23
Juil
Le cododo, c’est mal! – Partie 2
Le cododo, c’est mal! – Partie 2

Pourquoi la société nord-américaine insiste-t-elle tant pour que ses bébés dorment seuls dans leur lit?

À la suite de la publication la semaine dernière d’une autre étude qui souligne les risques pour un parent de dormir avec son bébé, Planète F diffuse cette semaine une analyse en trois temps sur le cododo et le sommeil partagé. Des chroniques où l’histoire, la philosophie, la science et les politiques publiques s’entremêlent afin de mieux comprendre la façon dont est perçue chez nous cette pratique millénaire. Vous trouverez ici la première partie de cette chronique.

 

- Annonce -

La condamnation du cododo, ou quand l’État entre dans les chambres à coucher

« Je crois que c’est une règle sensée de ne pas faire dormir le bébé

dans le lit de ses parents, aucune raison ne le justifie. »

— Dr Spock, 1945

 

« L’État n’a rien à faire dans les chambres à coucher de la nation. »

— Pierre-Elliott Trudeau, 1967

 

Les nouveau-nés d’à peu près tous les mammifères terrestres dorment près de leur mère. Ils le font parce qu’ils y trouvent les trois éléments dont ils ont besoin pour survivre à leurs premiers jours : chaleur, protection, lait maternel.

Chez l’être humain, jusqu’à l’avènement de la société industrielle, de l’Afrique à l’Arctique et de l’Asie aux Amériques, les femmes ont partagé leur couchette avec leurs bébés. En ce moment même, la majorité des bébés dans le monde dorment avec leur mère, parfois aussi avec leur père ou avec des frères et sœurs.

Évidemment, ce qui a toujours été n’est pas nécessairement meilleur alors inutile de tomber dans l’appel à la tradition. L’objectif n’est pas non plus de démoniser le sommeil séparé au profit de cododo qui serait meilleur parce que « naturel ».

Il s’agit de prendre conscience que nos arrangements de sommeil, tout comme la façon dont on prend soin des bébés, ne relèvent pas du hasard. Ils varient selon les époques, les cultures et les croyances.

 

 Le bébé, ce citoyen de demain

Au tournant du 18e siècle en Europe, alors qu’est remise en question l’autorité divine, penseurs et philosophes développent l’idée que les « hommes d’esprit » et non les sages-femmes sont les mieux placés pour éduquer les mères, ces éternelles incompétentes.

cododo

Lire la suite …

Également sur Planète F
Des vacances pour les familles autistes Un camp pour les familles, dont un membre est autiste. Pas un répit, mais bien des vacances en famille. C’est ce que propose un projet pilote de la ba...
L’école dès 3 ans pour les enfants Vous avez bien lu. L’école dès l’âge de 3 ans, est-ce une bonne idée? C’est une question à laquelle les chercheurs de l’université australienne Victor...
Famille compte triple – J., la benjamine de mes triplés Pour lire la chronique précédente de Famille compte triple: H., le cadet de mes triplés Mes trois enfants sont nés en trois minutes. N’allez pas pens...
Portrait d’une mère qui travaille dans les années 1950 En 1956, 16 % des femmes ayant des enfants de moins de 6 ans travaillent à l'extérieur de chez elles. Jennie Magill, vingt-sept ans, résidante de Hamm...
Être un bon parent est-il un risque pour la santé? Dans une société où la parentalité est mise sur un piédestal, cette nouvelle étude a eu l'effet d'une bombe. Elle sous-entend que s’impliquer auprès d...
Histoires de parents… égaux? La semaine précédant la sortie du dossier, nous avons demandé à nos lecteurs, via les réseaux sociaux, de se prononcer sur des questions en lien ave...

À propos de Annie Desrochers

Annie Desrochers est animatrice et chroniqueuse à la Première Chaîne de Radio-Canada depuis plus de 15 ans. Mère de cinq enfants, elle réalisait en 2012 « On a mis quelqu’un au monde », une série radiophonique sur la parentalité ici et à travers le monde. Annie est également co-auteure de Bien vivre l’allaitement, publié chez Hurtubise.

Commentaires

  1. Cododo #jeudiconfession | Une vie marginale et heureuse

    […] cododo: sur TPL Moms,  dans l’Actualité, Maman pour la vie,  Yoopa pis Planète F (ici et là). Tous ces articles sont québécois, pis sont du mois de juillet… le lit, ou plutôt, qui […]

  2. Sara Houle

    Je trouve ça vraiment étrange que la société nord-américaine (et probablement occidentale?) encourage énormément l'autonomie, au point de faire sentir inférieurs les gens qui demandent de l'aide, alors qu'on vit dans une société, justement… un regroupement de personnes qui sont dépendantes les unes des autres! Pourquoi c'est si mal vu, de demander de l'aide?

  3. Annelise Geneve

    Ce qui n'empêche pas exceptionnellement de laisser hurler son bébé en sécurité dans la maison pendant qu'on sort respirer plutôt que de l'étouffer sans dormir avec lui !!!!

  4. Amélie Eckhardt

    cododo-iste par intermittence: j'aime partager un moment de sieste ou de grasse matinée avec mon p'tit loulou, dans mon lit , lui tenant la main. Et parfois son papa ( surtout le week end) nous accompagne, c'est un moment tres appreciable . ca ne l'empeche pas de dormir tranquille la nuit ou pour la sieste dans son propre lit , ou chez la nounou, ou chez les autres . quand on a des parents marmottes, ben on a des chances d'en etre une aussi!

  5. Petiterevolution rêve

    Certaines de ces prayiques me font froid dans le dos. J'ai mal pour ces bébés. Espérons que nos enfants inverseront la tendance. #MonUtopie

  6. Laurence Boutal

    Tiens, tiens 🙂
    Vivement la suite vendredi.

Laisser un commentaire