05
Mar
Planète Famille : découvertes de la semaine du 26 février 2018
Planète Famille : découvertes de la semaine du 26 février 2018

Quoi de neuf sur la Planète Famille? Conciliation travail-famille chez les athlètes féminines, espaces de travail partagés pour les parents, empreinte carbone d’un enfant, promotion illégale du lait en poudre pour bébé et qualité de vie des parents d’enfants autistes.

Voici ce qui a retenu notre attention durant la semaine du 26 février 2018.

Conciliation travail, famille et olympiques

Deux fondeuses ont démontré qu’on pouvait assumer son rôle de nouvelle maman et devenir championne olympique. L’Américaine Kikkan Randall et la Norvégienne Marit Bjorgen ont remporté respectivement une médaille d’or et une médaille de bronze lors des Jeux de Pyeongchang. Un article du New York Times relate les efforts de Randall et d’autres skieuses de haut niveau pour concilier l’entraînement, les courses et leur vie de famille. Les athlètes ont convaincu la Fédération internationale de ski de fond de permettre certains accommodements, comme des accréditations pour les gardiennes, des chambres pour bébé et l’accès à tout des couches et des jouets.

- partenaire -

À lire aussi : La performance vue par… un papa olympien | Vivre la performance en famille


Des garderies dans des espaces de coworking

Des espaces de travail partagés par des femmes s’adaptent à la réalité de la maternité. Dans le Washington Post, on s’intéresse aux services que ces espaces procurent aux femmes et plus précisément aux mères. Pour remédier à l’absence de services de garde, une garderie a été créée à l’intérieur de quelques espaces de travail partagés aux États-Unis. C’est le cas du Play, Work or Dash en Virginie. Nicole Dash a réalisé qu’avec les nombreuses opportunités qu’offre le télétravail, il y avait un besoin à combler en matière de garde des enfants sur les lieux de travail. Le nouvel espace Workafrolic offre aussi ses services aux pères. Les haltes-garderies sur place permettent aux parents de concilier leurs obligations professionnelles et familiales.


Vous aimez cet article? Abonnez-vous pour avoir accès à tous nos dossiers et reportages!


Faire moins d’enfants pour protéger notre planète?

Dans une entrevue pour Unpointcinq, un média qui s’intéresse aux changements climatiques, la chercheuse à l’IRIS Ève-Lyne Couturier explique que « les chiffres montrent clairement qu’aucune autre action ne permet de réduire son empreinte carbone autant que de ne pas avoir d’enfant. » L’adoption peut permettre de devenir parent sans ajouter d’être humain sur notre planète. Mais le problème est plus complexe, car « un enfant n’est pas un bien de consommation ». Pour plusieurs la venue d’un enfant rime avec une tonne de biens matériels à acheter. La culture de surconsommation qui entoure la natalité et dans laquelle l’enfant continue d’évoluer une fois adulte cause une surexploitation des ressources. La chercheuse propose de « revoir les idées au sujet de la parentalité » parmi bien d’autres « avant d’affirmer que nous sommes trop sur la planète ».


À lire aussi : La (ré)conciliation environnement-famille | À l’heure de la déconsommation | Consommation et impacts environnementaux des familles


Lait en poudre pour bébé : publicité trompeuse et illégale aux Philippines

Une enquête conjointe de The Guardian et Save The Children a révélé que des multinationales font la promotion agressive et illégale de lait en poudre pour bébé dans des régions pauvres des Philippines avec la complicité des autorités médicales. Elles contreviennent ainsi au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel de l’Organisation mondiale de la santé.


À lire aussi : La grande séduction du lait en poudre 


La qualité de vie des parents d’enfants autistes

Dans Actualités UQAM, on s’intéresse à la qualité de vie des parents vivant avec un enfant atteint d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA). La chercheuse Nathalie Poirier rapporte que « plus la sévérité du TSA est important, plus la qualité vie du parent est affectée ». Elle constate que les troubles associés au TSA, tels que les troubles anxieux, le TDAH, les troubles de langages affectent beaucoup la qualité de vie des parents. Beaucoup de mères arrêtent de travailler pour s’occuper de l’enfant et gérer la maison. Le père va travailler plus pour combler la perte de salaire de la mère. L’étude a révélé que les familles « qui développent des stratégies d’adaptation basées sur la résolution de problèmes plutôt que sur les émotions ont une meilleure qualité de vie ». La chercheuse a aussi constaté que le réseau de soutien des familles se composait d’intervenants professionnels et d’autres parents d’enfant atteint de TSA.


À lire aussi : Enfants autistes, mères en détresse


Également sur Planète F
Entrevue : Danser avec le chaos, la clé de la conciliation? Mélanie Thivierge est devenue à l’automne 2017 la nouvelle présidente-directrice générale du Y des Femmes à Montréal, après avoir été pendant cinq ans...
Lettre ouverte : Concilier travail, famille … et bouchons de circulation Cette lettre est signée par Raymond Villeneuve et Marie Rhéaume Respectivement président et directrice générale du Réseau pour un Québec Famille Les...
La banque de lait maternel de retour le 30 juin C'est à la suite d'un reportage de Radio-Canada sur la banque de lait maternel à Calgary cette semaine que Planète F a cru bon faire un suivi auprès d...
Lettre ouverte : Ma mère n’a jamais travaillé À la suite du partage de ce texte paru dans La Presse sur la conciliation travail-famille, une lectrice nous a écrit. Elle préférait garder l'anonymat...
Planète Famille : actualités de fin janvier Quoi de neuf sur la Planète Famille? Ados, philosophie, réseaux sociaux, phobies d’impulsion et stérilisation chez les jeunes adultes : voilà ce qui a...
Les mères, citoyennes de deuxième classe? Non, répondent Ariane Émond, journaliste indépendante et auteure, Dominique Ollivier, présidente de l’Office de consultation publique de Montréal et N...

Commentaires

Laisser un commentaire