03
Oct
La gratuité scolaire : mythe ou réalité ?
La gratuité scolaire : mythe ou réalité ?

 

Le sujet a été sur les lèvres de bien des parents, comme chaque rentrée scolaire. Le coût des fournitures scolaires et autres frais afférents habituellement facturés en début d’année.

- partenaire -

Techniquement, on parle de gratuité scolaire au Québec. Un bien beau mot sur papier, mais loin de la réalité au final. Ces deux dernières années, les circonstances ont fait en sorte que j’étais un ménage à faibles revenus. Ce qui m’a fait réévaluer ma position. Je trouvais qu’on faisait tout un plat de ce sujet. Après tout, on parle d’au plus quelques centaines de dollars dans toute une année, non ?

Mais justement, ces quelques centaines de dollars, tous n’ont pas le même profil financier pour les assumer. Et c’est là qu’on doit avouer qu’on ne peut pas actuellement parler de réelle gratuité scolaire au Québec. On pourrait aussi parler des frais annuels pour étudier dans certains profils spécialisés au secondaire, qui mettent carrément de côté toute une tranche d’enfants provenant de familles peu fortunées.

Ce sujet pourrait à lui seul faire l’objet d’un autre billet puisqu’il touche plus directement la question du système scolaire à plusieurs vitesses.

À lire aussi: Quand l'école publique contre-attaque

La politique de gagner des points avec la gratuité scolaire

Sans grande surprise, l’enjeu de la gratuité scolaire est un sujet vendeur pour le monde politique. On pense ici aux récentes propositions de donner 100 $ par famille par enfant ou d’instaurer la réelle gratuité scolaire. Cette dernière étant évidemment la meilleure option, mais pas l’ultime panacée pour autant : l’accès à la scolarisation pour tous va bien au-delà de la question de la gratuité scolaire.

Des enfants qui ne trouvent littéralement pas leur place dans un système scolaire qui aime tant les petites cases, il y en a plus qu’on pense. Si le politique souhaite surfer sur le sujet, l’analyse de l’accès universel à la scolarisation doit donc déborder de la simple question de la gratuité…

À lire aussi: Inclusion scolaire: Mauvaise note pour plusieurs écoles québécoises

Des pistes de solution pour diminuer les frais ?

Quelles seraient les façons d’alléger collectivement la facture pour les fournitures scolaires ? Je posais la question sur les réseaux sociaux récemment, histoire de tâter le terrain sur les initiatives qui existent actuellement.

On me parlait d’achats faits en coop scolaire pour lesquels une part des ristournes était remise aux écoles. C’est très bien, mais on parle encore ici d’achats individuels. Je connais personnellement une formule qui simplifie la vie tout en permettant de diminuer les frais : l’achat groupé offert à tous les parents d’une école. Les parents qui s’en prévalent bénéficient alors d’une formule clé en main qui donne accès à des prix de gros, vu le volume d’achat.

Les achats de fournitures scolaires sont également la principale activité de financement de la Fondation de l’école, le fournisseur donnant en effet une remise à l’école sur chaque achat. On ne parle pas encore de gratuité avec ce modèle, mais il y a de réelles économies à faire pour les parents. Or, d’après la discussion engendrée sur les réseaux sociaux, je semblais la seule dont l’école offrait cette formule d’achats.

On pourrait aussi proposer des achats groupés de plusieurs écoles ensemble. Plus difficile à faire logistiquement, mais qui pourrait permettre de réelles économies. Autre possibilité pour diminuer les frais : récupérer le maximum de matériel scolaire inutilisé ou en bon état, d’une année à l’autre. Ce que plusieurs parents font d’emblée, et j’en suis.

Mais pour maximiser cette pratique, encore faut-il qu’il y ait concordance entre les listes des différents degrés scolaires, pour certains items. Par exemple, prévoir les mêmes couleurs de duo-tangs d’une année à l’autre, les mêmes types de cahier d’écriture, etc.

Utile à savoir 

Le conseil d’établissement (CÉ) de chaque école a la responsabilité d’approuver chaque année les listes des effets scolaires pour chacun des niveaux scolaires. Si ce n’est pas déjà le cas, assurez-vous que les parents siégeant au CÉ de l’école de votre enfant pensent à sensibiliser le corps enseignant à cet effort d’uniformisation des listes scolaires. Car en attendant la réelle gratuité scolaire, cette option demeure la plus accessible à mettre en place pour diminuer le coût de la facture pour les parents.

Avez-vous d’autres propositions d’initiatives pour diminuer le coût de la rentrée scolaire ?

Commentaires

Laisser un commentaire