01
Nov
L’endométriose, et si on en parlait ?
L’endométriose, et si on en parlait ?

De nouvelles révélations laissent penser que la mort de Marilyn Monroe n’aurait rien à voir avec un suicide ou un assassinat sous l’ordre du FBI. L’overdose à laquelle elle a succombé aurait en vérité un lien avec une maladie qui la rongeait depuis des années : l’endométriose. Violentes douleurs au bas ventre, fausses couches, l’actrice présentait tous les symptômes d’une maladie encore peu connue.

Une femme sur dix souffre d’endométriose. Mais qu’est-ce que c’est ? Cette maladie chronique est « liée à la présence semblable de la muqueuse utérine en dehors de l’utérus », explique l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Au lieu de s’évacuer lors des règles, cette muqueuse, l’endomètre, se forme ailleurs dans le corps. Cela peut toucher plusieurs organes, selon le degré dont souffre la patiente. En général, cela se manifeste par des règles douloureuses, ou même des douleurs abdominales violentes, en dehors des menstruations.

Des symptômes encore trop pris à la légère, car les douleurs chez les femmes pendant leurs règles ont été banalisées, et pas vraiment prises au sérieux. « Il y a un tabou lié aux règles et à la douleur féminine en général. Les femmes se disent que c’est normal d’avoir mal. », résume Nathalie Clary, présidente de l’association Endomind.

- partenaire -

Trop souvent la souffrance chez la femme est prise à la légère. On l’explique par le stress, les changements hormonaux, les règles… Celles qui se plaignent sont qualifiées de chochottes. Celles qui souffrent au point de plus pouvoir sortir, voir leurs amis sont vues comme des feignantes. Et cela explique comment une maladie auto-immune peut être diagnostiquée comme une simple anxiété due à l’université.

La plupart d’entre elles doivent attendre entre 7 à 10 ans pour obtenir un diagnostic précis. Et ce, même après s’être évanouies plusieurs fois à cause de la douleur.

Une cause importante d’infertilité

En dehors de cette souffrance handicapante, l’endométriose est également liée à l’infertilité. Les causes sont encore méconnues, même si des recherches commencent à identifier certains gènes responsables. De plus, une patiente peut également souffrir d’endométriose, sans présenter le moindre symptôme de douleur. On la découvre alors par hasard, au moment de vouloir un enfant.

A lire aussi : L’infertilité et ses variables

Si l’endométriose perturbe la fertilité, tout dépend néanmoins du degré de sévérité de la maladie. D’où l’importance d’un diagnostic rapide et donc d’une meilleure sensibilisation du corps médical sur le sujet.

Des associations, comme Endométriose Québec, soutiennent les femmes atteintes d’endométriose et encouragent la recherche à s’intéresser à cette maladie.

L'endométriose en chiffres

Également sur Planète F
Attrapez-les toutes! : Un jeu pour sensibiliser sur les ITSS C’est l’idée de trois jeunes au Cégep de Sherbrooke. Un jeu de cartes pour sensibiliser les jeunes sur les risques liés aux infections transmissibles ...
L’accès à l’avortement Faut-il s'inquiéter d'un possible manque d'accès à l'avortement au Québec? Le Devoir nous apprenait hier (25 mars 2015) qu'une grande inquiétude plan...
Actualités – 18 juin 2016 Voici ce que vous avez manqué cette semaine dans les actualités reliées à la famille! Évidemment, on ne peut pas passer sous silence la fusillade qui...
L’infertilité et ses variables Pour la majorité des couples sans problème de fertilité, il faut moins de trois mois pour concevoir un enfant. Pour 85% des couples, la femme devient ...

Commentaires

Laisser un commentaire