23
Avr
Vie d’aréna : la casquette de fin de saison
Vie d’aréna : la casquette de fin de saison

Pour une deuxième année consécutive, j’ai eu la chance d’accompagner ma fille et son équipe Cyclones Peewee à la prestigieuse Coupe Dodge qui se déroulait à Québec.

La Coupe Dodge, c’est LE tournoi ultime d’une saison de hockey. Le tournoi auquel tout hockeyeur rêve de participer afin de représenter sa région. Le tournoi que toute équipe rêve de remporter, question d’être proclamée championne provinciale de sa catégorie.

De coéquipières, à amies Snapchat, à amies pour la vie

Avoir une équipe intégrale dans une région grande comme le Bas-St-Laurent, ça implique la participation et l’implication des parents. Plus de 200 kilomètres séparent le domicile des filles qui habitent aux extrémités de la région. Depuis août, elles se sont rencontrées une à deux fois par semaine pour pratiquer leur coup de patin et leurs techniques de jeu, pour développer leurs habiletés et leurs affinités.

- partenaire -

Quelques fois en covoiturage, d’autres fois en tête à tête avec leur fille, les parents de l’équipe ont sillonné les routes du Bas-St-Laurent afin de profiter des heures de glace qu’ils avaient à l’horaire. De fil en aiguille, les filles ont tissé des liens, elles avaient hâte à la prochaine pratique, à la prochaine partie, au prochain tournoi, au tournoi qui serait tellement loin que nous devrions dormir à l’hôtel. Entre les moments de complicité en présence réelle, les médias sociaux permettaient aux filles de garder contact.

En même temps, j’avais moi aussi développé une « dépendance ». Celle de revoir les autres parents, de pouvoir aller prendre une marche durant l’avant-pratique, de découvir de nouveaux restos et de nouveaux mets comme le pain-fromage-patate, de placoter, de ricaner, de profiter de chaque instant où nos filles avaient du plaisir. Est-ce que tout était toujours en parfait équilibre, dans l’harmonie la plus totale? Assurément pas, rien n’est parfait! Mais tolérer les imperfections nous rend assurément de meilleurs parents!


À lire aussi : Vie d’aréna : hockey, parents et amitié


La saison miracle

Vous avez vu le film La saison miracle, qui met en vedette une équipe féminie de volleyball? Moi non. Mais mes hockeyeuses préférées, oui. C’était une idée de leur entraîneur, question de les rassembler avant les quarts de finale. Stratégie efficace, puisque c’est à ce moment qu’elles ont rassemblé leurs forces, mis de côté leurs faiblesses et décidé qu’elles seraient assurément les grandes gagnantes de la Coupe Dodge 2018.

Après deux défaites, les Cyclones ont retroussé leurs manches. Elles ne sont pas venues à Québec pour repartir bredouilles. Elles avaient quand même remporté deux tournois lors de leur saison régulière; elles savaient qu’elles avaient le potentiel d’être championnes.

Histoire de casquette

hockeyChaque année, des articles promotionnels à l’effigie de la Coupe Dodge sont en vente lors de l’événement. Or, ces articles sont en quantités plus que limitées. Si ma fille voulait une casquette, elle devait remporter les honneurs de la Coupe Dodge avec son équipe et les filles en recevraient alors une.

Après un quart de finale en prolongation, une demi-finale intensément jouée et une finale encore en prolongation, les Cyclones ont remporté le titre de meilleure équipe Peewee A au Québec! Mes hockeyeuses préférées se sont donc mérité une casquette!

La casquette qu’on ne peut acheter au kiosque d’Hockey Québec. Celle qui n’a pas de prix. Celle qui s’est gagnée par les efforts, la persévérance et un soupçon de chance. Celle qui lie d’amitié à tout jamais treize filles du Bas-St-Laurent. Celle que les petits frères de pratique ne pourront emprunter. Celle qui clôt une saison de hockey parfaite. Celle que l’entraîneur qui a mis temps et efforts durant neuf mois portera fièrement!

C’est sur cette note parfaite que se termine notre saison! Les attentes seront élevées pour la prochaine… Je range mes bas de laine, je sors mes sandales et mon rosé en attendant le début de la saison de soccer! Et vous, que ferez- vous de votre été?


À lire aussi : S’exiler pour performer


À propos de CynthiaParadis

Originaire de Mont-Joli, dans le Bas St-Laurent, Cynthia habite Sainte-Luce, tout près de sa ville natale. Elle s'est expatriée pour ses études pendant 7 ans à Montréal. Elle est revenue à ses origines il y a 16 ans. Mère de trois enfants de 11, 8 et 2 ans, elle est aussi pharmacienne dans un établissement de santé du Bas-Saint-Laurent. D’entraîneure de patinage de vitesse à présidente du conseil d’administration d’un CPE ou d’une Fondation d’école, elle donne de son temps aux organisations que ses enfants fréquentent.

Commentaires

  1. Audrey albert

    Je suis très fier de nous et je porte cette casquette avec fierté

Laisser un commentaire