23
Août
Une étude pour mieux intervenir auprès des parents
Une étude pour mieux intervenir auprès des parents

Au cours d’une année, près d’un parent sur trois consulte un professionnel pour obtenir de l’information sur la parentalité. Ces professionnels proviennent de divers domaines : la santé, l’éducation et les services sociaux. Afin de mieux les outiller, une enquête québécoise recueille actuellement les perceptions de ces professionnels qui travaillent auprès des enfants, des adolescents ou de leurs parents.

La Chaire de recherche du Canada sur la violence faite aux enfants (CRVE) récolte jusqu’en octobre prochain des données en provenance des différents acteurs qui œuvrent en soutien au rôle parental. L’objectif principal est de circonscrire leurs perceptions de la discipline parentale et leurs pratiques de soutien auprès des parents. En d’autres termes, l’étude cherche à savoir si les professionnels sont bien outillés pour bien soutenir et orienter les parents. « C’est la première étude du genre au Québec, confirme la chercheuse principale, Marie-Ève Clément. On veut savoir comment les professionnels soutiennent les parents qui les consultent. »

Plus spécifiquement, les chercheurs s’intéressent à la question de la punition corporelle en contexte disciplinaire. « On veut se faire une idée des connaissances légales des divers professionnels, qu’ils soient du secteur de la santé, de l’éducation ou des services sociaux. Est-ce qu’ils sont au courant du fonctionnement de la Loi sur la protection de la jeunesse, du Code criminel? Savent-ils qu’ils doivent signaler certaines situations, sont-ils à l’aise de le faire? », questionne la chercheuse.

- partenaire -

La discipline: sujet populaire

La discipline parentale est l’un des sujets qui ressortent le plus dans les consultations des parents. Ceux qui sont aux prises avec des enfants « difficiles » cherchent souvent des conseils. « On veut savoir ce que les professionnels répondent à ces parents-là, s’ils se sentent outillés eux-mêmes ou s’ils réfèrent, et à qui. »

Ultimement, les résultats de l’enquête serviront à mieux outiller les professionnels grâce à l’identification des lacunes. Concrètement, cela pourrait prendre la forme de formation continue. « De nombreuses analyses seront possibles en fonction des professions, des secteurs ou des milieux », prévoit Marie-Ève Clément. Les chercheurs visent un échantillon de 5000 intervenants pour répondre au questionnaire, qui dure une vingtaine de minutes. Les participants doivent travailler directement auprès de figures parentales d’enfants mineurs.

Vous êtes un professionnel qui intervient auprès des parents? 
Voici le lien pour participer à l'étude : http://w3.uqo.ca/crve/fr/enquete-2017/

Ce texte est commandité par l’Université du Québec en Outaouais

Commentaires

Laisser un commentaire