08
Nov
Capsule historique 10 – La parentalité
Capsule historique 10 – La parentalité

Nous terminons cette série de capsule en abordant le thème de la parentalité. Au départ, nous avions pensé explorer les discours des blogues parentaux et statuts sur les réseaux sociaux. Encore à ce jour, l’angle de la « maternité » y est largement dominant. Pourquoi en est-il ainsi alors que la famille commence (enfin!) à être reconnue comme un vecteur signifiant de changement social?

Je suis tombée sur un extrait de la Vie en Rose écrit par Hélène Lévesque 1982. Je suis née en 1984, et j’étais surprise de lire un témoignage poignant qui nomme aussi directement la culpabilité parentale.

- partenaire -

Une culpabilité ancrée dans l’histoire

J’avais tellement l’impression que c’était un phénomène récent, et j’apprenais avec étonnement que les féministes de la génération précédente avaient déjà soulevé cette réflexion :

« Coupables Tout est là. Coupables de ne pas toutes vivre une « belle grossesse » et de ne pas afficher la mine épanouie de rigueur. Coupables de tant souffrir à l’accouchement et de retenir nos cris (ça fait hystérique) alors que nous aurions préféré vivre cet événement à notre convenance, avec ceux que nous aimons, dans la position que nous aurions choisie. Coupables de ne pas spontanément reconnaître (toujours le mythe de l’instinct maternel) et aimer cette petite chose de chair qu’on nous flanque entre les bras » (En ligne)

D’innombrables textes, billets de blogues, statuts Facebook actuels parlent de ce sentiment de culpabilité, de cette impression de ne pas être entièrement libres de nos choix. Nous avions envie de pousser la réflexion plus loin, de considérer tous les parents, en continuité avec le dossier « Parents êtes-vous égaux? ».

Parent avant tout

La semaine dernière, je suis tombée sur l’article « Pour en finir avec le papa con » sur le blogue de Marc on the road. L’auteur rappelle tous les côtés sombres des discours qui opposent les rôles pourtant construits socialement :

Actuellement, dans plusieurs de ces discours, même lorsqu’on cherche ultimement à dénoncer cette situation, on renforce plutôt cette dissociation des genres. En glorifiant la mère et uniquement la mère et en faisant passer tous les pères pour des irresponsables, on laisse croire à la mère qu’elle est dans sa position naturelle et au père que peu importe ce qu’il fait, il ne sera jamais à la hauteur. (En ligne)

Nous sommes, nous aussi, critiques de la tendance actuelle de toujours diviser l’expérience parentale en terme opposé de « maternité » et de « paternité ». Alors que la maternité est un travail d’équipe!

La parentalité ouvre vers de nouveaux choix 

Dans le cadre de mes études en psychologie périnatale, j’ai eu la chance d’avoir la psychologue Florence Vinit comme professeure. Dans la capsule, elle explique comment l’individualité et l’accès à de nouvelles formes de parentalité a changé le rapport à la famille au 21e siècle.

Afin d’éviter de tomber nous aussi dans les pièges de stéréotypes de genre, nous sommes allées à la rencontre de Blaise Durivage, le Dada du blogue Papa pis Dada. Il raconte qu’il avait lui-même intériorisé des préjugés face à l’adoption et à l’homoparentalité. Pourtant, sa propre expérience l’amène à voir que les défis d’être parents se ressemblent bien souvent. Il précise bien que l’amour n’est pas la solution à tout. Il l’écrit également sur son blogue : « L’amour ne guérit pas tout. Ça aide, c’est certain, mais ce n’est pas comme dans les films » (en ligne). Ce qui est important c’est un cadre, la sécurité et mettre des limites claires.

Il est important de reconnaître que l’expérience parentale va bien au-delà des rôles traditionnels du père et/ou de la mère ou autre tuteur. Les nouveaux modes de communication permettent une prise de conscience essentielle pour accueillir favorablement ces changements dans la société.

Bibliographie

« Jeunes mères sous pression », Banc public, épisode 49. En ligne.

Durivage. Blaise. « Papa pis Dada ». Blogue.  En ligne

Lévesque, Hélène 1982. « Planter amoureusement une bombe », La Vie en Rose, D’une mère à l’autre : dossier maternité. novembre-décembre 1982, p. 28-29. En ligne.

Marc. 2017. « Pour en finir avec le papa con». Blogue Marc on the road. En ligne.

Pelletier, Francine. 2015. Second début. Remue-Ménage.

Ross, Martine. 1983.  Le prix à payer pour être mère. Montréal, Remue-Ménage.

Verville, Marie-Hélène. 2016. La maternité est un travail d’équipe. Planète F. En ligne.

À propos de Marie-Christine Pitre

Marie-Christine Pitre est adjointe à la direction pour Famille.media. Son bagage en histoire de l'art ainsi qu'en psychologie périnatale lui permet de voir la famille sous l'angle de l'histoire humaine des parents. Elle est avide de réflexions et de questionnements sur la parentalité depuis qu'elle est devenue mère il y a 5 ans.

Commentaires

Laisser un commentaire