01
Juin
Festival de Lanaudière : classique pour tous
Festival de Lanaudière : classique pour tous

Du 1er juillet au 6 août prochain, aura lieu la quarantième édition du festival de musique classique de Lanaudière. Cette année, la direction artistique a été reprise par Grégory Charles.

L’artiste désire rendre accessible aux plus jeunes la musique classique, trop marginalisée. Avec le festival il souhaite toucher les familles et les sensibiliser à ce répertoire.

Chaque année, dans différentes municipalités de Lanaudière, la musique classique attire la foule. De plus en plus d’artistes de prestige performent sur les scènes du festival de Lanaudière. Grégory Charles y a d’ailleurs joué plusieurs fois. Il était donc tout naturel pour lui de se proposer à la direction artistique, lorsque la place est devenue vacante : « C’est la 40e anniversaire cette année et c’est le plus important festival de musique classique au Canada ».

- Annonce -

Pour lui, le festival est l’endroit idéal pour permettre aux familles de connaître ce style musical. L’artiste rappelle que la musique est un langage auquel la plupart des musiciens ont eu accès grâce au classique, quelque soit le genre qu’ils font aujourd’hui.

Initier et donner des clés au public

Issu d’une famille de musiciens, Grégory Charles a grandi avec de la musique « formelle ». Jeune, il est allé au camp de Lanaudière, fondé par le Père Lindsay : « Le but était de mettre en contact les jeunes et les professionnels. Quand on a 14 ou 15 ans et qu’on est musicien, ce sont tous les autres genres de musique qui sont marginaux et non la musique classique », déclare-t-il.

Pour lui, il s’agit surtout de montrer au public que le classique n’est pas exclusivement réservée aux initiés : « Je suis dans un exercice de conversion, je me prends pour St-Pierre. La mission est maintenant de tendre la main vers tous ceux qui pensent qu’ils ne sont pas assez connaissants, intelligents ou raffinés, toutes ces choses qui se disent de la musique classique. Comme si il fallait absolument connaître pour apprécier ».

Il admet qu’il faut donner des clés d’interprétation aux auditeurs et inclure les jeunes, c’est « sa spécialité ». Malgré tout, le musicien souligne que de moins en moins de familles ont des instruments de musique au sein de leur foyer. « La musique n’est pas assez accessible aux jeunes, je parle de la musique comme langue, pas comme bruit de fond. C’est une langue, et plus on la parle, plus on l’entend, plus on nous l’explique. Nos grands-parents avaient des instruments de musique dans leur maison, ils n’avaient pas d’écrans plats ou d’ordinateurs mais un piano, une contrebasse, etc », explique-t-il. À l’école on coupe les programmes musicaux, par manque de moyens et de temps. « Au moment où on en a le plus besoin ».

À lire aussi : Le retour de la Chasse-Balcon

Un festival grand public

Le festival de Lanaudière est selon lui le bon endroit pour populariser le classique. Notamment, grâce à son emplacement, l’amphithéâtre peut accueillir entre 7000 et 8000 personnes. Également avec une partie des concerts gratuits : « De par la nature de ce festival, qui se passe dans toutes les municipalités de Lanaudière, et qui est parfois en gratuité, les familles peuvent pique-niquer sur la pelouse et découvrir, assister à un concert. »

Il faut avant tout rendre « digestible » la programmation pour le public. Et proposer des choses que d’autres n’ont pas les moyens ou le temps de faire, comme présenter de jeunes talents. « Il est question de permettre à la population du Québec et du Canada de découvrir des orchestres, des interprètes, des chanteurs, des pianistes, des violonistes. C’est pour ça que ça s’appelle un festival c’est parce que c’est supposé être un carrefour pour tous les publics », dit Grégory Charles.

Retrouvez la programmation de l’événement.

Également sur Planète F
Immigrants de deuxième génération « Un Québécois noir, maintenant ça existe », plaisante Jérôme Pruneau, ethnologue et directeur de l’organisme Diversité artistique Montréal (DAM). L...
À chacun son logement Chaque famille a ses priorités et ses obligations en terme d’habitation. Certaines familles préfèrent être locataires, alors que d’autres envisagent d...
Avoir des enfants sur le tard C'est lors de l'annonce de la grossesse de Patricia Paquin en août dernier que le débat s'est enflammé sur les réseaux sociaux. Avoir des enfants « su...
L’éducation comme solution à la culture du viol On parle beaucoup de culture du viol ces derniers jours. On peut croire que plus on en parle, plus les gens – et les garçons plus particulièrement – s...
Les consultations publiques sur la réussite éducative attendent l’opi... « Ce qui nous horripile dans l'exercice, c'est que c'est faux de prétendre qu'on va entendre le personnel de l’éducation », affirme Louise Chabot, pré...
Enfants, parents et grands-parents… sous le même toit! Au Canada, pas moins de 363 000 ménages ont choisi la cohabitation multigénérationnelle, c’est-à-dire la cohabitation entre trois générations et plus ...

À propos de Élodie Potente

Elodie termine sa maîtrise en journalisme et médias numériques à Metz, en France. Elle a traversé l'océan Atlantique pour faire son stage à Planète F. Elle a envie de parler de sujets qui comptent, tout en utilisant ses compétences web. Et elle trouvait que Planète F était parfait pour ça!

Commentaires

Laisser un commentaire