11
Avr
Photo : Kéno
Camp de vacances Kéno : enfants épanouis, parents rassurés
Camp de vacances Kéno : enfants épanouis, parents rassurés

L’été approche et les enfants seront en congé. Plusieurs parents jonglent avec l’idée d’inscrire leurs jeunes dans un camp de vacances. D’un côté, la promesse d’expériences inoubliables. De l’autre, la crainte de laisser son enfant dormir ailleurs, sans ses parents. Le camp de vacances Kéno offre une initiation en douceur.

Selon une étude de l’Université de Waterloo réalisée auprès de 1 405 parents d’enfants ayant fréquenté l’un des 100 camps de vacances à travers le Canada, les bienfaits de ce temps passé en nature se maintiennent au-delà du séjour. L’environnement immersif en forêt permet aux jeunes de se recentrer sur eux-mêmes et de prendre une pause de leur horaire chargé.

Depuis plus de cinquante ans, le camp de vacances Kéno, situé à Portneuf dans la région de Québec, accueille les jeunes de 5 à 20 ans. Les expéditions en forêt demeurent l’activité phare de l’institution québécoise. L’un des objectifs lors de ces parcours en plein air est le développement du jeune. « Comme un instrument de musique est l’outil du musicien, la nature l’est pour les campeurs », assure François Vézina, président-directeur général du Camp Kéno.

L’an dernier, un sondage a été mené auprès des parents dont au moins un enfant a fait un séjour au camp Kéno. Sur les 232 parents qui ont répondu au sondage, 96 % ont déclaré que ce temps passé au camp avait eu des effets positifs sur leur enfant en ce qui concerne l’autonomie, la confiance en soi, les aptitudes sociales et le sens des responsabilités.

Camp de vacances Kéno

Photo : Kéno

Refaire le plein d’énergie en nature

Dans ce milieu naturel éloigné du train-train quotidien, les jeunes constatent à quel point ils peuvent être eux-mêmes. Ils arrivent à s’écouter et à redéfinir leurs centres d’intérêt. Pour quelques-uns, une véritable passion pour la nature émane de leur passage au camp. « Les jeunes se sentent bien et libres sans avoir à se soucier du regard et du jugement des autres. C’est ce qu’on entend constamment de leur part », affirme M. Vézina.

Bien que la philosophie de Kéno ait toujours été de travailler la confiance et l’estime d’un jeune durant son séjour, cette visée prend tout son sens dans la société d’aujourd’hui. Selon M. Vézina, la jeunesse actuelle vit dans un contexte très interpellant. L’avènement du numérique et la sollicitation constante des médias et de la publicité sont des facteurs importants à prendre en considération dans le développement des enfants, croit-il.

Le contact avec la nature n’est pas le seul bienfait que retirent les enfants. Les intervenants au camp Kéno, pour la majorité des anciens campeurs, contribuent positivement à la construction identitaire des jeunes. « Le passage au camp amène les jeunes à se dépasser, à découvrir de nouvelles passions, à se surprendre, à se débrouiller et à tolérer les autres malgré leurs différences », conclut M. Vézina.

Camp de vacances Kéno

Photo : Kéno

Rassurer les parents poules

Reste que de laisser un enfant quelques jours, voire quelques semaines, dans un camp de vacances peut être une rude épreuve… pour les parents! Au camp Kéno, les parents ont l’occasion de vivre l’expérience du camp de vacances en famille. Le programme Séjour famille offre la possibilité de venir au camp pour une période de 2, 3 ou 5 jours et d’y dormir dans des yourtes en forêt près du lac Long. L’occasion rêvée de décrocher de la routine et de vivre des expériences nouvelles en plein air, et, pour les parents, de se sentir plus en confiance.

Le nouveau programme À l’aventure avec Arthur, offert en début d’été en collaboration avec Arthur l’Aventurier, permet aussi une initiation au séjour en camp de vacances. L’enfant peut être accompagné de son adulte préféré (parent ou pas), qui dormira avec lui dans un dortoir.

Si pour certains parents, laisser partir leur enfant au camp de vacances n’est pas source de tracas, pour d’autres, l’idée génère parfois beaucoup d’inquiétudes. « Selon mes 42 années d’expérience, ce sont plus souvent les mères qui magasinent les camps. Ce sont aussi elles qui sont les plus réticentes à laisser partir les enfants », croit M. Vézina.

Pourtant, ce « détachement » est une étape cruciale dans le développement de l’enfant et les camps de vacances sont une bonne façon d’y arriver, ajoute-t-il. « Il faut laisser les enfants découvrir leurs forces et leurs faiblesses. Ce passage est nécessaire afin qu’ils soient outillés pour affronter les obstacles de la vie », estime-t-il.  Être à l’écoute de son enfant afin de vérifier s’il se sent prêt à vivre cet éloignement demeure un moyen à privilégier.

Tout de même, François Vézina admet qu’il est tout à fait naturel pour un parent de ressentir de l’inquiétude lors d’une première expérience en camp. Discuter avec l’enfant, visiter les lieux avant le départ et y séjourner en famille sont des moyens de désamorcer la situation.

Pour consulter tous les programmes et pour l’inscription : www.campkeno.com

Cet article est commandité par le camp de vacances Kéno.

Commentaires

Laisser un commentaire