09
Oct
Sortir de sa zone de confort !
Sortir de sa zone de confort !

 

Dernièrement, fiston et moi nous sommes retrouvés dans les tribunes du Salon bleu à l’Assemblée nationale. Loin de notre quotidien de la maison, nous avons assisté au dépôt d’une pétition qui nous touche directement. Cette pétition, a été lancée par Stéphanie Cloutier, elle-même parent d’un enfant à besoins particuliers. Elle demande le rehaussement du financement des services en déficience intellectuelle, afin de répondre aux besoins criants et lourdement ignorés en ce domaine.

- partenaire -

Jusque-là, ce pourrait vous sembler banal, à la limite. Toutefois, nous n’étions pas seuls ! Plus d’une cinquantaine de parents et d’une vingtaine d’enfants/jeunes adultes étaient présents aussi. Le décorum parlementaire a été légèrement perturbé, avec des cocos qui applaudissaient ou criaient Bravo. Mon fils a laissé tomber sa cocarde de visiteur de la mezzanine vers les membres du parti Libéral assis juste dessous. Après la lecture de la pétition par Dave Turcotte, député de St-Jean-sur-Richelieu et parrain de la pétition, on a assisté à une longue ovation de la part des trois partis d’opposition réunis. Ovation dirigée vers les tribunes, vers nous les parents…

Une reconnaissance amère

Ovation qui m’a laissé avec des sentiments mitigés : sentiment de reconnaissance, doublé de méfiance. Sentiment de fierté devant cette action menée par des parents, doublé de cynisme envers les actions politiques. Voire même sentiment d’incompréhension, puisque je n’aime pas tant être perçue comme une héroïne ou quelqu’un qui vit une épreuve. Je voudrais seulement que l’on reconnaisse qu’on ne rend pas justice à ces citoyens et futurs citoyens, ni à l’ensemble de notre société, en les laissant derrière.

La période de questions a suivi. Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, a esquivé la question posée à notre sujet par M. Turcotte. M. Lisée est venu nous livrer un message d’espoir par la suite. Quelques députés des partis d’opposition ont pris le temps d’assister au point de presse qui a suivi le dépôt officiel de la pétition. Différents intervenants du milieu ont vaillamment défendu notre situation… et fiston s’est empressé de charmer quelques député.es.

Au milieu de ce brouhaha, dans ce monde un peu surréel de l’arène politique, mon fils, avec la grâce de tous les enfants, s’ennuyait et le démontrait par moments. Surtout il s’amusait, souriait, rencontrait des gens « célèbres », pour lui inconnus, en toute simplicité, avec toute son authenticité. J’ai beaucoup à apprendre de lui. Il me montre déjà la voie. En le regardant, je me suis encore une fois demandé comment on pouvait bien avoir peur de lui et de la magnificence de sa différence…

AJOUT – 5 octobre 2017

Le 3 octobre dernier, la Commission sur la santé et les services sociaux a voté pour savoir si elle soumettrait à l’étude notre pétition. Les députés du parti Libéral membres de cette commission, qui y sont majoritaires, ont voté contre…

Pour se justifier, ils évoquent un investissement en augmentation de 33% ces dernières années (2007-2008 à 2015-2016) en déficience intellectuelle et pour l’autisme. On oublie toutefois de mentionner au passage que, durant cette même période, la clientèle TSA seulement a connu une augmentation de 42,3%. Sur le terrain, je peux vous CERTIFIER que, ce que nous vivons quotidiennement depuis près de 4 ans, ce sont coupures de services après coupures de services, si ce n’est carrément ABSENCE de services…

Je suis peut-être hors de ma zone de confort, mais je vais continuer de participer autant que faire se peut à rétablir des services dignes de ce nom dans ce domaine. Dans l’amour de mon fils, je suis et serai, sans hésitations, dans la seule zone véritablement juste qu’il puisse y avoir…

À lire aussi: De l'asile à l'inclusion

Commentaires

Laisser un commentaire