02
Fév
Photo : Marie-Ève Lapointe
« Accoucher de rire » : un spectacle sans tabou
« Accoucher de rire » : un spectacle sans tabou

Dans son spectacle Accoucher de rire, l’humoriste Emilie Ouellette ne nomme pas seulement les stéréotypes. Elle contribue aussi à la déconstruction des codes genrés inhérents à la parentalité. Avec tact et autodérision.

Féministe engagée, Emilie Ouellette utilise l’humour pour susciter des prises de conscience. Elle accorde une grande importance à l’éducation non genrée, ce qui teinte sa façon d’interagir avec son public.

À juste titre, j’ai été interpellée par un gag particulièrement judicieux. Au moment de la naissance de son quatrième enfant, elle avait candidement invité les membres de sa communauté Facebook à se prononcer sur le sexe de son nouveau-né. Je me suis d’ailleurs prise au jeu en lisant toutes les hypothèses du public, mais sans me commettre moi-même.

Plusieurs personnes en sont venues d’elles-mêmes à dire « un bébé », « un être humain », marquant que l’appellation « fille » ou « garçon » a bien peu d’importance pour nommer l’individu à part entière qui vient de naître. D’ailleurs, Émilie Ouellette n’a jamais souhaité connaître le sexe pendant aucune de ses grossesses : « On se prépare à quoi au juste!? »C’est en effet une très bonne question…

Malgré le souhait d’un genre ou l’autre, l’humoriste explique que c’est la rencontre avec l’enfant qui compte véritablement. Cette ouverture à la diversité transparaît d’ailleurs tout au long de son spectacle.

À lire aussi : Le rôle des parents dans les stéréotypes de genres

Un humour ancré dans le présent

J’ai discuté avec Emilie Ouellette en pleine vague de dénonciations de #moiaussi. Elle m’a confié avoir modifié légèrement un segment de son spectacle afin d’éviter de renforcer involontairement un stéréotype sur la place des hommes dans l’éducation des enfants.

Inclusive, elle accueille sans distinction les parents ou futurs parents, les tout-petits et les personnes sans enfants, montrant que les thèmes de la famille vont bien au-delà des défis du quotidien. Elle le disait d’ailleurs dans un article paru dans Naître et Grandir : « Oui, comme humoriste je veux faire rire, mais briser l’isolement des parents est aussi mon objectif ».

J’ajouterais que j’ai été impressionnée de voir des gens de toutes générations dans la salle. L’ambiance du spectacle est baignée d’une joyeuse cacophonie, une expérience décontractée peu commune dans laquelle tout, ou presque, peut être dit si c’est fait dans le respect.

Intime sans être moralisateur

L’humoriste aborde les grands axes de la grossesse, l’accouchement, la vie avec son conjoint et ses enfants. Elle parle d’ailleurs de la sexualité sans tabou. Avec l’expérience de la tournée de son spectacle Accoucher de rire, son blogue sur Maman pour la vie et le vlog de Camille, Emilie Ouellette semble participer à nommer des travers de la société. On a l’impression de rire de nous-mêmes, sans jugement, malgré la caricature évidente des diktats parentaux souvent trop rigides.

Lorsque c’est possible, elle invite le public à venir lui jaser après le spectacle. J’ai d’ailleurs vu que son quatrième bébé était là, dans l’assistance avec la mère de l’humoriste. Ça m’a semblé être une image forte de l’incarnation des défis de la conciliation travail-famille, montrant qu’elle connaît particulièrement bien son sujet de prédilection. Que ce soit au Québec ou ailleurs dans la francophonie, je pense qu’on est plusieurs parents à se reconnaître à travers elle, et ça fait du bien de rire de soi!

La tournée « Accoucher de rire » reprend en mars 2018.

Également sur Planète F
École démocratique 101 Alors qu’il existe des centaines d’écoles démocratiques au travers le monde, incluant le Canada, aucune institution du genre n’est présente en sol qué...
Lettre ouverte: Le Ministre Blais doit trouver un terrain d’entente Les signataires:  Tristan Ouimet Savard, Coordonnateur au Regroupement des Auberges du coeur du Québec (RACQ) Sylvie Norris, Directrice générale du ...
Les violences obstétricales sous la loupe Accoucher. Il s’agit sans doute de l’acte le plus naturel au monde. Pourtant, de plus en plus d’associations et de regroupements militent pour le droi...
Marcher pour aller à l’école est dangereux? Selon quatre chercheurs de Toronto, il faut instaurer des environnements favorables aux élèves qui utilisent la marche pour aller à l'école. La condu...
Un observatoire des tout-petits La Fondation André et Lucie Chagnon annonce le lancement de l’Observatoire des tout-petits. Un endroit pour colliger l’information de recherche et les...
Un CPE québécois en Hongrie L’expertise du centre de la petite enfance (CPE) le Grand Chapiteau, situé à Granby en Montérégie, voyage jusqu’en Hongrie. L’équipe pédagogique s’app...

À propos de Marie-Christine Pitre

Marie-Christine Pitre est adjointe à la direction pour Famille.media. Son bagage en histoire de l'art ainsi qu'en psychologie périnatale lui permet de voir la famille sous l'angle de l'histoire humaine des parents. Elle est avide de réflexions et de questionnements sur la parentalité depuis qu'elle est devenue mère il y a 5 ans.

Commentaires

Laisser un commentaire