04
Juin
Pas banale l’entrée à la maternelle
Pas banale l’entrée à la maternelle

La semaine dernière, nous avons participé à l’activité d’accueil en classe de maternelle avec fiston. S’il est enchanté, nous vivons cette nouvelle étape autrement.

Un brin d’excitation, beaucoup de curiosité, mais surtout une tonne d’inquiétudes envahit mon esprit à l’idée de ce premier contact. Comment mon enfant atteint de trisomie 21 sera-t-il perçu? Lui laissera-t-on une véritable chance de se faire connaître ou son diagnostic prendra d’office toute la place? Est-ce encore possible de voir la différence autrement que comme un fardeau dans notre système scolaire?

Effacer l’anormalité

Pour espérer amoindrir le phénomène, nous avons choisi une école à pédagogie alternative, qui  « place l’enfant au centre de ses apprentissages, mise sur le plaisir d’apprendre et croit au potentiel de chacun ». Mais, comme toute école québécoise actuellement, c’est également une école soumise aux contraintes budgétaires et de disponibilité de personnel, ce qui peut grandement influencer sur la réussite de l’inclusion d’Alex. Car, oui, nous espérons malgré tout faire vivre une expérience d’inclusion à notre fils. C’est-à-dire que l’accent ne soit pas mis sur une « anormalité » qui doit s’adapter au système « normal », mais bien sur le respect de l’individualité de chacun et sur les adaptations qui s’ensuivent afin de favoriser le meilleur cheminement possible de chacun des élèves.


À lire aussi : Mon fils est l’enfant imparfait dont personne ne veut


Mais je suis réaliste, et parfois même pessimiste de nature. Alors je sais pertinemment que mes attentes sont élevées. Je sais que la machine scolaire voudra fort probablement caser fiston aussi vite que possible, et que les batailles seront ardues, complexes et nombreuses. Nous naviguerons à travers tout ça en essayant aussi de respecter notre fils, son rythme, ses besoins, son petit bonheur d’enfant.

Pour essayer de calmer mon cœur de mère louve, je prie pour que nous croisions sur notre chemin de la première rentrée scolaire une enseignante qui saura voir plus loin que la concentration parfois papillonnante, les coquineries un peu immatures et les yeux en amande de fiston.  Une enseignante et une école qui nous permettraient, au moins en cette première année, de déposer les armes et de savourer une année de découverte de l’école en douceur et en plaisir, de sortir des exigences et des objectifs non atteints, une maternelle où il ferait bon vivre ensemble et apprendre au meilleur de ses capacités, tout simplement…

Alex a adoré sa première expérience en maternelle. Il a respecté la plupart des consignes. Il a exploré à fond le coin lecture et celui des blocs. Il a même retrouvé un copain du CPE qu’il a fréquenté par le passé! C’était finalement une matinée réussie, qui promet pour l’automne prochain.


À lire aussi : Les finesse d’Alex


Commentaires

Laisser un commentaire