03
Août
Une histoire d’amour et d’acceptation
Une histoire d’amour et d’acceptation

Description de l’éditeur :

Ma critique :

- partenaire -

Il y a quelques semaines, mon libraire me conseille une nouvelle bande dessinée. Pas pour mes enfants, pour moi. Je ne lis jamais de bande dessinée, mais j’ai confiance en mon libraire. Je comprends davantage la raison de cette suggestion lorsqu’il m’explique qu’elle est l’œuvre d’un papa qui a un garçon autiste. Mon libraire et moi avons ce point commun : l’autisme d’un enfant, nous savons ce que c’est.

J’accepte de lire la bande dessinée en question. Après tout, depuis quand je refuse de lire un livre sur l’autisme ? Une bande dessinée c’est une première, mais pourquoi pas ? Je n’ai pas le temps d’aller à la poste, c’est mon conjoint qui s’y rend et reviens avec le livre. Le titre, Les petites victoires, a intrigué le papa de mes enfants.

Si moi je lis énormément sur l’autisme, lui, pas vraiment. Nous n’avons pas réellement vécu notre processus d’acceptation à la même vitesse et il n’a pas ce besoin que j’ai de tout savoir, de tout comprendre. Pourtant cette bande dessinée, il l’a lit d’un trait. Elle compte tout de même 150 pages. Ça m’a intrigué. J’ai d’autres lectures a faire avant, mais je l’ai mis sur le dessus de ma pile.

En me plongeant dans l’histoire de Yvon Roy et son fils, j’ai compris. Il y a tant de similitudes entre les mots et les réactions de ce père et celui de ma fille. Cet homme a réussi à mettre des mots et des images sur le processus d’acceptation des papas.

Relation différente

En effet, mon conjoint n’a jamais voulu suivre les instructions des intervenants à la lettre. Oui, les rendez-vous lui sortaient souvent de la tête. Oh que oui, nous avons eu des prises de bec ensemble, car sa façon de voir les choses et la mienne ne sont pas similaires. Par contre, avec le recul, je sais que ça été bénéfique pour notre fille. Mon conjoint me répète toujours que notre fille, avant d’être autiste, c’est une enfant. Certains appelleront ça le déni, d’autres l’acceptation au-delà des étiquettes, mais ce n’est pas important. Ce qui prime c’est la relation qui se crée entre le parent et l’enfant.

Le bédéiste l’écrit en introduction, il a longtemps hésité avant d’écrire ce livre et il le précise, ce n’est pas un ouvrage sur l’autisme, il laisse ça aux spécialistes. Cependant c’est la plus belle histoire d’amour que j’ai lue entre un père et son fils autiste.

Pour plus d’info:

Titre : Les petites victoires
Auteur : Yvon Roy
Éditeur : Rue de sevres
ISBN : 978-2-36981-469-6
Date de parution : 9 mai 2017
Version papier : 29.95$
Version numérique : 11.99$

La blogueuse a reçu le livre en service de presse. Le lien est affilié à Leslibraires.ca.

À propos de Nadia Lévesque

Mère de trois enfants, Nadia Lévesque s’est fait connaître grâce à ses textes traitant de l’autisme de sa fille Ariane. Son empathie et sa facilité à se glisser dans le cœur des parents vivant la différence de leur enfant ont permis à plusieurs de ses textes de devenir viraux sur les réseaux sociaux. Femme de cœur et de tête à la fois, cette maman est maintenant connue pour ses opinions bien assumées et ses prises de position.

Commentaires

Laisser un commentaire