12
Fév
L’entourage essentiel à la réussite scolaire
L’entourage essentiel à la réussite scolaire

Les Journées de la persévérance scolaire au Québec sont un moment qui vise à rappeler aux élèves et à la collectivité qu’ils sont tous indispensables et qu’ils jouent un rôle significatif dans la réussite scolaire.

Pour l’occasion, un sondage Léger dresse un portrait auprès de clientèles plus vulnérables au décrochage.

En ce qui les concerne, on y apprend que :

- partenaire -
  • 82%  jugent que la persévérance scolaire concerne l’ensemble de la société;
  • 29% ont déjà considéré l’abandon dès l’âge de 13 ans;
  • 25% lisent régulièrement dans leur temps libres;
  • 66% confirment que leur parents offraient un bon soutien;
  • 34% disent qu’une expérience de travail leur a donné l’envie de retourner sur les bancs d’école;
  • 32%  prétendent que les petits mots encourageants font un monde de différences.

À lire aussi : Journées de la persévérance scolaire : initiative inspirante!


Ailleurs dans le monde

En 2015, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) a publié les résultats académiques obtenus par les élèves en mathématique, science et lecture. Cependant, pour la plupart des pays répertoriés, 3 élèves sur 4 faisant partie des gens les plus vulnérables de leur pays se classent à un niveau 2 qui témoigne que l’élève ne maîtrise pas les acquis.

Cependant, contre toute attente, 30% des jeunes dans ce groupe en provenance de l’Allemagne, du Canada, de la Chine, de la Corée, du Danemark, de l’Estonie, de la Finlande, de Hong Kong, d’Irlande, du Japon, de la Slovénie, de la Norvège, du Singapour, du Vietnam et des Pays-Bas réussissent à se classer à un niveau 3.

Ce classement démontre des habilités académiques satisfaisantes qui leur permettent de rédiger un texte, comprendre en détail les informations perçues dans une lecture, résoudre des problèmes mathématiques et aborder des thèmes qui leur sont peu familiers en science. Autrement dit, ils sont sur la voie de la réussite scolaire malgré les nombreux défis et sont considérés « académiquement résilients ». D’ailleurs, le Canada prend le devant de la Finlande. Un exploit lorsqu’on sait que ce pays est vu comme un modèle dans la réussite éducative.


À lire aussi : 8 idées pour contrer le décrochage scolaire


La recette de la réussite scolaire

Le rapport indique que selon le pays et la période dans le temps, ces variations influencent la performance scolaire de ces jeunes vulnérables. D’abord, si la moyenne académique de la totalité des élèves est faible, celle des jeunes désavantagés le sera inévitablement.

Les adolescents qui éprouvent le sentiment de faire partie de la communauté scolaire et qui jouissent de très bonnes relations avec leur entourage ont plus de chances de vivre une réussite académique. Ils sont aussi plus satisfaits de leur vie.

Pour que ces élèves puissent s’épanouir à l’école, les établissements doivent leur offrir une équipe d’enseignement de qualité et un contexte propice à l’apprentissage. La grandeur des locaux et le nombre d’étudiants dans un même groupe font aussi partie des éléments à considérer en termes de réussite.

Dans les écoles où la discipline est bien établie, les étudiants démontrent une meilleure concentration et les professeurs peuvent mettre de l’avant des méthodes d’enseignement plus adaptées. En soit, un climat pacifique, sécuritaire et bien encadré permet à tous un rendement scolaire optimal.

Depuis plus de dix ans, aux quatre coins de la planète, les systèmes d’éducation se donnent la mission de désamorcer ces enjeux en mettant de l’avant des mesures concrètes. Le Canada figure parmi les pays qui font une différence auprès de ces jeunes. Des activités parascolaires stimulantes, un enrichissement du modèle éducatif qui vise la participation de l’ensemble de la collectivité et une répartition équitable des services offerts sont des aspects bénéfiques du système d’éducation canadien, indique le rapport.

Bien que l’étude ne fait pas l’état de spécificités visant le Québec, une série de mesures, de services et de programmes existent ici afin d’encourager la persévérance chez les jeunes plus à risque. Par exemple, le comité d’action en persévérance scolaire du Sud-ouest de Montréal (CAPSSOM) a élaboré la campagne « D’école vers ton avenir ». Cette campagne encourage les jeunes à s’accrocher à l’école. De plus, un vaste répertoire de ressources communautaires offre des programmes d’aide aux devoirs et des moyens permettant aux décrocheurs de reprendre leur parcours éducatif en main.

Pour en savoir plus sur les Journées de la persévérance scolaire : www.journeesperseverancescolaire.com


Vous aimez cet article? Abonnez-vous pour avoir accès à tous nos dossiers et reportages!


Également sur Planète F
Les consultations sur la réussite éducative font réagir Les consultations sur la réussite éducative se sont terminées le 2 décembre dernier au Centre des congrès de Québec. Pour l’occasion, le Premier Minis...
Les consultations publiques sur la réussite éducative attendent l’opi... « Ce qui nous horripile dans l'exercice, c'est que c'est faux de prétendre qu'on va entendre le personnel de l’éducation », affirme Louise Chabot, pré...
Journées de la persévérance scolaire : initiative inspirante! Les jeunes élèves beaucerons en quête d'un travail peuvent désormais candidater chez des employeurs qui accordent de l'importance à la conciliation tr...
8 idées pour contrer le décrochage scolaire Le décrochage scolaire est aujourd’hui en baisse au Québec. Plusieurs idées sont testées par les enseignants, les associations et par le gouvernement ...
Redshirting: la maternelle à 6 ans ou pas? Personne des parents, des enseignants ou de la communauté scientifique n’en a validé ou infirmé les avantages, une fois pour toutes. Dans l’attente du...

Commentaires

Laisser un commentaire