15
Déc
Lettre ouverte – Être une femme aujourd’hui
Lettre ouverte – Être une femme aujourd’hui

Être belle, performer, réussir professionnellement, être une bonne mère, une bonne partenaire de couple et un soutien de famille : autant d’obligations à atteindre dans la tête de bien des femmes en 2017.

Bref retour en arrière.

- partenaire -

Dans les années 60-70, un courant d’émancipation des femmes se développait dans les salles à manger autour de plats Tupperware. La libéralisation passe alors aussi par le brouillage des codes vestimentaires et des stéréotypes de l’image. On ôte les soutiens-gorge et les corsets. Brigitte Bardot arbore une cravate sur une chemise entrouverte. Les femmes fument comme les hommes et portent des mini-jupes, même en Iran.

Elles ne veulent plus seulement être des épouses ou des mères au foyer. C’est la continuation d’une lutte pour l’égalité des droits et l’ère de la libération sexuelle. Une libération qui a surtout transformé la femme en objet marketing de désir dans les deux décennies qui ont suivi, avec les top modèles et la médiatisation des corps de Claudia Schiffer, de Naomi Campbell ou de Kate Moss. Un nouveau carcan donc, avec des standards de beauté inaccessibles, renforcés par des logiciels de perfection. Et toute une génération de jeunes filles complexées par leurs formes, la taille de leurs jambes ou leur poids.

Ces filles de la génération X ont grandi avec cette pression de devoir être belles, soignées, minces, de faire des études, mais aussi de travailler pour gagner autant d’argent que les hommes tout en s’amusant, comme eux.

Alors que ces femmes se réalisent aujourd’hui dans leur travail, certaines accèdent à la maternité un peu plus tard. Être de bonnes conjointes, de bonnes mères, et cheminer dans une carrière et en gagnant une autonomie financière complète : à bout de souffle, la plupart réussissent tout ça. Sur papier, voilà l’égalité acquise. Est-ce que les femmes sont vraiment plus avancées aujourd’hui?

Dans la réalité du quotidien, il revient encore à la femme de se charger de l’économie du ménage et de l’équilibre affectif de la famille, tout en restant belle (comprenez : mince, épilée, maquillée – au moins un peu –, et cheveux gris cachés par une teinture) jusqu’à 65 ans! Réjouissons-nous tout de même un peu.

Les femmes deviennent solidaires. En témoignent les phénomènes #AgressionNonDenoncée et #MoiAussi comme autant de mots-clics pour verbaliser une certaine solidarité.

Les femmes se parlent, elles se soutiennent au-delà de leurs rivalités pour défendre une condition commune. La camaraderie, jadis l’apanage des hommes et des « frères d’armes », voilà le vrai progrès et le droit que les femmes sont en train de se donner.

La période des fêtes approche. C’est souvent dans ces moments-là que la pression est la plus grande.

Toute l’équipe de Premières en affaires se joint à nous pour vous souhaiter des moments de bonheur partagés dans la sérénité. Joyeux Noël et bonnes célébrations!

Lettre signée par Marie Grégoire (X) et Déborah Lévy (Y)

Respectivement éditrice et rédactrice en chef du magazine Premières en affaires.

 

Également sur Planète F
Famille sans enfant Une famille sans enfant, est-elle une « vraie » famille? Un article publié dans 20minutes en France parle de ces femmes qui ne veulent pas d'enfant. ...
Grosse comme dans grossesse… L’occasion peut être vue comme opportunité de réévaluer son image. Pour certaines femmes, la grossesse leur permet de se sentir belles. Pour d’autres,...
Il était une fois une maison d’édition jeunesse et féministe Personnages non stéréotypés, quêtes narratives non genrées, juste représentation de la diversité … La maison d’édition Dent-de-Lion entend insuffler u...
Entrevue : Danser avec le chaos, la clé de la conciliation? Mélanie Thivierge est devenue à l’automne 2017 la nouvelle présidente-directrice générale du Y des Femmes à Montréal, après avoir été pendant cinq ans...
Planète Famille : découvertes de la semaine du 5 février Que se passe-t-il sur la Planète Famille cette semaine? Du rose pour les garçons, du bénévolat en famille, des hommes qui gèrent la maternité, ibuprof...
Parentalité, non merci… Toutes les femmes rêvent d’avoir des enfants. Faux. Elles sont toutes naturellement faites pour la maternité. Encore faux. Bien que traditionnellement...

Commentaires

Laisser un commentaire