12
Fév
Amour et argent peuvent faire bon ménage
Amour et argent peuvent faire bon ménage

Les finances familiales demeurent un sujet tabou, même au sein des couples. Plusieurs ignorent aussi les conséquences de leurs choix. Pourtant, amour et argent peuvent faire bon ménage. Les couples doivent toutefois accepter de se pencher sur la question!

Certains « codes de conduites amoureux » font en sorte que les gens prennent des décisions irrationnelles. Ils ont également plus de difficulté à établir un contrat. « Il y a notamment cette idée que, lorsqu’on est en amour, ça va durer toute la vie, explique Hélène Belleau, sociologue, dans le cadre du documentaire Amour et argent peuvent faire bon ménage. Il y a aussi le code de l’altruisme et du désintérêt. C’est-à-dire que nous devons faire passer les intérêts de l’autre et du couple avant les nôtres. »

À travers les témoignages de couples et d’experts, le documentaire se penche sur la gestion financière des ménages. Il aborde également les conséquences d’une rupture.

Plusieurs familles mal protégées

« Nous avons un testament, alors nous pouvons mourir. Nous n’avons toutefois pas de contrat de vie commune », admet une mère dans le documentaire. Son couple est loin d’être le seul!

Il y a quelques années, l’affaire Éric et Lola a fait grand bruit. Pourtant, environ 45 % des conjoints de fait ignorent qu’ils sont moins protégés que les couples mariés! « C’était une histoire de gens riches. Plusieurs n’ont pas réalisé que cela les concernait », analyse Mme Belleau.

Rappelons qu’en l’absence d’un contrat de vie commune, chacun doit prouver que les biens lui appartiennent. De plus, si les conjoints n’ont pas de testament, le survivant n’hérite de rien du tout!

Confusion gouvernementale

Les lois fiscales et les programmes sociaux sont à l’origine de beaucoup de confusion, selon elle. En effet, ceux-ci considèrent le revenu familial, que le couple soit marié ou non.

Malgré les recommandations d’un comité d’experts, le gouvernement tarde à encadrer juridiquement aux conjoints de fait. Pourtant, le Québec est champion de l’union libre! « La méconnaissance des enjeux juridiques fait en sorte qu’il y avait beaucoup de choses fausses dans le débat social, constate Mme Belleau. Il opposait l’imposition d’un cadre légal aux conjoints de fait au libre choix. Personne ne peut être contre le libre choix! Les gens ignorent toutefois que toutes les autres provinces ont un cadre juridique minimal. L’idée n’est pas d’imposer un cadre mur à mur à tout le monde. Il pourrait y avoir l’option de se retirer. »

La question du revenu familial entraîne aussi son lot de problèmes aux familles recomposées. « Pour les services de garde, par exemple, ça a généré bien des maux de tête, indique Mme Belleau. Dans une étude, nous avons demandé aux gens qui paie quoi avec quel argent pour les enfants. On se rend compte que les nouveaux conjoints ne paient pas pour eux. Une personne dont le conjoint a des revenus élevés voit néanmoins ses frais de garde augmenter! »

Au quotidien

La gestion quotidienne des finances de la famille peut également avoir des conséquences. Or, à l’instar d’un témoignage du documentaire, deux couples sur cinq disent que le partage des revenus et dépenses s’est fait naturellement. Sans discussion! La plupart n’ont pas analysé les impacts de leurs choix, souligne Mme Belleau.

Chaque couple a son propre mode de fonctionnement. L’experte voit néanmoins deux grands modèles : la mise en commun des revenus et le partage des dépenses. Dans le premier cas, les conjoints mettent leur argent ensemble et paient différentes dépenses. Dans le second, chacun garde son revenu et il y a un partage des dépenses.

« Tous les modes de gestion ou presque peuvent bien fonctionner, indique-t-elle. Il faut toutefois être conscient des inconvénients et des avantages. Avec le partage des dépenses au prorata du revenu, par exemple, les gens ont souvent l’impression que c’est plus égalitaire. C’est vrai. Cependant, quand l’écart de salaire est très grand, le niveau de vie est à la hauteur du revenu le plus élevé. Les gens se payent plus de luxe. Celui au revenu plus bas puise dans ses économies et s’endette. »

Avec le documentaire et le livre L’amour et l’argent, lancé la semaine dernière, Mme Belleau souhaite donc informer et de fournir des pistes de réflexion aux familles.

Pour en savoir plus:

Documentaire Amour et argent peuvent faire bon ménage, de Sophie Bissonnette. Coproduction Les productions mainslibres et Relais-Femmes, en collaboration avec la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec et avec le soutien financier de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Livre L’amour et l’argent, Guide de survie en 60 questions, Hélène Belleau et Delphine Lobet, Les éditions Remue-Ménage, en librairie le 14 février 2017.

Également sur Planète F
Mon parent est atteint d’une maladie mentale Les enfants dont le parent souffre de troubles psychologiques subissent de multiples impacts psychologiques et parfois physiques. À Trois-Rivières, l’...
Monter sur le podium : à quel prix? Pour figurer parmi les meilleurs, le talent et l’entraînement ne suffisent pas. Il faut aussi de l’argent et la facture est parfois très salée! Membr...
De l’asile à l’inclusion Il n'y a pas si longtemps, les enfants qui n’étaient pas fonctionnels en société étaient internés dans un asile. Survol historique des soins et l'éduc...
Dans la cuisine des familles immigrantes Que mangent les familles immigrantes du Québec? Un nouveau guide détaille les habitudes alimentaires des communautés culturelles et vise à mieux outil...
Palmarès de livres: Pour s’amuser et rigoler N’importe quoi ! Le petit cahier noir d’Élise Gravel 6 ans et plus Un défouloir des plus ludiques qui fait le plus grand bien à regarder ! Il faut ...
L’écart de sommeil entre Noirs et Blancs inquiète Le stress causé par la discrimination raciale peut agir sur le manque de sommeil de ceux qui subissent cette discrimination. Une étude américaine rév...

À propos de Nathalie Côté

Journaliste depuis 17 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie et mère de deux enfants.

Commentaires

Laisser un commentaire