03
Mai
La pression sociale, un frein à la conciliation travail-famille
La pression sociale, un frein à la conciliation travail-famille

Selon un sondage du Réseau pour un Québec Famille, 82 % des parents ont accès à des mesures de conciliation travail-famille au boulot, mais 49 % d’entre eux sont réticents à les utiliser. Pourquoi les mères et les pères et les mères n’osent-ils pas en profiter?

Dans le milieu du travail, les parents ne souhaitent pas être identifiés comme pouvant exécuter moins de tâches que leurs collègues sans enfant, constate Marie Rhéaume, directrice générale du Réseau pour un Québec Famille. « Les parents ne veulent pas créer de différence dans leur milieu professionnel. Comme entourage, employeur et société, il peut avoir un manque de sensibilité devant la tâche des parents. »

« Leur propension à se débrouiller par d’autres moyens avant de demander des accommodements au travail démontre qu’ils ressentent une forte pression sociale à l’effet que la conciliation famille travail-relève d’une responsabilité strictement individuelle », poursuit Marie Rhéaume.

- partenaire -

Les parents agissent ainsi par peur de se faire juger par les collègues ou parce qu’ils ont intégré le message véhiculé socialement : « Vous avez fait le choix de faire des enfants, vous devez donc vous en occuper ».

« Pourtant, insiste Marie Rhéaume, les familles contribuent au développement de la société en élevant les futures générations alors qu’il devrait y avoir une reconnaissance de la société envers elles et face à l’énorme charge de travail avec laquelle elles doivent composer au quotidien. »


À lire aussi : De quoi les familles ont-elles besoin?


Des mesures disponibles, mais peu utilisées

Une étude exploratoire réalisée en juillet 2017 par le ministère de la Famille et le Secrétariat au travail, où près de 8000 entreprises ont été sondées, révélait que 90 % des PME sondées offrent des mesures de conciliation-famille. Ces mesures comprennent entre autres une flexibilité des horaires de travail, le choix des vacances, la possibilité de faire du télétravail et une diminution d’heures travaillées.

Toutefois, malgré ces différentes mesures proposées, le sondage réalisé par le Réseau pour un Québec Famille auprès de 3006 parents permet de constater que les familles éprouvent de la difficulté à se les approprier. « Nous constatons que la conciliation famille-travail demeure un stress important pour les familles », confirme Marie Rhéaume, directrice générale du Réseau pour un Québec Famille.

« Les employeurs reconnaissent que la conciliation famille-travail est devenue un élément fondamental pour attirer et retenir les travailleurs, se réjouit Marie Rhéaume. Il faut toutefois les accompagner pour qu’elles mettent en place les meilleures pratiques, notamment qu’il s’agisse de mesures formelles, de sorte que les parents hésitent moins à s’en prévaloir. »

 Territoires

Société peu accommodante

Au-delà des employeurs, la société a aussi un rôle à jouer pour soutenir les familles et favoriser une meilleure conciliation travail-famille, estiment les parents. Selon le sondage, 57 % d’entre eux jugent les services publics qui leur sont offerts inadéquats et que les horaires sont inadaptés aux besoins des familles.

« Ce n’est pas toujours clair pour les familles quelle sorte d’aide leur est disponible. C’est comme si les familles n’avaient pas le choix de donner sans demander en retour », souligne Marie Rhéaume.

En une semaine, chaque famille consacre en moyenne 67 heures pour les tâches domestiques, les soins des enfants, les déplacements et le travail. Pour en rajouter, plusieurs d’entre elles s’occupent également de parents vieillissants. En matière de soutien, les familles nucléaires bénéficieraient moins d’aide spontanée que les familles monoparentales parce que l’entourage présume qu’elles en ont moins besoin.


 À lire aussi : Performer sa parentalité


Pour un véritable Québec Famille

Le Réseau pour un Québec Famille organise un premier Sommet de la famille, les 14 et 15 mai prochains à Saint-Hyacinthe. Cet événement réunira plus de 500 intervenants et organismes qui travaillent auprès des familles. L’objectif de cette rencontre est de formuler des recommandations aux différents partis politiques pour améliorer le soutien aux familles.

 

Conciliation travail-famille : le point de vue des parents

> 82 % des parents ont accès à des mesures de conciliation travail-famille. Il s’agit de mesures formelles dans 40 % des cas, informelles dans 27 % des cas, et d’une combinaison de mesures formelles et informelles dans 30 % des cas.

> 67 % considèrent que leur employeur se montre flexible en ce qui concerne la conciliation travail-famille. 64 % des parents utilisent les mesures de conciliation famille-travail qui leur sont offertes seulement quelquefois par année ou moins.

> 49 % des parents préfèrent se débrouiller par d’autres moyens plutôt que se prévaloir des mesures offertes par leur employeur.

> 62 % des parents affirment que la conciliation travail-famille est une source de stress importante. 43 % trouvent la conciliation travail-famille difficile.

> 48 % des parents réalisent des tâches professionnelles en dehors de leur horaire de travail habituel.

> 37 % seraient prêts à accepter une réduction de salaire en échange de meilleures mesures de conciliation travail-famille.

> 55 % seraient prêts à changer d’emploi en échange de meilleures mesures de conciliation travail-famille.

> 57 % trouvent que la société québécoise est peu ou pas du tout accommodante en matière de conciliation travail-famille et que  l’horaire des services publics est mal adapté aux besoins des familles.

Source : Réseau pour un Québec Famille, avril 2018

Également sur Planète F
Lancement de la Semaine québécoise des familles La voix des parents est entendue lors de la Semaine québécoise des familles. Avant les colloques inversés qui se tiennent mardi et mercredi, le lancem...
Planète Famille : découvertes de la semaine du 19 février Quoi de neuf sur la Planète Famille? Résilience et empathie comme vecteur de réussite, impacts financiers de l'allaitement, cohabitation intergénérati...
De quoi les familles ont-elles besoin? Les familles ont besoin d’être mieux épaulées. Un meilleur soutien qui commence par des mesures concrètes et des services disponibles au moment où les...
Planète Famille : découvertes de la semaine du 26 février 2018 Quoi de neuf sur la Planète Famille? Conciliation travail-famille chez les athlètes féminines, espaces de travail partagés pour les parents, empreinte...
Le parent au centre de l’expérience C'est une première que le Réseau pour un Québec Famille se mouille dans un mémoire, une prise de position pour les parents. Déposé aujourd'hui à la Co...
Entrevue : Danser avec le chaos, la clé de la conciliation? Mélanie Thivierge est devenue à l’automne 2017 la nouvelle présidente-directrice générale du Y des Femmes à Montréal, après avoir été pendant cinq ans...

Commentaires

Laisser un commentaire