01
Mar
Sexualité, le parent pauvre de la petite enfance?
Sexualité, le parent pauvre de la petite enfance?

Dans les cours prénataux et en périnatalité, on parle aux parents de sommeil, d’allaitement, de maladies… mais rarement de la sexualité de l’enfant. Les nouveaux parents ne sont pas outillés pour aborder la sexualité durant la petite enfance, constatent différents thérapeutes.

La sexualité de l’enfant est souvent un sujet tabou. Les parents sont souvent déstabilisés devant les comportements et les questions des jeunes enfants. « C’est normal, car ils n’ont pas appris, ils n’ont pas reçu tellement d’éducation à la sexualité », constate la sexologue Jocelyne Robert.

La psychoéducatrice Isabelle Boisvert est du même avis : « C’est une sphère un peu oubliée du développement sur laquelle les parents sont très peu informés ».  Pourtant, la sexualité n’apparaît pas du jour au lendemain à l’adolescence. Tout comme les autres sphères de développement, la sexualité se bâtit dès l’enfance, explique la psychoéducatrice. L’attachement, la relation par rapport à soi et par rapport à l’autre, la capacité de s’affirmer sont des bases à la sexualité, poursuit-elle.

C’est un cliché de penser que la sexualité débute à la puberté. En bas âge, certains enfants se masturbent ou sont curieux par rapport aux différences entre les sexes. La sexologue, psychothérapeute et conseillère parentale Geneviève Parent explique que certains parents consultent pour savoir ce qui est normal et ce qui ne l’est pas. Ils ne savent pas comment réagir face à certains comportements sexuels de leurs enfants.

L’enseignant en psychologie et auteur de La vie sexuelle des enfants, Patrick Doucet, souligne que « le seul moment où l’on parle [de la sexualité des enfants] aujourd’hui, c’est dans le cadre d’agressions sexuelles ».


À lire aussi : Sexualité chez l’enfant : jeu ou agression?


La sexualité : un malaise?

Selon Isabelle Boisvert, observer des comportements sexuels chez les enfants, qu’ils soient sains ou malsains, est bouleversant pour les parents. Ces derniers éprouvent souvent des difficultés à discuter de sexualité.  « On parle aisément de sexualité lorsqu’il s’agit de faire des blagues, fait remarquer Patrick Doucet. Mais quand vient le temps d’en parler plus sérieusement, ça suscite un embarras. »

Le malaise qui entoure la sexualité fait en sorte que les parents discutent peu avec d’autres parents des comportements sexuels de leurs enfants, contrairement aux problèmes liés au sommeil ou à l’alimentation, souligne Mme Boisvert.

Un examen de conscience

Il existe de pourtant nombreuses ressources sur la sexualité de l’enfant, mais elles ne semblent pas se rendre jusqu’aux parents. Jocelyne Robert raconte avoir vendu beaucoup plus de livres qui s’adressent aux enfants que son ouvrage destiné aux parents, Parlez-leur d’amour et de sexualité.

Elle croit que l’éducation à la sexualité « force un parent à faire un examen de conscience ». La sexualité de nos enfants nous confronte à notre relation avec la sexualité, renchérit Isabelle Boisvert. « On expose nos valeurs quant à la sexualité. »

Le parent doit se questionner sur ce qu’il a lui-même reçu comme éducation sexuelle de ses propres parents. Comment a-t-il découvert sa propre sexualité et ce qu’il souhaite transmettre à son enfant sont des pistes à explorer pour mieux communiquer avec son enfant.


À lire aussi : Une réflexion sur le plaisir…


Une solution?

Selon Jocelyne Robert, la garderie et l’école doivent agir en complémentarité avec les parents. Même si elle croit qu’il est urgent de réintégrer les cours d’éducation sexuelle au cursus scolaire, la sexologue considère qu’une partie de l’enseignement devrait être transmise en amont. « Avant de faire l’éducation sexuelle des enfants, il faudrait faire celle des adultes. »

Geneviève Parent suggère que le personnel de la santé puisse aussi jouer un rôle dans l’éducation des parents à la sexualité de l’enfant. Cet aspect du développement de l’enfant pourrait faire partie des questions lors du suivi avec le médecin ou l’infirmière, ajoute la sexologue. « Le parent se sentirait peut-être à l’aise de verbaliser ses inquiétudes ou ses questions. »


À lire aussi : L’éducation sexuelle… dès le CPE!


Des ressources pour les parents

Naître et grandir

Hôpital Ste-Justine

Fondation Marie Vincent

Sophia Lessard

Ligne Parent

Également sur Planète F
Lettre ouverte: Like-moi pas Cet texte est écrit par Noémie Larouche, rédactrice en chef du magazine Curium, le magazine science et société pour les 14-17 ans. Croquer dans le po...
Austérité : la mobilisation s’organise dans les CPE Les parents qui envoient leurs enfants dans des centres de la petite enfance (CPE) reçoivent depuis quelques jours une lettre les incitant à se mobili...
Aider les aidants naturels Selon l'Institut de la statistique du Québec, une personne sur quatre au Québec, âgée de 15 ans et plus, est aidant naturel. L'Institut de la statist...
Les enfants surprotégés? Selon un article à la Une du magazine The Atlantic, l'instinct surprotecteur des parents modernes détruit l'indépendance des enfants, les emprisonnant...
Les parents parfaits n’existent pas L’éducation bienveillante, la parentalité positive, la recherche du parent modèle : de nouvelles méthodes pour repenser les relations parent-enfant da...
Les parents d’aujourd’hui en crise? Emma Jenner, une nounou britannique, s'inquiète des modes de « parenting » modernes. Dans un billet du Huffington Post, elle énumère cinq raisons qui...

Commentaires

Laisser un commentaire