31
Juil
Traumatismes pendant l’enfance : quelles conséquences à l’âge adulte ?
Traumatismes pendant l’enfance : quelles conséquences à l’âge adulte ?

Après la naissance de son second enfant, Ayako n’a pas su s’en occuper, mais refusait catégoriquement qu’on le lui prenne. Son premier avait déjà été placé car elle le négligeait également. Il s’est avéré que la jeune Japonaise avait elle-même été maltraitée plus jeune, comme l’explique Libération. Si ces traumas subis par les enfants ont tendance à se répéter au fil des générations, c’est qu’ils laissent des séquelles importantes sur les survivants, même à l’âge adulte.

Le calvaire des victimes de traumatismes vécus pendant l’enfance ne s’arrête pas après les violences. Les cas reconnus laissent des marques difficiles à effacer, ou même à oublier. Violences émotionnelles ou physiques, abus sexuels, abandon parental, violences conjugales vues par les enfants, humiliations verbales… La liste des traumatismes subis par les enfants est longue et se rallonge de nouveaux faits, car on reconnaît progressivement leur impact sur les tous petits. Ainsi, ceux qui assistent aux mauvais traitements subis par leur frère ou leur sœur sont désormais pris en compte.

Cela commence dès la petite enfance. Le site du CHU Sainte-Justine prévient par exemple des effets négatifs causés par le syndrome du bébé secoué (SBS). Des nourrissons victimes de telles secousses, alors qu’ils sont fragiles, peuvent souffrir de séquelles, parfois permanentes. Troubles du sommeil, troubles de l’alimentation, épilepsie, paralysie et cécité, pour n’en citer que quelques-uns. Et quand ces victimes ne montrent pas de maux visibles, elles peuvent tout de même souffrir de troubles de l’apprentissage ou de socialisation.

- partenaire -
A lire aussi : Même plus la force de jouer

Des expériences qui affectent les relations sociales

Natacha Godbout, psychologue et professeure au Département de sexologie à l’UQAM, a consacré plusieurs travaux aux impacts relationnels de tels traumatismes à l’âge adulte, en particulier les abus sexuels. Plus les faits ont lieu en bas âge et se répètent, plus les séquelles sont lourdes et compliquent les rapports avec les autres personnes. Dans un article de l’UQAM, elle explique que les « survivants croient par exemple, qu’ils ne valent pas la peine d’être aimés. ».

Si certains troubles ressentis par ces victimes correspondent au syndrome de stress post-traumatique (SSPT), elles montrent aussi une détresse émotionnelle, sur le plan relationnel. Ainsi, des problèmes d’attachement, le manque de confiance en soi ou en autrui compliquent leurs chances de construire et de s’épanouir dans une relation conjugale. Natacha Godbout observe également que des expériences de négligence peuvent conduire à des relations intimes chaotiques.

Les survivants font souvent recours à la dissociation, d’après les recherches de la psychologue. Ce phénomène variable peut s’exprimer de plusieurs façons, pour se prémunir des réalités trop difficiles à supporter. Parce que les évènements sont trop durs et trop brutaux, la personne se déconnecte d’elle-même et de son environnement. Cela explique pourquoi certaines personnes peuvent parler de ce qu’elles ont vécu sans rien ressentir, ou d’un air absent. Cette stratégie semble rassurante mais perturbe grandement la santé mentale du survivant.

Des solutions pour guérir

Néanmoins, de telles conséquences ne sont pas une fatalité. Il existe des moyens pour aider les victimes de traumatismes subis pendant l’enfance à aller de l’avant. Pour Natacha Godbout, il faut surtout que les survivants prennent conscience de ce qu’ils ont vécu en étant petits, et qu’ils le comprennent. La mentalisation est la clef. Il s’agit de se représenter les intentions qui motivent les actions et sentiments d’une personne, ou de soi-même. Comprendre l’acte subi et les raisons qui se cachent derrière est essentiel pour guérir. Cela permet de combattre la dépression et la dissociation, en se confrontant à la réalité et en la surmontant.

Guérir seul n’est pas non plus facile, être écouté et entouré est important. Donner du sens à ces évènements est moins difficile en parlant, avec un psychothérapeute par exemple. Il pourra aider la victime à comprendre ses émotions ressenties lors du traumatisme, et à les nommer. Il s’agit d’apprivoiser sa souffrance et « apprendre à la tolérer petit à petit », conclut la psychologue. L’idéal reste la dénonciation de l’acte par l’enfant au moment où il le vit. Cela permet de lancer le processus de guérison plus rapidement, pour renouer une relation positive avec un adulte par la suite.

Également sur Planète F
Lettre ouverte: Les centres jeunesse, la maladie mentale et l’encadre... En mai dernier, je rencontrais une mère brisée. Une mère qui a dû placer son fils en centre jeunesse parce qu'elle n'arrivait plus à l'aider. Souffran...
Famille sans enfant Une famille sans enfant, est-elle une « vraie » famille? Un article publié dans 20minutes en France parle de ces femmes qui ne veulent pas d'enfant...
Oublier son enfant dans la voiture On voit ces faits divers à la télévision, dans les journaux. Comment un parent peut oublier son enfant dans la voiture en période de canicule ? C'est...
Déménagement : quels stress pour les enfants? L’entièreté de la maison est dans des boîtes. On s’y retrouve à peine. Le petit dernier cherche LA petite chose qu'il n’a pas voulu prendre depuis six...
Permettre l’échec à nos enfants Éliminer tous les risques. Se débarrasser des embûches. Ne faire vivre que des succès à notre enfant. Est-ce possible ? Mais surtout, est-ce sain ? C...
Les nouvelles… pour les enfants! Les bulletins télévisés sont une grande source d’information pour les adultes dans notre société. Mais les enfants dans tout ça ? Qui les informe ? Se...

Commentaires

Laisser un commentaire