10
Avr
Photo : Adobe Stock
Des milieux de garde scolaire créatifs
Des milieux de garde scolaire créatifs

Confection de sacs réutilisables, production d’un parc à neige, réparation de vêtements… Partout au Québec, des milieux de garde scolaire font preuve de créativité pour stimuler les élèves en dehors des heures de classe.

Afin de valoriser le travail et la débrouillardise du personnel éducateur en garde scolaire, l’Association québécoise de la garde scolaire (AQGS) a mis sur pied en 2010 le concours La Grande fierté, lors duquel le public est invité à voter pour son projet favori. « [Les éducateurs] sont très fiers d’animer les élèves et ils remarquent de l’engouement tout au long du projet et de bonnes retombées par la suite », témoigne Guyane Perron, conseillère en communications de l’AQGS.

Les esprits créatifs unissent leur force

Concrètement, les activités liées aux projets se déroulent en après-midi, à la fin des classes. Les enfants qui fréquentent le service de garde participent aux différents projets, qui suscitent un autre type d’engagement que celui requis dans les matières académiques.

- partenaire -

Certains s’orientent vers les arts, donnent le goût de voyager ou stimulent la conscience écologique. D’autres font la promotion de saines habitudes de vie, offrent des techniques visant à réduire le stress, plongent les jeunes dans l’univers de Harry Potter ou servent d’ateliers de création de toutes sortes.

Initiatives portées par les éducateurs

De façon générale, faute de ressources exceptionnelles, ces projets voient le jour grâce à l’implication exemplaire du personnel éducateur et des parents. En ce qui concerne les coûts reliés aux projets, chaque milieu est responsable de son budget. Les élèves, les parents et le personnel sont invités à fournir une aide s’ils le peuvent.

« Souvent, les dons sont suffisants pour la réalisation. Certains projets n’ont rien coûté! La débrouillardise et les moyens créatifs déployés pour réduire les coûts sont inspirants », note Mme Perron.

La participation à La Grande fierté est ouverte à tous les différents services de garde de la province sur une base volontaire. Huit milieux scolaires ont soumis un projet et près de 2500 votes ont été recueillis en ligne.

Cette année, d’autres écoles se sont ajoutées. « Cela démontre qu’on répond à un besoin. Les intervenants ressentent que leur projet peut servir à stimuler les autres. Certains proviennent aussi loin que la Baie-James! »,  se réjouit Mme Perron.

Le vote en ligne se poursuit jusqu’au 13 avril 2018. Les projets gagnants seront dévoilés lors du Salon de la garde scolaire le 21 avril prochain.


Vous aimez cet article? Abonnez-vous pour avoir accès à tous nos dossiers et reportages!


 

Également sur Planète F
Devoirs: un mal nécessaire? Et si, en début d'année scolaire, on vous disait que votre enfant n'aurait ni devoirs, ni leçons à faire toute l'année durant... Votre réaction : S...
Lettre ouverte : Toutes les mamans sont des petites filles Ma mère est morte à 84 ans, anonymement, à l’hôpital, dans un lit où, on a été tenu de nous le dire, quelqu’un aurait pu être soigné et guéri. Elle, c...
Parlons de diversité des religions Dans une conférence intitulée « Parler des religions à l’école : un défi de diversité dans une société pluraliste », la professeure au département des...
Les élèves du Québec sont doués Les élèves du Québec sont parmi les meilleurs au monde. Cette donnée est réjouissante, mais elle est tirée d'un test largement boycotté par les écoles...
4 ans: garderie ou maternelle? Les parents d’enfants de 4 ans ont maintenant le choix dans plusieurs régions du Québec. Maternelle ou garderie? Le débat entre les experts n'est pas ...
L’enfant apprenaute L’éducation sans l’école. Inconcevable pour la majorité d’entre nous, mais libérateur du plein potentiel des enfants pour d’autres. Même si le mouveme...

Commentaires

Laisser un commentaire