20
Déc
Captain Fantastic, un film pour tous les parents
Captain Fantastic, un film pour tous les parents

Dans notre petite famille, depuis qu’on écoute des séries télévisées de façon compulsive, on regarde beaucoup moins de films.

On dirait même qu’on a un peu perdu le goût des histoires qui ne durent que deux heures. De plus, depuis qu’on a des enfants, on fréquente surtout les salles de cinéma les après-midis pluvieux pour voir les Alice, Moogli et autres Paddington.

Cet été pourtant, je me suis précipitée au cinéma, seule, pour aller voir le film Une vie fantastique, ou Captain Fantastic en version originale anglaise. J’ai été tellement interpelée par ce film que j’en ai voulu à mon chum de ne pas m’avoir accompagné au cinéma. Depuis quelques semaines, le film est disponible en location, alors j’ai pu le réécouter avec le père de mes enfants.

Si je vous parle de ce film ici aujourd’hui c’est que je vous soupçonne, en tant que lecteurs de Planète F, d’être des gens intéressés par la vie de famille, l’éducation des enfants et les enjeux sociaux. Il y a tout ça dans ce film et tellement plus.

La famille utopique

C’est l’histoire de parents qui ont choisi de rejeter la civilisation pour s’installer au cœur de la forêt de l’État de Washington. Ils sont entourés de leurs six enfants âgés entre 6 et 18 ans. Ils vivent leur petite République platonicienne; leur Cité idéale. Ils chassent, cueillent et cultivent. S’entrainent le corps et l’esprit. Ils étudient, discutent de tout, parlent plusieurs langues et font de la musique. Mais tout n’est pas rose dans le meilleur des mondes. Un évènement fort dramatique, soit la mort de la mère, force cette belle grande tribu à quitter son utopie. Et à affronter le monde réel.

Les enfants de la famille sont lucides et informés, et beaucoup plus éduqués que les autres jeunes de leur âge. Pourtant, ils se retrouvent à peu près incapables de communiquer avec leurs semblables. Leurs grandes aptitudes intellectuelles et leurs saines habitudes de vie, même si ce sont des choses positives en soi, les isolent. Au point où ils se retrouvent handicapés socialement. Comme ils ne sont pas cons ces enfants, certains se révoltent et reprochent à leur père, joué par l’excellent acteur Viggo Mortensen, d’avoir fait d’eux des freaks.

Ça porte à réflexion

Ces scènes, belles et touchantes, nous amènent à réfléchir sur plusieurs thèmes parentaux. Qu’est-ce qu’une bonne éducation? Est-ce que nous devons viser l’idéal, le meilleur en tout? Est-ce que nous devons diminuer nos attentes et favoriser le bonheur et l’intégration de nos enfants qui sont, après tout, des êtres grégaires? À quoi bon les rendre parfaits, s’ils se retrouvent seuls et malheureux?

Le film fait aussi ressortir l’immense responsabilité que nous avons comme parents. Nous sommes tous le petit dictateur en chef de notre famille, le gourou de notre secte familiale. Les valeurs que nous avons choisies, nous les imposons à nos enfants et créons notre petite bulle. Les enfants s’y développent, ils adhèrent malgré eux à ces idéaux. Qu’arrive-t-il s’il n’y a pas confrontation de ces valeurs avec le reste du monde, dès qu’ils franchissent la porte de la maison? Il devient impossible pour eux de développer leur propre système de valeurs, leur esprit critique et leur pleine autonomie.

Captain Fantastic est un film magnifique, touchant, drôle et qui provoque de belles et riches conversations. J’aurais pu en parler encore longtemps. Je vous laisse la joie de le découvrir pendant les Fêtes. Si vous avez envie d’en jaser, je suis là, au bout de votre clavier!

À propos de Kathleen Shannon

Kathleen Shannon a fait le choix de rester à la maison pour s’occuper de ses 4 enfants âgés de 6 ans, 8 ans, 12 ans et 13 ans. Femme au foyer comme en 1950 mais résolument féministe, Kathleen poursuit des études de maitrise en histoire de l’Europe moderne et blogue à temps perdu. Grande consommatrice de livres et de journaux, Kathleen aime partager le fruit de ses réflexions à travers ses écrits.

Commentaires

Laisser un commentaire