11
Mai
Et quand maman a besoin d’un psy ?
Et quand maman a besoin d’un psy ?

À ce texte, je pourrais joindre des études, des chiffres, des citations d’experts qui utilisent un vocabulaire complexe. Ça donnerait de la crédibilité à mes écrits. Par contre, si vous êtes au bord de la dépression ou déjà diagnostiqué, ces mots-là ne vous rejoindraient pas.

Les statistiques, les conclusions d’études, ça ne nous intéresse pas quand nous vivons le tourbillon de la dépression. Lorsque je suis passée par là, la concentration pour démystifieront cela, je ne l’avais pas. En fait, de la concentration, je n’en avais plus pour quoi que ce soit !

- Annonce -

Des efforts, des montagnes, pour tout et rien

Prendre mes messages sur ma boîte vocale était un effort, m’habiller et me doucher également. De l’intérêt, je n’en avais plus pour grand-chose. Me nourrir, me garder en vie était déjà un gros défi. Ma chance : je suis bien entourée. Mes parents ont payé quand j’ai eu besoin d’aller consulter au privé.

Fort heureusement, car ce que j’ai vécu, ce n’était pas une petite déprime ! C’était une dépression. Celle qui nous entraine dans les bas fonds. Là où tout est noir, où l’énergie n’est pas.

Quand ça ne peut pas attendre

Je n’ai pas attendu six mois pour avoir de l’aide. Je n’ai pas dû prouver à quel point j’étais perdue dans ma détresse pour avoir accès rapidement à un psychologue. On n’a pas banalisé ma peine en affirmant que la limite de consultation avait été franchie. Je n’ai pas eu devant moi une personne qui cherchait des solutions pour m’expédier en dehors de son bureau. J’ai eu l’écoute et le temps.

J’ai eu une rémission de luxe. Mon parcours est sans embûche. J’ai eu la chance d’avoir de l’aide, en échange d’argent. L’expression : « Le temps c’est de l’argent » prend tout son sens…

L’argent et la santé mentale

Mais que se passe-t-il lorsque l’argent n’est plus, qu’il est un facteur de stress ? C’est l’attente, les listes d’attentes. Le décompte des consultations. C’est aussi le retour à la maison sans avoir reçu l’écoute nécessaire. C’est de cette façon que les mamans que je connais et qui sont passées par le système de santé public m’ont décrit leur parcours de dépression.

La fois où je ne serai pas là !

Depuis que je blogue, j’entends souvent des appels à l’aide de la part de mamans d’enfants différents. C’est toujours le même scénario. Une maman qui me suit sur les réseaux sociaux, m’écrit et je sens dans son message une exaspération qui va plus loin que la fatigue. J’enfile mes gants blancs (jusqu’au coude !) et je l’invite à faire le contrôle des symptômes de la dépression sur le site  La dépression fait mal.

Je souhaite faire prendre conscience à ces mamans qu’elles sont sur le chemin de la dépression et même parfois déjà rendue à destination. Cela poussent ces dernières à consulter leur médecin de famille ou en clinique sans rendez-vous. Chaque fois, je dois les convaincre d’écouter ma voix, plutôt que celle qui leur murmure au fond d’elles ces mots qui apparaissent quand la dépression s’est installée…

Une partie de la solution

Elles obtiennent de la médication, mais l’accompagnement psychologique n’est pas là. On est alertés par la pointe de l’iceberg, mais est-ce qu’on traite de qui est en dessous ?

Ce poids sur mes épaules

Je crains toujours la fois où je ne sera pas disponible. La fois où je serai prise dans la gestion d’une crise de ma fille autiste, ou endormie, ou épuisée de ma journée. Celle où je n’aurai pas répondu à une amie. Cette amie qui n’aura pas reconnu les signes de la dépression et qui se laissera endormir par l’idée de la mort est une solution… Je ne veux jamais apprendre que l’une d’elles n’est plus là parce que l’on n’aura pas pris le temps !

Les revendications pour les soins en santé mentale doivent être entendues et les investissements en ce sens ne peuvent plus attendre. Combien ça vaut une vie ?

Consultez la liste des symptômes pour savoir les reconnaître !

À propos de Nadia Lévesque

Mère de trois enfants, Nadia Lévesque s’est fait connaître grâce à ses textes traitant de l’autisme de sa fille Ariane. Son empathie et sa facilité à se glisser dans le cœur des parents vivant la différence de leur enfant ont permis à plusieurs de ses textes de devenir viraux sur les réseaux sociaux. Femme de cœur et de tête à la fois, cette maman est maintenant connue pour ses opinions bien assumées et ses prises de position.

Commentaires

Laisser un commentaire