20
Fév
Quand la publicité s’invite dans le sac à dos des enfants
Quand la publicité s’invite dans le sac à dos des enfants

Les enfants sont exposés à la publicité dans les médias, les transports en commun, dans la rue et aussi… à l’école. Livres, offre alimentaire, activités : des compagnies privées entrent dans les écoles avec des dons et des commandites.

Le 24 janvier dernier, lors de la réunion du Conseil des commissaires de la commission scolaire de Montréal (CSDM), la commissaire indépendante Violaine Cousineau a dénoncé la campagne « Un livre à moi TD », la qualifiant de publicité déguisée. Dans le but de faire connaître l’enjeu au public, madame Cousineau a publié une capsule vidéo sur Facebook.

L’an dernier déjà, des parents avaient porté à son attention le côté publicitaire de la campagne. La commissaire indépendante soulevait alors la question : « est-ce une bonne chose de faire entrer massivement le logo de la Banque TD dans nos écoles à travers tous les sacs d’école des enfants de première année? »

- partenaire -

Encadrer la publicité à l’école

En septembre dernier, la CSDM a actualisé sa politique sur les commandites, la publicité et autres formes de communication et de sollicitation. Un des objectifs de cette politique est de s’assurer qu’il n’y ait pas de publicité déguisée qui entre dans les écoles, rappelle Violaine Cousineau.

La politique stipule qu’« aucun service ou entreprise privé, ni aucun syndicat ou association de cadres ne peut avoir accès aux sacs d’école des élèves ». Ce que la commissaire indépendante déplore : le livre offert n’est pas l’ouvrage original, mais une édition spéciale affichant à maintes reprises un logo ainsi qu’un mot du président de cette banque.

Selon le document Publicité et contributions financières à l’école du ministère de l’Éducation, « une commandite peut s’accompagner d’une mention sobre du donateur et cette signature n’incitera ni les plus jeunes ni leurs parents à devenir des adeptes convaincus ». Dans sa politique, la CDSM rappelle que « la commandite doit être compatible avec la mission de l’école » selon l’article 94 de l’instruction publique et que la publicité doit être encadrée.


À lire aussi : Les enfants et le Web, une cible pour le marketing de la malbouffe


Des solutions au sous-financement

Le sous-financement des écoles ouvre la porte aux partenariats avec les compagnies privées sous forme de dons et de commandites. Plusieurs compagnies sont présentes dans les écoles du Québec. Certains établissements organisent des collectes de fonds pour financer des projets d’embellissement de cour d’école ou de salles multifonctionnelles et pour des bourses d’études. Par exemple, en août dernier, Desjardins a fait don de 250 000 $ à la Fondation des écoles Vanguard. Nombre de compagnies alimentaires s’associent aussi aux écoles pour des campagnes de financement.

Au Québec, la loi est claire : « nul ne peut faire de la publicité à but commercial destinée à des personnes de moins de treize ans. » Il n’y a cependant pas de loi qui limite l’exposition des enfants aux publicités. Aucune loi n’empêche de passer par les enfants pour promouvoir des biens ou des services à leurs parents. Dans les écoles, il appartient aux conseils d’établissement d’approuver les dons et les commandites, donc aux parents. Ce sera également le cas à la CSDM pour la campagne « Un livre à moi TD » pour l’an 2018-2019.


À lire aussi : Publicité alimentaire: les enfants canadiens encore ciblés


Vous aimez cet article? Abonnez-vous pour avoir accès à tous nos dossiers et reportages!


Également sur Planète F
Publicité alimentaire : les enfants canadiens encore ciblés Le Québec peut s’enorgueillir d’être un exemple en matière de restriction sur la publicité alimentaire destinée aux enfants. La Loi sur la protection ...
Hausse des élèves en difficulté dans les écoles Les élèves en difficultés sont plus de 20 % dans les écoles publiques du Québec rapporte un article du Journal de Montréal. Ces enfants, handicapés, e...
Dîner à la vitesse de l’éclair dans les écoles Disposer d’une pause dîner de 15 minutes top chrono. Déplacements, lunch, lavage de mains, tous compris. Une étude menée par l’Association des service...
L’école Rudolf Steiner de Montréal se défend L'école Rudolf Steiner de Montréal a fait parvenir un communiqué à Planète F se défendant de ne pas être une école sectaire. Cette réaction vient à l...
Des condoms dans les écoles Un tollé aux États-Unis après qu'une école de l'Oregon annonçait qu'elle allait distribuer des condoms à ses élèves à partir de la sixième année. Le m...
Marketing alimentaire trompeur? Que se cache-t-il dans les collations destinées aux tout-petits ? Une étude de l'Association de la santé publique du Québec révèle que les produits de...

Commentaires

Laisser un commentaire