27
Mar
La saison des séparations : attitudes à éviter
La saison des séparations : attitudes à éviter

C’est le printemps, le soleil promet de réchauffer nos foyers et de raviver nos flammes amoureuses. C’est la saison des amours et des renouveaux. Mais c’est aussi la saison des séparations. Les couples se font et se défont et ça frappe à ma porte de médiatrice familiale, plus que jamais.

Qu’on quitte ou que l’on soit quitté, les émotions sont à fleur de peau et c’est un véritable tour de force que de réussir à garder la tête froide. La séparation est une des épreuves les plus difficiles à surmonter et on demande aux parents qui la vivent de ravaler leur rage, leur colère, leur tristesse et leur angoisse pour protéger leurs enfants.

Dans mon bureau, je leur offre l’écoute, le droit d’exprimer leurs émotions et des outils pour passer à travers la prochaine étape. Je leur parle aussi de leurs enfants. De la perception que ces derniers peuvent avoir de la situation, et plus particulièrement des attitudes des parents qui nuisent considérablement aux enfants.

Voici une liste d’attitudes à éviter lors d’une séparation :

Décourager les enfants d’aimer l’autre parent ou le nouveau conjoint du parent

Les enfants sont extrêmement sensibles à la peine de leur parent et même si on ne verbalise pas clairement notre haine envers l’autre parent, l’enfant peut sentir qu’il n’a pas le droit de l’aimer. Le parent qui parle contre son ex conjoint ou mentionne à l’enfant « t’es comme ton père » ou « t’es comme ta mère » laisse croire à l’enfant que l’autre parent est mauvais et qu’il vaut mieux s’en distancer ou ne pas l’aimer à défaut de quoi il pourrait perdre l’amour de son parent.

Beaucoup d’enfant développent un conflit de loyauté envers leur parent lorsqu’un nouveau conjoint entre dans sa vie. Parler en mal du nouveau conjoint, dire à l’enfant de ne pas l’aimer, de ne pas l’apprécier, de ne pas le laisser agir comme un parent sont autant de comportements qui sème la confusion dans l’esprit des enfants. Une nouvelle personne les aime et est gentille avec eux. Pourquoi donc n’ont-ils pas le droit de l’aimer? Il est extrêmement difficile d’admettre qu’une autre femme ou qu’un autre homme soit aimé par notre enfant. Pourtant, quand on y pense, il s’agit dans la plupart des cas d’un adulte significatif de plus, qui aura à cœur le développement de notre enfant.

Menacer les enfants

Depuis la naissance de votre poupon que vous travaillez d’arrache-pied sur la confiance de votre enfant envers vous et créez ce lien d’attachement si nécessaire à son épanouissement. Ne minez pas cette confiance en menaçant vos enfants de les renvoyer chez papa ou chez maman s’ils ne se conduisent pas comme vous le souhaitez. Peut-être aurez-vous les résultats escomptés mais vous créerez aussi une grande insécurité.

Prendre l’enfant comme thérapeute

Les enfants n’ont pas besoin de savoir que les comptes sont difficiles à payer, que « papa vous traîne en cour », que vous êtes tellement triste que vous songez à vous enlever la vie. Des professionnels de tous acabits peuvent venir en aide aux parents qui vivent de grandes difficultés. Les enfants n’ont pas la maturité et n’ont surtout pas la distance émotionnelle requise pour que l’on mette toute cette charge sur leurs si petites épaules.

Se chicaner devant les enfants

Le moins ils en savent sur nos querelles le mieux c’est. C’est vrai quand on est encore ensemble, et ce l’est d’autant plus lorsque la famille est fragilisée par une séparation. Ce qu’ils ont besoin de savoir, c’est que papa et maman les aiment de tout leur cœur et que tout va bien aller. Les chicanes lors des échanges ou lors de conversations téléphoniques, c’est insécurisant et culpabilisant. Aussi, les enfants n’ont pas à agir comme messagers. Un simple « tu diras à ta mère qu’elle n’a pas payé sa pension » envoie une tonne de messages contradictoires à l’enfant. Il est préférable de trouver une autre façon de communiquer.

Prendre à la légère les changements qui ont un impact sur la vie des enfants

Présenter un nouveau conjoint et ses enfants, déménager, changer de milieu de garde ou d’école, se remarier sont autant de changements qui ont un impact pour les tout-petits mais aussi sur les plus grands. Dans la planification de ces changements, il y a une étape qu’il ne faut pas escamoter : préparer les enfants. Il faut prendre le temps de leur parler des changements qui s’annoncent, des étapes qui suivront, des conséquences de ces changements. Il faut aussi prendre le temps de les écouter. Ils auront beaucoup à dire sur ce qui les attend.

S’il y a des attitudes qui nuisent, il y a nécessairement des attitudes qui aident les enfants à traverser la période de la séparation et à vivre avec des parents séparés ou dans une famille recomposée. Je vous retrouve donc sous peu avec un article sur les attitudes des parents qui aident les enfants.

À propos de Marie-Ève Gagné

Avocate et médiatrice familiale, Marie-Eve Gagné représente ses clients avec des valeurs d'intégrité, de sincérité et d'écoute. Son dynamisme et son efficacité sont mis au profit de ses clients afin que ceux-ci atteignent leurs objectifs au moindre coût possible. Créative et rusée, les solutions les plus innovatrices sont envisagées au bénéfice de ses clients avec lesquels une communication authentique et sans barrière est toujours maintenue.

Commentaires

  1. martin Frereault

    elle article, représente bien l’aliénation parental dans sa forme la plus courante. Je crois sincèrement que l’AP est la cause d’une multitudes de troubles sociaux. L’eloignement, les batailles juridiques, des acusations au criminel, la non-representations . Les parents cibles, qui sont aimant et apte a s’occuper d’un enfant vivent non pas un terrible moment mais subissent une blessures inguerissable. Et selon moi due au manque d’informations, d’ouverture d’esprit et de lois approprié.
    @regroupement contre l’aliénation [email protected]

Laisser un commentaire