11
Avr
Salon de l’apprentissage : le réseautage de l’éducation
Salon de l’apprentissage : le réseautage de l’éducation

Les ressources éducatives seront à l’honneur lors du premier Salon de l’apprentissage. Ce nouveau rendez-vous gratuit en faveur de la réussite éducative convie parents, enseignants et autres professionnels de l’éducation les 21-22 avril 2018 à la Place Bonaventure de Montréal.

Une fois que leurs enfants sont à l’école, les parents sont à la recherche de ressources pour mieux les accompagner dans ce parcours. Nous en avons discuté avec la porte-parole de l’événement : la comédienne et mère de deux enfants d’âge scolaire, Mariloup Wolfe.

Planète F : Pourquoi est-ce important pour vous d’être la porte-parole du Salon de l’apprentissage?

Mariloup Wolfe : Je me sens complètement concernée par tout ce volet-là de l’apprentissage. En tant que maman de deux enfants, j’avais envie de m’impliquer là-dedans, surtout quand j’ai constaté toutes les ressources éducatives regroupées au même endroit pour permettre aux parents et aux professionnels de l’enseignement de s’informer.

Planète F : En tant que parent, qu’est-ce qui vous préoccupe et qui vous intéresse par rapport à l’éducation de vos enfants?

Mariloup Wolfe : On veut à la base que nos enfants soient heureux à l’école. Pour ma part, j’aimais l’école; j’espère que mes enfants vont aussi aimer l’école. Je suis intéressée par les nouvelles techniques d’apprentissage qui favorisent le jeu et les projets. Je trouve important de développer des ressources pour permettre aux enfants d’avoir envie d’apprendre.

Planète F : Est-ce que la performance scolaire est importante pour vous?

Mariloup Wolfe : Oui, ça l’est dans le sens où je souhaite à mes enfants de bien performer. Ça permet, je pense, de bien fonctionner dans le système scolaire. Ça leur ouvre aussi plus de portes pour l’avenir. Cela dit, nous n’en sommes pas encore rendus à l’étape du secondaire. Donc ce n’est pas vraiment une préoccupation dans ma famille pour l’instant. Même s’il est important pour moi que mes enfants réussissent bien, jamais ça n’ira au-delà de leur bonheur. Je veux qu’ils se sentent bien là-dedans. Le plus important, c’est qu’ils soient heureux et qu’ils aiment apprendre.


À lire aussi : Se réunir pour réussir


Planète F : Qu’est-ce que la réussite signifie pour vous?

Mariloup Wolfe : À mon avis, la réussite scolaire ouvre des portes. Quand je suis allée au cégep, je n’ai pas choisi le programme qui me ressemblait, donc j’ai coulé des cours. Ça m’a fermé des portes par la suite quand j’ai voulu m’inscrire à l’université. Je vais m’en souvenir toute ma vie parce que j’ai toujours été une première de classe. Je ne sais pas ce que mes enfants veulent faire plus tard, mais je leur souhaite de faire ce qu’ils veulent, ce qu’ils aiment.

Planète F : D’autre part, vous sentez-vous toujours en situation de performance en tant que parent? Si votre enfant échoue, entrevoyez-vous cela comme un échec parental?

Mariloup Wolfe : Je ne pense pas que ce soit un échec parental, mais on a quand même une grosse responsabilité d’accompagnement envers nos enfants. L’école en fait une grande partie, mais les devoirs n’existent pas pour rien. Ça nous permet, en tant que parents, de faire un suivi. Si notre enfant a de la difficulté, c’est important de l’accompagner là-dedans. Si on ne se sent pas compétent, ou qu’on manque de ressources, c’est important d’aller chercher de l’aide et de ne pas attendre qu’il soit trop tard.

 

Planète F : On parle beaucoup de conciliation travail-famille. En tant que mère avec un horaire bien rempli comment gérez-vous les devoirs de vos enfants à la maison?

Mariloup Wolfe : Eh bien, comme pour pas mal tous les parents… c’est rushant! Ce que je trouve vraiment bien, c’est que la professeure annonce les devoirs le vendredi. Je préfère donner un petit boom la fin de semaine. De cette façon, le reste de la semaine, les enfants peuvent faire autre chose au retour de l’école. Je trouve qu’ils sont fatigués à la fin de la journée.

Planète F : Croyez-vous que les parents connaissent les outils et les différents spécialistes lorsqu’ils sont confrontés à des défis concernant l’éducation de leurs enfants? 

Mariloup Wolfe : Non, je ne pense pas. D’où ce premier Salon de l’apprentissage qui répond à un réel besoin des parents. En fait, je pense que quand ton enfant a un problème, c’est à ce moment que tu te mets à rechercher les ressources qui te sont offertes. Les parents ne connaissent pas assez les outils technologiques. Il existe pourtant une foule de ressources pour nous aider!

Pour connaître les exposants et la programmation :  salondelapprentissage.ca.

Cet article est commandité par le Salon de l’apprentissage.

Commentaires

  1. Josée Lehoux

    Bonjour,
    Je suis enseignante depuis plusieurs années et je souhaiterais avoir de l’information sur le réseautage en éducation.

  2. Pamela

    Est-ce qu’elle sera là dimanche aussi?

Laisser un commentaire