04
Avr
Photo : AdobeStock
Un soutien pour les futures mères immigrantes
Un soutien pour les futures mères immigrantes

Depuis un an, les futures mères immigrantes de la ville de Québec bénéficient d’un soutien à la périnatalité.

Marielle M’Bangha a mis sur pied le Service de référence en périnatalité pour les femmes immigrantes de Québec (SRPFIQ) pour permettre aux futures mères d’avoir un meilleur accès aux services et pour leur faire connaître leurs droits.

C’est à la suite de sa propre expérience de femme immigrante qu’elle a développé ce projet. « Je ne connaissais pas les ressources. J’étais isolée, je ne savais pas où me diriger, je ne comprenais pas toujours le système de santé », confie Mme M’Bangha à propos de sa première grossesse. Ses amies vivaient aussi les mêmes difficultés.


À lire aussi : Accoucher sans statut au Québec


Travailler ensemble

Lors de ses rencontres avec les organismes en périnatalité, ces derniers lui ont confirmé qu’il y avait un réel besoin dans le réseau quand il s’agit de rejoindre les femmes immigrantes. C’est pour trouver un moyen de faire connaître les différents services et mettre en lien les femmes immigrantes avec les ressources en périnatalité que Marielle M’Bangha a mis sur pied l’organisme de référence.

Le principal défi, dit-elle, demeure la mobilisation du réseau. « Le but c’est de travailler ensemble avec les autres organismes, de travailler en réseau afin de ne pas dédoubler les services », explique Mme M’Bangha.

Briser l’isolement

Elle a constaté que les femmes immigrantes sont isolées. « En arrivant ici, souvent, on perd son réseau familial. Ce sont souvent des couples, donc il n’y a pas de famille, pas d’amis. Ces femmes ont toutes en commun d’être isolées. » Pour briser cet isolement, l’organisme va à la rencontre de ces futures mamans. Ces dernières demandent principalement de l’aide via Facebook. Elles sont aussi référées par des intervenants de proximité ou par le système de santé.

Les futures mamans sont alors invitées à participer à des groupes de partage interculturels. L’organisme les met aussi en contact avec des « mamans-relais », qui les accompagnent et les aident à se créer un réseau. Les mamans-relais sont des femmes québécoises et immigrantes, souvent en congé de maternité, qui souhaitent redonner au suivant, souligne la fondatrice du service.


À lire aussi : Dans la cuisine des familles immigrantes


Informer pour mieux choisir

La méconnaissance du système de santé représente un obstacle pour ces femmes. Lorsqu’elles apprennent qu’elles sont enceintes, elles sont dirigées de facto vers l’hôpital. « Elles ne connaissent pas les lieux d’accouchements comme les maisons de naissance. Donc, elles ne peuvent pas faire un choix », déplore Mme M’Bangha. Le SRPFIQ a comme mission de leur faire connaître toutes les ressources disponibles afin de leur permettre de faire des choix éclairés durant la grossesse.

L’organisme a aussi comme but de faire connaître les droits des femmes lors de l’accouchement, notamment pour éviter la surmédicalisation dans le cas d’une mère allophone. On leur explique qu’elles ont des options et qu’elles peuvent préparer un plan de naissance et qu’il existe des cours prénataux.

L’organisme prépare présentement une formation qu’il souhaite offrir aux intervenants du réseau pour accompagner les femmes immigrantes en contexte périnatal. Il travaille également à mettre sur pied une formation pour comprendre la transformation du rôle des femmes dans la migration. Selon Marielle M’Bangha, il est important de comprendre la femme immigrante et ses difficultés, pour mieux identifier ses besoins et ainsi être mesure de bien l’accompagner lors de la grossesse notamment.


Vous aimez cet article? Abonnez-vous pour avoir accès à tous nos dossiers et reportages!


Également sur Planète F
L’accès à l’avortement Faut-il s'inquiéter d'un possible manque d'accès à l'avortement au Québec? Le Devoir nous apprenait hier (25 mars 2015) qu'une grande inquiétude plan...
L’infertilité et ses variables Pour la majorité des couples sans problème de fertilité, il faut moins de trois mois pour concevoir un enfant. Pour 85% des couples, la femme devient ...
Suivis de grossesse aux sages-femmes Avec la réforme du système de santé au Québec, le gouvernement souhaite que les suivis de grossesses soient faits par des infirmières et les sages-fem...
Le chamboulement post-partum Une photo pleine d'humanité, de détresse, de tendresse a été partagée et est devenue virale sur les réseaux sociaux... Elle est témoin des émotions mé...
Le Diclectin cause le cancer? Une étude dit que le Diclectin cause le cancer chez les enfants? C'est faux. L'article publié dans le Journal of Obstetrics and Gynaecology of Canada ...
10 questions des femmes enceintes à leur médecin Les médecins Lisa Merovitz et Cleve Zeigner ont cru bon informer (et divertir !) de futurs médecins en présentant des questions fréquentes reçues de l...

Commentaires

Laisser un commentaire