13
Déc
La programmation, un jeu d’enfants!
La programmation, un jeu d’enfants!

Il n’est jamais trop tôt pour apprendre le langage informatique. Si on voyait la programmation informatique inaccessible, il y a à peine quelques années, de nombreux jeux et jouets permettent aujourd’hui aux enfants de s’initier à ces concepts. Et qui sait, en jouant avec eux, vous pourriez aussi en apprendre un peu!

Scratch

C’est un outil de langage informatique développé par le MIT et utilisé partout dans le monde pour apprendre la programmation aux enfants de 8 à 16 ans. L’enfant peut développer des histoires interactives, des animations. Il y a une grande communauté en ligne pour aider les enfants dans leurs apprentissages. Le tout se fait sur un ordinateur.


L’heure du code

Mouvement mondial, L’heure du code contient plein de tutoriels en plusieurs langues pour apprendre à programmer des jeux et des applications. Selon la complexité, on peut choisir les activités et accompagner nos enfants dans ces aventures.

- partenaire -

Requis : Un appareil mobile (tablette ou téléphone intelligent)

D’ailleurs, Kids Code Jeunesse organise des ateliers en lien avec L’heure du code partout au Québec, notamment dans les bibliothèques!


Osmo Coding

Osmo est un jeu semi-virtuel. L’application sur tablette permet une interaction avec l’utilisateur qui dépasse l’univers virtuel. Avec des pièces de casse-tête réelles, on apprend à donner des commandes à Awbie, un bonhomme qui aime les fraises.

Requis : Un iPad


À lire aussi : Apprendre les fractions sur un jeu vidéo


Swift Playground

Cette application iPad n’exige aucune connaissance en programmation. Au départ, on apprend à résoudre des casse-tête  pour comprendre les fonctions de base. On peut ensuite relever des défis plus complexes conçus par des professionnels.

Requis : Un iPad


LittleBits

Cette entreprise propose de nombreux ensembles pour apprendre à programmer des robots et autres bidules informatiques. C’est assez complexe et conseillé à partir de 8 ans. Des ensembles assez dispendieux qui peuvent être assez divertissants : imaginez avoir votre propre robot!


Lego Mindstorms et Boost

LEGO s’est mis de la partie dans la programmation informatique. Mindstorms permet de créer et de contrôler des pièces de robotique assez avancées. Conseillé pour les 10 ans et plus, Mindstorms est même plus dispendieux que LittleBits. Mais ce sont des apprentissages qui peuvent durer plusieurs années. Pour un cadeau collectif peut-être!

Boost ressemble drôlement à Wall-E, le robot de Pixar. Un peu moins cher et moins complexe que les Mindstorms, Boost est recommandé pour les 7 à 12 ans.


Snap Circuits

Avec des blocs, on construit des circuits électriques qui allument une lumière ou font tourner un ventilateur. Des commandes simples qui permettent de comprendre comment le courant passe! Il y a plusieurs ensembles, selon la complexité et l’âge des enfants. Certains sont abordables et assez faciles d’utilisation pour un enfant de première année.

Également sur Planète F
Les modules de jeux sont-ils trop faciles? Grimper dans des pneus de caoutchouc, au risque d’en tomber. Escalader un mur qui semble si haut vu d’en bas. Plusieurs aires de jeux font le pari de ...
Encadrer l’usage des écrans à la maison YouTube, Facebook, téléphone, tablette... La gestion du temps d'écran et des contenus consultés fait désormais partie des enjeux de la parentalité con...
Alors on « Wixx » ? « La lave se répand partout, il faut l’éviter en sautant d’objet en objet ». Moins de deux ans après son lancement, l’application franco-québécoise Wi...
Les roches de la gentillesse Un jeu de chasse aux roches, inspiré d’une initiative américaine, gagne en popularité au Québec. Depuis quelques mois, des groupes Facebook ont vu le ...

À propos de Mariève Paradis

Éditrice et cofondatrice, Mariève est journaliste indépendante depuis 2005. Elle travaille sur plusieurs plateformes (web, magazines, hebdomadaires, radio et télévision). Elle cumule deux prix en journalisme, la Bourse Fernand-Seguin en vulgarisation scientifique et la Bourse en journalisme des Instituts de recherche en santé du Canada qui lui a permis de faire des reportages au Nunavik et au Groenland en 2012.

Commentaires

Laisser un commentaire