06
Juil
Jouer dehors, essentiel pour les enfants
Jouer dehors, essentiel pour les enfants

Les enfants passent moins de temps à l’extérieur, jouent moins longtemps et surtout, moins par eux-mêmes. Des habitudes qui se répandent de plus en plus dans une société qui cherche à protéger toujours plus les petits.

Au point de considérer qu’un enfant qui traverse la rue avant 14 ans n’est pas en sécurité. Seulement, à force de persuader les parents qu’il vaut mieux enfermer leurs enfants dans une bulle, ces appréhensions pourraient nuire à leur bon développement.

Plusieurs spécialistes s’accordent pour dire qu’il est essentiel de jouer dehors pour les enfants. Louis-Philippe Dugas est doctorant en psychologie à l’UQTR. Lors d’une conférence donnée à Trois-Rivières, il rappelle qu’avant, les parents laissaient spontanément les enfants jouer dehors entre eux, sans surveillance. Selon lui, ce mode de vie s’est progressivement perdu au profit d’un encadrement jugé plus sécuritaire.

- partenaire -

Or, il est démontré que les enfants ont besoin du « jeu libre », c’est-à-dire le jeu spontané, sans objectif prédéterminé, qui est initié et dirigé par les enfants eux-mêmes. Et le meilleur terrain pour ce type de jeu, c’est bien l’extérieur ! Voici une liste de quelques bienfaits procurés par le jeu libre en plein air.

A lire aussi : Jouer dehors pour mieux apprendre

• Développer l’imagination

Qui dit extérieur dit absence des frontières habituelles établies par les quatre murs de la maison, et donc un terrain de jeu bien plus vaste pour l’enfant, au-delà même de l’aspect purement physique. Aller dehors offre la possibilité de laisser libre cours aux idées des enfants.

• Acquérir les apprentissages fondamentaux

Jouer dehors permet également de développer un certain nombre d’habiletés, aussi bien physiques que cognitives. En se confrontant à l’extérieur, l’enfant va apprendre à utiliser ses capacités motrices, de la même manière que lorsqu’il apprend à marcher.

• Enseigner l’autonomie

L’enfant apprend à prendre des initiatives et sortir de son confort familial. Aller à l’extérieur est idéal pour cela, puisqu’il doit apprendre à se faire une place par lui-même parmi les autres enfants qu’il ne connaît pas et dont il cherche à se rapprocher pour jouer. Cela va également développer ses compétences sociales en rencontrant des personnes hors de son entourage.

• Renforcer la confiance en soi

Réussir à s’insérer dans un groupe permet de gagner en assurance. C’est aussi une compétence que l’enfant va développer en prenant progressivement des risques. Il apprend à repousser ses limites et à prendre des décisions. Recommencer la même chose et y arriver seul apporte en effet une gratification non négligeable.

• Jouer dans un environnement riche

L’avantage considérable de jouer dehors, c’est que les possibilités sont multiples et quasi infinies. L’enfant adapte son imagination à l’espace qui l’entoure et trouvera de nouvelles activités dans chaque nouveau lieu, qui constitue pour lui une nouvelle aire de jeu. En plus, jouer dans les parcs offre une riche panoplie d’idées, mais ne coûte rien !

• Profiter de la lumière

La luminosité est essentielle dans le quotidien de toute personne et elle participe encore davantage à l’épanouissement des enfants. La lumière réduit aussi considérablement la déprime et apporte un effet positif au moral dès que les beaux jours pointent le bout de leur nez.

• Prévenir la myopie

Fait un peu moins connu, mais qui commence à se répandre, jouer dehors permet aux enfants de conserver une bonne vue. Des études en Australie et à Singapour ont conclu que les enfants passant plus de temps à l’extérieur avaient moins de disposition à devenir myope. Mieux encore, une étude chinoise affirme qu’ajouter 40 à 80 minutes par jour de jeu extérieur ferait diminuer la myopie d’environ 10%.

• Diminuer les troubles déficitaires de l’attention

Il est en effet plus facile de se concentrer après s’être bien dépensé en plein air. C’est ce qu’indique l’étude de Frances E. Kuo, à l’Université d’Illinois. Jouer dans des espaces verts ouverts aiderait ainsi à maîtriser les pulsions chez les enfants atteints d’un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

• Empêcher le « déficit de nature »

C’est une expression qui devient de plus en plus courante. Beaucoup de jeunes aujourd’hui en souffrent tant leur contact avec la nature est minime. Jouer à l’extérieur les habitue à sortir et à entretenir une proximité avec les espaces verts qui perdura plus facilement à l’âge adulte. De plus, le contact avec la nature permettait un meilleur épanouissement chez les enfants, qui bénéficieraient de meilleures notes à l’école ou qui souffraient de moins de stress, selon les observations de Vicki Harper, professeure d’éducation physique et récréative à l’Université d’Alberta.

• Lutter contre l’embonpoint

Sans grande surprise, permettre aux enfants de se dépenser dehors c’est aussi veiller à leur santé physique. Une étude canadienne démontre que les enfants qui jouent dans des endroits où ils peuvent disparaître, voire se perdre, sont plus actifs que ceux qui jouent de façon restreinte. Par exemple, les garçons en dernière année d’école primaire sont deux fois plus actifs physiquement que leurs comparses. Il en est de même pour les filles en seconde année de lycée, quatre fois plus actives si elles jouent librement et spontanément.

• Créer de beaux souvenirs

Parce que jouer dehors est un plaisir à savourer, pour les parents comme pour les enfants, c’est aussi l’occasion de passer un moment en famille, de se faire de nouveaux souvenirs à raconter et à partager. Cela crée une complicité et favorise la relation parents-enfants dans la joie et la bonne humeur !

Sources : centdegres.ca ; blogue.avenirdenfants.org ; naitreetgrandir.com ; activeforlife.com ; quebecenforme.org

Également sur Planète F
Les 3 Magaly : rompre le silence en famille Les 3 Magaly. C’est le récit de trois générations de femmes autochtones de la Bolivie. La grand-mère a été assassinée par sa patronne en toute impunit...
« Sois un homme » : des paroles dommageables pour les garçons « Sois un homme » pourrait être la phrase la plus dangereuse qu’on puisse dire à un petit garçon. Rejeter l’empathie, prôner la force du sexe masculin...
Austérité : la mobilisation s’organise dans les CPE Les parents qui envoient leurs enfants dans des centres de la petite enfance (CPE) reçoivent depuis quelques jours une lettre les incitant à se mobili...
La parole donnée aux enfants Dans une société en constante mutation, la notion de famille a bien évolué ces dernières années. Elle s’est élargie, au-delà du modèle traditionnel du...
Qu’est-ce qu’on écoute dans la voiture? L’été, le soleil, la nature. C’est la saison des vacances et beaucoup sont nombreux à en profiter. Avant d’atteindre la destination rêvée, il faut sou...
Le rôle des parents dans les stéréotypes de genres Une étude, menée par une équipe de chercheurs de l’Université de Harvard, prouve que les stéréotypes de genres ne sont pas spontanés chez l’enfant. Il...

Commentaires

Laisser un commentaire