause des bruits de fond, elle ne pourrait pas nous entendre parler de l’arrière! Et bien je peux vous dire, avec toutes les questions qu’elle nous posait en arrivant à destination, qu’elle avait tout entendu et qu’elle n’avait pas dormi du voyage ! »

- partenaire -

Rires et chansons

Mais la voiture est également un lieu d’échanges entre tous les membres de la famille. Les départs en vacances sont propices aux jeux, aux chansons et aux rires. Juliette raconte que sa mère achetait toujours deux paquets de bonbons sur la route des vacances : un pour elle et un pour ses trois enfants. Durant le trajet, elle leur disait «  ne mangez pas trop de bonbons ». Mais elle, mangeait son paquet en deux heures : « Tout le reste du trajet, on la fournissait ». La jeune fille repense aussi à ce moment cocasse lors d’un voyage au ski : « On était presque arrivés à la station, puis on est tombés sur une route enneigée. Mon père a tenté d’installer les chaînes sur les pneus, mais il manquait un fil pour les attacher. Il a trouvé une super idée : prendre les lacets de chaussures de mon petit frère, qui devait avoir 6 ans. Il a pleuré toute la fin du trajet, nous on riait. » Les voyages en voiture sont autant de souvenirs qui rapprochent la famille.

Je me rappelle avoir fait écouter trois compilations de Bob Dylan à mes parents, lors d’un long trajet pour les vacances. Au bout de deux heures, n’en pouvant plus, ils m’ont demandé de mettre un autre CD. Je m’étais auto-proclamée DJ de ce trajet et j’avais le dernier mot sur la musique.

Les voyages en voiture sont souvent marqués par le rythme des chansons. Mais c’est également l’occasion de partager les goûts de chacun. « Je réalise que mes parents avaient énormément de patience pour écouter nos chansons in du moment durant tout le trajet, Baie-Comeau-St-Sauveur ou Baie-Comeau-Moncton »,  confie Nadia.

Un comportement qui change

Un sondage Ipsos pour Vinci autoroute paru en 2015, montre que 66 % des enfants français trouvent leurs parents agaçants au volant. Outre la conduite en elle-même, certains enfants peuvent prendre exemple sur leurs parents. Un mimétisme se met alors en place. « Je suis très peureuse en voiture lorsque ce n’est pas moi qui conduit. Mon père, très farceur, faisait semblant de perdre le contrôle, lâchait le volant. Je criais de peur et ça le faisait rigoler. Je ne sais pas si ma peur vient de là, mais c’est viscéral », déclare Marie-Eve. « Quand mon conjoint conduit, je suis sur les nerfs. J’ai peur, je lui dis: as-tu vu la voiture, fais attention, vas moins vite, etc. Ma fille, qui a 2 ans et demi, a commencé très tôt à imiter mon comportement. Regarde maman, il y a une voiture. Attention aux voitures maman, on va trop vite maman! Je ne sais pas si ce n’est que de l’imitation ou si je lui transmets bien malgré moi ma peur en voiture ! »

Lorsque les parents sont nerveux, vulgaires ou utilisent un téléphone au volant, les enfants témoins de ces agissements peuvent les reproduire. En 2016, Ipsos mène une autre étude sur l’impact des comportements des parents sur la conduite de leurs enfants. Que ce soit l’incivilité, la vitesse ou les infractions, de nombreux schémas se répètent dès que l’enfant apprend à conduire.

La voiture peut donc être aussi un lieu d’apprentissage, d’éducation et de sensibilisation au code la route.

voiture

Également sur Planète F
À chacun son logement Chaque famille a ses priorités et ses obligations en terme d’habitation. Certaines familles préfèrent être locataires, alors que d’autres envisagent d...
Plusieurs places vides dans les garderies On apprend cette semaine que de nombreuses garderies subventionnées du Québec éprouvent des difficulté à combler leurs places depuis la rentrée 2015. ...
Le sexisme au féminin Plusieurs femmes cherchent l’égalité des sexes dans le monde du travail, mais ne l’appliquent pas à la maison. De nombreuses études montrent que les ...
L’inacceptable vulnérabilité Quatre Québécois sur cinq trouvent inacceptable le nombre d'enfants vulnérables qui débutent la maternelle. C’est la grande conclusion que tire l’Obse...
Lettre ouverte : Ma mère n’a jamais travaillé À la suite du partage de ce texte paru dans La Presse sur la conciliation travail-famille, une lectrice nous a écrit. Elle préférait garder l'anonymat...
Les consultations publiques sur la réussite éducative attendent l’opi... « Ce qui nous horripile dans l'exercice, c'est que c'est faux de prétendre qu'on va entendre le personnel de l’éducation », affirme Louise Chabot, pré...

À propos de Elodie Potente

Elodie termine sa maîtrise en journalisme et médias numériques à Metz, en France. Elle a traversé l'océan Atlantique pour faire son stage à Planète F. Elle a envie de parler de sujets qui comptent, tout en utilisant ses compétences web. Et elle trouvait que Planète F était parfait pour ça!

Commentaires

Laisser un commentaire